Périscope n°10 – Septembre 2021

Le 10e numéro de Périscope, la revue de presse stratégique du CESM, est en ligne !

Au sommaire de ce numéro : l’Europe navale, les enjeux contemporains du droit international de la mer, ainsi que bien d’autres sujets !

Périscope, ainsi que l’ensemble des publications du CESM,sont consultables sur internet via le lien suivant : http://cesm.marine.defense.gouv.fr 


Bonne lecture !



Les éditions du CESM

Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir nos publications.

LES @MERS DU CESM

21 septembre 1843 : Prise du détroit de Magellan par le Chili.

Découvert en 1520 par le navigateur et explorateur portugais Fernand de Magellan, le détroit de Magellan devient au cours des siècles le second passage le plus utilisé entre le Pacifique et l’Atlantique, après le Cap Horn. Ce caractère stratégique pour le trafic maritime suscite l’intérêt de différentes nations, notamment l’Argentine, le Royaume-Uni mais aussi la France, qui envisage d’y établir des colonies pour le ravitaillement de ses navires. Pour empêcher l’installation de puissances étrangères sur un territoire qu’il considère comme chilien, le président Manuel Bulnes décide de déployer une expédition à laquelle il assigne la mission de prendre officiellement possession du détroit. À cette fin, la goélette Ancud est construite et prend la mer en mai 1843, commandée par le capitaine de frégate John Williams Wilson. Le 21 septembre, le bâtiment arrive sur le site de Puerto del Hambre, où l’équipage hisse le drapeau chilien. Le Fort Bulnes, est construit sur une péninsule plus au sud. Réalisée sans générer de friction avec les pays voisins, cette conquête est suivie de la fondation de plusieurs colonies, assurant au Chili le contrôle du détroit de Magellan jusqu’à aujourd’hui.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE :

Chine :

Le porte-parole du commandement Est de l’Armée populaire de libération (APL) a confirmé que les forces armées chinoises ont conduit des exercices militaires dans le détroit de Taïwan le 17 septembre. Ces exercices ont été lancés suite au passage d’un destroyer américain dans cette zone stratégique. Selon les propos du porte-parole, cet exercice s’est déroulé au sud-ouest de Taïwan et aurait mobilisé des bâtiments de combat, des chasseurs et des avions type AWACS (Tass).

Indonésie :

La marine indonésienne a déployé cinq navires, qui seront accompagnés d’une patrouille aérienne, afin de sécuriser le nord des îles Natuna, en Mer de Chine méridionale. Ce déploiement a été décidé en réponse à la présence de bâtiments chinois et américains dans la zone. La marine indonésienne a néanmoins précisé qu’ils se trouvaient dans les eaux internationales et qu’ils n’avaient pas créé de situation problématique ou dangereuse (TheDefensePost). 

Brésil/Colombie/Pérou :

Le 15 septembre, des unités fluviales des marines brésilienne, colombienne et péruvienne ont achevé la 46ème édition de l’exercice Bracolper. Du 19 juillet au 15 septembre, des navires appartenant aux 3 marines, ainsi qu’un hélicoptère, ont mené des exercices tactiques le long du fleuve Amazone. Bracolper doit renforcer la coopération entre les différentes forces fluviales nationales pour faire face aux dangers qui menacent les populations locales et la biodiversité (Diálogo).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le secrétaire à la défense britannique a annoncé le 20 septembre l’attribution de deux contrats de 85 millions de livres sterling à BAE Systems et Rolls-Royce, lançant les travaux de conception de la prochaine génération de sous-marins de la Royal Navy. Ces bâtiments à  propulsion nucléaire remplaceront ceux de la classe Astute, actuellement en service (Naval News). 

Le 17 septembre, l’USS Wyoming (SSBN-742) a tiré pour exercice deux missiles Trident II (D5LE) au large de Cap Canaveral, en Floride. Ce sous-marin lanceur de missiles balistiques appartient à la classe Ohio, qui constitue le segment maritime de la triade de dissuasion nucléaire stratégique des États-Unis. Il s’agit du 184e vol d’essai réussi du missile Trident II (navy.mil).

