LES @MERS DU CESM

image003.jpg

17 avril 1492 :

Signature des Capitulations de Santa Fe entre les Rois catholiques et Christophe Colomb. Probablement rédigé par le navigateur, ce contrat détaille les exigences de Colomb en vue de sa traversée de la « mer Océane », l’Atlantique, pour rejoindre les Indes : pouvoir et richesses par l’octroi de multiples titres (amiral, vice-roi, gouverneur général) et une répartition anticipée des bénéfices de la conquête. Ces demandes contraires aux usages et jugées exorbitantes furent longtemps refusées, menaçant la mise en œuvre du projet. Finalement, le soutien financier du trésorier d’Aragon convainc les monarques de signer cet accord dont il ne subsiste que deux copies et qui est aujourd’hui considéré par l’Unesco comme le premier document écrit de l’histoire de l’Amérique.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Philippines :

La base navale philippine de Subic Bay, à Manille, a accueilli la semaine dernière plusieurs visites de bâtiments de guerre étrangers, dans un contexte de renforcement des relations de défense entre les Philippines et ses partenaires. Le destroyer japonais JS Akizuki a ainsi rejoint à quai, le vendredi 13 mars, le porte-avions américain USS Theodore Roosevelt et le croiseur lance-missiles USS Bunker Hill, tandis que la frégate australienne HMAS Anzac, accompagnée du pétrolier-ravitailleur Success, accostait également à Subic Bay. Alors que le président Rodrigo Duterte cherche à rééquilibrer la diplomatie philippine vers la Chine, Manille renforce également ses liens de défense avec ses alliés traditionnels comme Washington, Canberra et plus particulièrement Tokyo (TheDiplomat).

Allemagne :

Le ravitailleur polyvalent allemand Mosel quittera le 18 avril son port-base de Kiel, en mer Baltique, pour rejoindre l’opérationEUNAVFOR Sophia de lutte contre les trafics d’êtres humains en Méditerranée. Le bâtiment prendra le relais de la frégate lance-missiles Sachsen, déployée dans la zone depuis le mois de janvier. La marine allemande a rejoint les rangs de l’opération Sophia dès son lancement, en juin 2015 (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

L’Arabie saoudite a signé un protocole d’accord avec l’Espagne pour l’achat de cinq corvettes Avante 2200, conçues par l’espagnol Navantia. L’accord, en négociation depuis 2016, devrait augmenter le nombre d’emplois au sein des chantiers navals espagnols, jusqu’à présent en fort déficit. Les bâtiments seront des dérivés de la classe Guaiquerí, actuellement en service dans la marine du Venezuela (Jane’s).

L’US Navy a décidé d’étendre à 45 ans la durée de vie de l’ensemble de ses destroyers de classe Arleigh Burke, soit une extension comprise entre cinq et dix ans selon les variantes, entraînant des travaux sur la structure des bâtiments. L’objectif est d’atteindre, en 2036-37, le cap d’une marine à 355 bâtiments voulue par le président Donald Trump (USNI).

Aucune des propositions soumises dans le cadre du programme de remplacement des frégates de classe Halifax n’a rempli l’ensemble des critères techniques exigés par le gouvernement canadien. L’appel d’offres prévoyait la construction de quinze bâtiments pour un budget de 55 à 60 milliards de dollars. Les trois participants retenus (Navantia, BAE Systems et Alion-JJMA) devront réexaminer leurs propositions sous peine d’être disqualifiés. Plusieurs industriels remettent en cause le cahier des charges, jugé trop exigeant (JournalDeMontréal).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La Première ministre néo-zélandaise a annoncé, jeudi 12 avril, que Wellington allait renoncer à toute nouvelle exploration pétrolière ou gazière offshore, afin de de lutter contre le réchauffement climatique. Alors que la Nouvelle-Zélande a jusqu’à présent délivré 31 permis d’exploration gazière et pétrolière, dont 22 en mer, la décision du gouvernement a été saluée par les associations environnementales, mais décriée par l’opposition qui évoque du « vandalisme économique » pouvant mettre en péril des milliers d’emplois (Maritime-Executive).

La 72e session du Comité de protection de l’environnement marin de l’Organisation maritime internationale (OMI) a pris fin, vendredi 13 avril, à Londres. Alors que cette réunion portait sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre provenant du transport maritime, un accord provisoire a été conclu par les différentes parties pour une réduction « d’au moins 50 % » des émissions de CO2 à l’horizon 2050. Parmi les pays producteurs de pétrole, seuls les États-Unis et l’Arabie saoudite ont fait part de leurs réserves (LeMarin).

Pour aller plus loin : 

Alors que les tensions commerciales entre Washington et Pékin s’intensifient, le magazine américain Foreign Policy critique la position de Donald Trump concernant le déficit commercial avec la Chine et la politique économique menée en conséquence. En écho à cette étude, le groupe Hutchinson Ports Holdings Trust a voulu mesurer les conséquences directes qu’une telle guerre économique aurait sur le volume d’échange de conteneurs entre les deux côtes du Pacifique.

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s