L’entreprise britannique Babcock a signé le premier contrat d’exportation de sa frégate Arrowhead 140, en partenariat avec PT PAL Indonesia, entreprise de construction navale indonésienne. Deux frégates de ce type seront construites au profit de la marine indonésienne (Naval Today).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

L’entreprise sud-coréenne Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME) propose de stocker les émissions de dioxyde carbone à bord des navires. Elle a développé cette technologie avec l’entreprise Hi Air Korea, et cherche à la commercialiser « dès que possible ». Cette technologie est en cours de développement dans d’autres pays. Pour rappel, l’OMI a fixé comme objectif la réduction des émissions des transports maritimes de 30% pour 2025 et d’au moins 50% d’ici 2050 (MerEtmarine).

Résultant d’une coopération entre les États-Unis, le Canada, et le Danemark, une flotte de drones aériens a déployé des balises GPS sur des icebergs dans la baie de Disko, au Groenland, afin d’analyser leurs déplacements et leur fonte. Ce suivi constitue un atout majeur pour la sécurité du trafic maritime par les routes du nord, où les risques restent importants en raison du mouvement difficilement prévisible des glaces (SeaTechnology).

La société américaine Sea Machine Robotics lancera le 30 septembre prochain un remorqueur autonome, le Nelly Bly. Celui-ci doit effectuer le tour du Danemark (i.e. environ 1 000 milles nautiques) sur plusieurs semaines. Pour ce premier essai en mer, un équipage de quatre personnes sera présent à bord du navire, qui sera également suivi à partir d’un centre de contrôle à terre, situé aux États-Unis. (MerEtMarine).

Pour vous abonner ou abonner vos relations, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedInFacebook et Twitter.

Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir nos publications.

Brève Marine 242 : « La pêche Illégale, Non déclarée et Non règlementée »

Le Centre d’études stratégiques de la Marine a le plaisir de vous faire parvenir le dernier numéro des Brèves Marines : « La pêche Illégale, Non déclarée et Non règlementée ».

Cette publication offre chaque mois un point de vue à la fois concis et argumenté sur une thématique maritime d’actualité. Elle apporte un éclairage synthétique sur des thèmes historiques, géopolitiques et maritimes.

Les précédents numéros, ainsi que l’ensemble des publications du CESM, sont consultables sur internet: http://cesm.marine.defense.gouv.fr

Bonne lecture !

Les éditions du CESM

LES @MERS DU CESM

17 septembre 1894: Bataille du fleuve Yalu      
En 1894, la Chine de la dynastie Qing et le Japon impérial s’affrontent pour le contrôle de la péninsule coréenne. Pour Pékin, la voie maritime est la plus efficace pour acheminer des renforts sur le front. La flotte de Beiyang, l’une des quatre modernisées de la marine impériale chinoise, est chargée d’escorter les convois. Alors que l’escadre vient d’achever une mission d’escorte à l’embouchure du fleuve Yalu et se dirige vers sa base de Lüshunkou (Port Arthur), elle est engagée par les navires de l’amiral japonais Itō Sukeyuki. Sur le papier, la flotte de Beiyang est supérieure à son adversaire japonaise. Elle dispose de 14 navires dont 2 cuirassés pré-
dreadnought – le Dingyuan et le Zhenyuan – et 8 croiseurs. Mais les équipages sont peu entraînés au tir et leurs munitions sont anciennes et de mauvaise qualité. Face à eux, les bâtiments japonais sont moins puissants mais plus rapides, et disposent de munitions de meilleure qualité… ce qui leur permet de couler cinq navires ennemis, tandis que seulement 4 des leurs sont endommagés. La flotte de Beiyang doit se retirer. La bataille du fleuve Yalu est une victoire fortement relayée par la propagande du Japon et devient un sujet d’étude pour l’Occident.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Royaume-Uni :

Partis de Portsmouth le 7 septembre, les patrouilleurs de haute-mer britanniques HMS Spey et HMS Tamar doivent rejoindre l’océan Pacifique via les Caraïbes et le canal de Panama. Ces deux bâtiments de classe River resteront en Indopacifique pour une durée d’au moins cinq ans, dans le cadre de la stratégie « Global Britain » adoptée suite au Brexit. Ils assureront des missions humanitaires, de contrôle des pêches et de lutte contre la piraterie et le trafic de drogue (NavalNews).

Inde/Soudan :

Le 10 septembre, la frégate indienne INS Tabar et les navires de la marine soudanaise Almazz et Nimer ont participé à un exercice bilatéral au large des côtes du Soudan, en mer Rouge. À cette occasion, les bâtiments des deux marines ont procédé à des exercices de réapprovisionnement en mer, d’opération héliportée, d’interception de navires suspects et de communication (IndiaToday).

Espagne/OTAN :

La frégate espagnole Almirante Juan de Borbon (F-102) a intégré le 14 septembre le groupe naval permanent de l’OTAN (SNMG-1). Elle rejoindra les eaux d’Europe du Nord pour effectuer des missions de surveillance et de sécurité maritime, et réaliser divers exercices avec d’autres membres de l’Alliance. Il s’agit de l’unique bâtiment espagnol actuellement déployé au sein des forces navales de l’OTAN (Infodefensa).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le constructeur naval malaisien Boustead Naval Shipyard Sdn Bhd (BNS) a livré à la marine royale malaisienne le LMS 3 Badik, troisième patrouilleur de classe Keris sur les quatre unités commandées. Le Badik a été construit en Chine grâce à une coopération entre BNS et l’entreprise de construction navale chinoise CSOC. L’acquisition de ces patrouilleurs s’effectue dans le cadre du plan « 15 to 5 » de la marine malaisienne, destiné à moderniser sa flotte (TheEdgeMarkets).

Le drone Mini Harpy a été présenté ce mardi 14 septembre sur le stand de l’Israel Aerospace Industry au salon de la défense DSEI 2021. Adapté à certains environnements complexes où les armements classiques – canons, missiles antinavires, etc. – ne peuvent être utilisés, il est léger et dispose d’une portée étendue, la plus longue de sa catégorie. Il a vocation à effectuer des missions de reconnaissance et peut mener des frappes de précision en devenant un drone-suicide (Navalnews).

Le ministère israélien de la Défense a décidé que les systèmes antiaériens et antimissiles Barak MX (IAI) seront installés à bord des corvettes Sa’ar 6 de la marine israélienne. Cela doit permettre à ces bâtiments d’assurer la protection de la ZEE d’Israël ainsi que de ses installations stratégiques confrontées à des menaces dans le domaine maritime (Navalnews).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le groupe CMA CGM a établi un partenariat avec Brittany Ferries, et va investir 25 millions d’euros au sein de la compagnie bretonne, en difficulté financière suite à la pandémie et au brexit. Le partenariat comprend, en outre, le développement de l’utilisation du GNL, ainsi que l’emploi des navires de Brittany Ferriespour le transport de marchandises par CMA CGM (MerEtMarine).

La société russe de transport Sovcomflot et le géant russe Gazprom ont signé en début de mois un accord visant à développer conjointement des solutions innovantes afin de réduire les émissions des navires de transport. L’utilisation de carburants alternatifs constitue l’un des moyens privilégiés pour remplir cet objectif. L’accord vise particulièrement les navires transportant des hydrocarbures par la route maritime du nord-est (PortNews).

Le groupe émirati DP World et la société russe de transport Fesco ont conclu un partenariat pour le développement du port de Vladivostok, premier port de la route maritime du nord. L’accord a pour objet la mise en œuvre d’un terminal de conteneurs, et inclut la participation de Rosatom, qui déploie ses brise-glaces dans la zone. Le groupe émirati s’intéresserait par ailleurs au port de Mourmansk, se trouvant à l’autre extrémité de la route du Nord (MerEtMarine).

Correctif aux Amers du 14/09/2021 : le bâtiment océanographique Pourquoi Pas ? ne dépend pas de la Marine nationale mais de l’IFREMER, bien que la Marine l’ait cofinancé et utilisé, notamment au profit du SHOM. Toutes nos excuses pour cette regrettable erreur.


Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Linkedin, Facebook et Twitter.

Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir nos publications.

LES @MERS DU CESM

 

16 septembre 1936: Mort de Jean-Baptiste Charcot.

Jean-Baptiste Étienne Auguste Charcot naît en 1867 à Neuilly-sur-Seine. Entre 1892 et 1902, il devient adepte de régate et possède successivement plusieurs navires, les Pourquoi-Pas ? I, II et III. En 1901, il réalise des recherches scientifiques en mer du Nord avant de franchir pour la première fois le cercle polaire arctique l’année suivante. En 1903, Charcot commence à monter la première expédition française en Antarctique, qui s’achèvera en 1905. Elle est suivie d’une deuxième expédition à bord du Pourquoi-Pas ? IV de 1908 à 1910. Ces deux missions sont riches en découvertes géographiques et scientifiques. Pendant la Grande Guerre, Charcot est mobilisé dans la Marine et se concentre sur la chasse aux sous-marins. À partir de 1925, désormais capitaine de corvette, il devient chef de mission et réalise de multiples navigations vers l’Arctique. Le « Commandant Charcot » périt au retour de l’une d’entre elles, le 16 septembre 1936, lors du naufrage du Pourquoi-Pas ? IV sur des récifs au large de l’Islande. Ses funérailles sont nationales. Son nom sera ultérieurement donné à bâtiment océanographique de la Marine nationale.



GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

États-Unis :

La 5e flotte de la marine américaine a annoncé la création d’une task force de drones aériens, de surface et sous-marins, basée à Bahreïn. Sa mission sera d’accroître les capacités de protection du commerce maritime dans une région en proie à l’insécurité maritime et aux rivalités régionales et internationales, qui va de la mer Rouge jusqu’au détroit d’Ormuz, en passant par le golfe d’Aden (AustralianNavalInstitute).

Iran :

La semaine du 6 septembre, l’IRINS Makran – pétrolier reconverti en bâtiment logistique – et la frégate IRINS Sahand de la marine iranienne sont rentrés en Iran après avoir navigué au large de l’Afrique de l’Ouest et en mer Baltique pendant l’été. Les États-Unis craignaient initialement que l’IRINS Makran aille livrer des armes et du pétrole raffiné au Venezuela. Mais les deux navires ont finalement pris la direction de la Baltique, où ils ont participé à une parade navale aux côtés de la marine russe, à Saint-Pétersbourg (USNINews).

Japon/Chine :

Ce dimanche 12 septembre, le ministère de la Défense japonais a annoncé la détection d’un sous-marin au large des îles méridionales de l’archipel nippon. Le submersible est resté immergé, mais le Japon suspecte qu’il soit d’origine chinoise, car un destroyer lance-missile chinois de classe Luyang-III naviguait à proximité du sous-marin. Cela fait plusieurs années que Tokyo se plaint de nombreuses intrusions de navires chinois dans ses eaux territoriales et à proximité d’îles disputées (TheTimesOfIndia).



INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le constructeur naval sud-coréen Daewoo (DSME) a annoncé la signature d’un contrat avec la marine sud-coréenne pour la construction du deuxième sous-marin de classe KSS-III Batch-II (propulsion conventionnelle), pour un coût de 844 millions de dollars. Le sous-marin doit être livré en 2028. Cette annonce intervient près d’un mois après que le premier sous-marin de classe KSS-III Batch-I soit entré en service, et quelques jours après son premier essai de tir de missile balistique (NavalNews).

La marine taïwanaise a admis au service actif la corvette Ta Chiang, son second catamaran de classe Tuo Chang. D’une longueur de 65 mètres pour un déplacement maximal de 685 tonnes, le Ta Chiang est notamment équipé de missiles antinavires et anti-aériens. Le second mouilleur de mines de classe Min Jiang a été livré en même temps. À terme, quatre bâtiments de cette classe doivent intégrer la marine taïwanaise pour faire face à la menace représentée par la marine chinoise (NavalNews).

Le ministère britannique de la Défense a publié une note décrivant son intention de doter les Royal Marines d’un navire sans équipage capable d’opérer alternativement en surface et sous les eaux. Ce navire sera engagé depuis un bâtiment principal et devrait être intégré au sein d’une flotte de navires autonomes, afin de remplir des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, mais aussi de transport (USNI). 



MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le groupe CMA CGM et Abu Dhabi Ports ont signé un contrat de concession prévoyant la construction d’un nouveau terminal de conteneurs au port de Khalifa, pour un coût de 150 millions de dollars. La construction débutera cette année et devrait s’achever en 2024. Ce nouveau terminal de 700 000 m² devrait contribuer à faire du port un hub régional incontournable et à renforcer le réseau commercial du groupe français (MerEtMarine). 

Suite à une décision des cinq principales associations mondiales de l’industrie du transport maritime, les eaux kenyanes ne sont plus considérées comme « zone de piraterie à haut-risque ». Cette décision intervient 12 ans après leur qualification comme telle, et est le résultat d’une campagne intense du pays pour se débarrasser de ce gênant label. Elle doit permettre à Nairobi de développer ses ports, son commerce maritime et son « économie bleue » naissante (HellenicShippingNews).

Les travaux de construction du gazoduc Nord Stream 2, reliant l’Allemagne à la Russie via la mer Baltique par 1 230 km de tuyaux, se sont terminés le 10 septembre, selon une annonce du géant russe Gazprom, principal financeur du projet. Sa mise en service est prévue pour la fin de l’année 2021. Au cours de sa réalisation, le projet a fait l’objet de multiples contestations, principalement ukrainiennes, qui n’ont néanmoins pas réussi à empêcher sa construction (LeMarin). 

 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Linkedin, Facebook et Twitter.

Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir nos publications.

LES @MERS DU CESM

10 septembre 1813: bataille du lac Érié.

En 1813, la guerre fait rage en Amérique du Nord entre les États-Unis et le Royaume-Uni, les premiers ayant lancé une invasion du Canada anglophone, alors sous contrôle britannique. La région des Grands Lacs, à la fois voie de communication et frontière, est devenue un théâtre d’opération important. En septembre 1813, les navires de la Royal Navy déployés sur le Lac Érié, dont l’approvisionnement est coupé par un blocus américain, décident d’affronter la flotte du capitaine de vaisseau Oliver Hazard Perry. Les deux forces – qui alignent une variété de navires : trois-mâts carrés, bricks, goélettes et sloops –forment une ligne dont le centre est composé des bâtiments les plus lourds. Le combat commence en fin de matinée et s’achève en milieu d’après-midi avec la défaite totale de la flotte britannique du capitaine Robert Barclay. Cette victoire décisive assure aux Américains le contrôle du lac, leur permettant de lancer une nouvelle invasion du Haut-Canada et contraignant les Britanniques à lever le siège de Détroit. La guerre se solde par un statu quo ante bellum. La fin des hostilités, en 1815, entraînera une démilitarisation des Grands Lacs d’Amérique du Nord.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Inde/Australie/Singapour :

Le ministère de la Défense australien a annoncé que le Territoire du Nord (territoire australien) hébergerait du 5 au 13 septembre l’exercice maritime indo-australien AUSINDEX 21. Biennal, AUSINDEX accueille cette année la frégate australienne HMAS Warramunga et les bâtiments indiens INS Shivalik et INS Kadmatt, ainsi qu’un sous-marin australien et des aéronefs appartenant aux deux nations (NavyRecognition). Le 4 septembre s’est achevé l’exercice maritime bilatéral indo-singapourien SIMBEX, commencé deux jours plus tôt. Les bâtiments des deux marines ont mené à cette occasion des exercices de tir réel et de guerre anti-sous-marine, anti-aérienne et de surface (NavalNews).

États-Unis/Pakistan/Allemagne :

Les 6 et 7 septembre, la frégate pakistanaise PBS Alamgir, la frégate allemande FGS Bayern et le croiseur lance-missile américain USS Shiloh ont participé à un PASSEX en mer d’Arabie. Les bâtiments des trois marines ont opéré en étroite proximité pour promouvoir leur interopérabilité et partager et améliorer leurs connaissances du domaine maritime. Le contre-amiral pakistanais Jawad Ahmed a notamment insisté sur le rôle de tels exercices pour renforcer les relations existantes entre les différentes marines (DailyPakistan).

Brésil/ États-Unis :

Les marines américaine et brésilienne ont mené les 22 et 23 août dernier un exercice en commun dans le golfe de Guinée, destiné à apporter un soutien aux pays de la région dans la lutte contre la piraterie et les trafics illicites. La frégate brésilienne Independência a ainsi effectué le premier exercice de cette nouvelle initiative brésilienne dans la région, nommée GUINEX-I, aux côtés de l’USS Hershel «Woody» Williams (DialogoAmericas).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Navantia a entamé les essais en mer de la corvette Al-Jubail – destinée à la marine saoudienne – en baie de Cadix. L’Al-Jubail est la première des cinq corvettes de type Avante 2200 commandées en 2018 par l’Arabie Saoudite à la compagnie d’État espagnole. Le bâtiment doit-être livré au royaume d’ici cinq mois (NavalTechnology).

 

La marine sud-coréenne a tiré avec succès son premier missile balistique à partir de son sous-marin lance-missiles, le Dosan Ahn Changho. Le sous-marin de plus de 3 000 tonnes a été livré le 13 août dernier et devrait entrer au service actif en 2022. Le missile lancé est une variante mer-sol du Hyunmoo-2B, un missile sol-sol d’une portée de 500 km (NavalToday).

La construction de la première corvette de classe Ada destinée à l’Ukraine a débuté en avril dans le chantier naval turc RMK Marine. Une cérémonie d’inauguration s’y est tenue le 7 septembre en présence du chef d’état-major de la marine ukrainienne. Selon l’accord passé entre Ankara et Kiev, quatre unités sont attendues, la première devant entrer au service actif en 2024. Les trois unités suivantes seront construites sur le sol ukrainien (NavalNews).

Le nouveau navire de recherche antarctique australien ASRV Nuyina, a quitté les Pays-Bas pour Hobart, en Tasmanie, où il sera admis au service actif. Construit par Damen Shipyards Group, l’ASRV Nuyina est conçu pour accueillir 32 membres d’équipage et 116 chercheurs pour des missions pouvant durer jusqu’à 90 jours. Mesurant près de 160 mètres de long pour un déplacement de 24 000 tonnes, le navire sera notamment chargé du réapprovisionnement des stations antarctiques ainsi que de missions de patrouille et de recherche (TheMaritimeExecutive).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Alors qu’un consortium de 22 entreprises japonaises travaille sur la construction de navires autonomes de transport de marchandises, l’entreprise Japan Radio Co a annoncé la création d’un centre d’opérations destiné à la mise en œuvre et au soutien de la flotte. Deux opérateurs surveilleront ainsi les navires depuis la terre et pourront agir en cas d’urgence (MerEtMarine).

Le plus grand parc éolien offshore scandinave, regroupant 72 éoliennes Siemens, a été inauguré par le prince du Danemark le 6 septembre dernier. Sa construction avait débuté en 2019 et s’est terminée en juin dernier. Le parc devrait permettre d’atteindre une production totale de 604 MW, soit 16% de la production nationale d’électricité (MerEtMarine).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedinFacebook et Twitter.

LES @MERS DU CESM

8 septembre 1298: Bataille de Curzola.

En 1298, les tensions entre les deux républiques maritimes italiennes de Gênes et de Venise sont à leur comble. Les Vénitiens cherchent à prendre possession de colonies génoises en mer Noire et détruisent les comptoirs génois à Limassol et Famagouste, à Chypre. De son côté, la flotte de Gênes capture 25 galères vénitiennes dans le port d’Alexandrette (actuellement en Turquie). Gênes décide finalement d’envoyer une flotte de 78 galères commandée par l’amiral Lamba Doria pour attaquer la flotte vénitienne. Cette dernière, constituée de 95 galères, se porte à la rencontre des génois le 8 septembre au large de l’île de Korčula (de nos jours en Croatie), dans l’Adriatique. Lamba Doria laisse 15 de ses navires en réserve avant de passer à l’attaque. Le vent en poupe et en formation serrée, les génois se jettent sur les vénitiens. Leurs galères, d’un modèle nouveau – dit à sensile – sont de manœuvre plus aisée que celles de leurs adversaires vénitiens. Au prix de grandes pertes humaines, la flotte de Gênes coule 65 galères ennemies et en capture 18. En raison de pertes élevées, la bataille pousse les deux républiques maritimes rivales à rechercher une solution diplomatique.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Royaume-Uni/Corée du Sud :

Le 30 août, le porte-aéronefs britannique HMS Queen Elizabeth, accompagné de son groupe aéronaval, a effectué un exercice aux côtés du navire d’assaut amphibie sud-coréen Dokdo, en mer du Japon. L’exercice, une première dans l’histoire des relations bilatérales entre Londres et Séoul, était principalement axé sur la recherche et le sauvetage humanitaires, ainsi que sur le ravitaillement et l’approvisionnement en mer. Certains analystes y voient une intention du Royaume-Uni d’intégrer en tant qu’allié principal le « cercle anti-chinois » mené par les États-Unis dans la région (NavalNews).

États-Unis/Philippines :

Le 31 août, l’USCGC Munro, bâtiment de classe Legend des Gardes-côtes des États-Unis, a effectué des exercices bilatéraux avec les Philippines en mer de Chine méridionale. Le Munro a notamment mené des exercices de recherche et de sauvetage, de communication ainsi que des manœuvres aux côtés des garde-côtes philippins et du Bureau des Pêches et des Ressources Aquatiques des Philippines. Selon le vice-amiral McAllister de l’US Navy, l’exercice, qui a eu lieu à proximité du récif disputé de Scarborough, « n’avait pas pour but d’envoyer un message à la Chine » (USNINews).

États-Unis/Israël :

Les forces navales américaines et israéliennes ont mené la semaine dernière un exercice commun  dans le golfe d’Aqaba, afin de contribuer au maintien de la sécurité et la stabilité maritimes dans cette région en proie aux tensions. Le croiseur lance-missiles USS Monterey, deux patrouilleurs, une corvette et un aéronef de patrouille maritime ont participé à l’exercice (MaritimeExecutive).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le constructeur allemand TKMS a dévoilé le design du nouveau sous-marin germano-norvégien de Type 212CD, ainsi que du missile antinavire NMS. Le Type 212CD est basé sur le Type 212A qui opère dans les marines allemande et italienne. Oslo et Berlin avaient signé en juillet dernier un contrat avec TKMSpour la construction de six unités : quatre pour la marine norvégienne et deux pour l’allemande. Cette coopération doit s’étendre par ailleurs à la formation, la maintenance, ainsi qu’à la gestion des pièces détachées (NavalToday).

Le ministère britannique de la Défense a délivré des contrats à quatre consortiums pour leur permettre de développer et de proposer des offres pour la construction de trois nouveaux Fleet Solid Support Ship (FSS ship). Les FSS ships seront construits par le consortium sélectionné pour le compte de laRoyal Fleet Auxiliary et seront chargés du ravitaillement des bâtiments de la Royal Navy, notamment les porte-aéronefs de classe Queen Elizabeth (NavalToday).

Le 23 août, la Russie a officiellement lancé la construction six futurs bâtiments dans plusieurs de ses chantiers navals, à Severodvinsk, Saint-Pétersbourg et Komsomolsk-sur-l’Amour. Il s’agit de deux sous-marins lance-missiles à propulsion nucléaire (les cinquième et sixième bâtiments de classe Borei), et de deux sous-marins diesel-électrique de classe Kilo. À ceux-ci s’ajoutent deux corvettes, prévues pour des missions de frappe et de guerre anti-sous-marine (NavalNews).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le 2 septembre, les ports de la Nouvelle-Orléans et de Bâton-Rouge (Louisiane), ont rouvert après leur fermeture due au passage de l’ouragan Ida. L’ouragan et ses vents de 240 km/h ont eu des conséquences graves pour les activités portuaires et pétrolières dans le golfe du Mexique, les terminaux pétroliers de Houma et port Fourchon étant dévastés, et on estime que près de 80% de la production de brut et 83% de la production de gaz étaient encore interrompues mercredi dernier (MeretMarine).

La société française Unseenlabs a déployé un quatrième satellite destiné au suivi des navires grâce à la géolocalisation par radiofréquence. Ce système permet notamment de géolocaliser des navires, que ceux-ci souhaitent partager ou non leur localisation par AIS (Système d’Identification Automatique). Les applications sont nombreuses, notamment dans la lutte contre les trafics et les activités illicites en mer (MerEtMarine).

 

La branche Air Space de l’équipementier CNIM a déployé en Grèce deux ballons captifs destinés à la surveillance maritime, et notamment au contrôle des flux de migrants, en partenariat avec l’agence européenne Frontex. Pour la surveillance des approches maritimes, les ballons présentent plusieurs avantages, un coût réduit, des capacités de déploiement de longue durée (allant de plusieurs jours à plusieurs semaines), ainsi qu’une importante résistance (aux vents forts par exemple). Leurs équipements leur permettent en outre de surveiller un espace maritime d’un rayon de 40km (NavalNews).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedinFacebook et Twitter.

Brève Marine 241 : « La mer d’Azov : Front maritime des tensions russo-ukrainiennes »

Bonjour,

Le Centre d’études stratégiques de la Marine a le plaisir de vous faire parvenir le dernier numéro des Brèves Marines : « La mer d’Azov : Front maritime des tensions russo-ukrainiennes ».

Cette publication offre chaque mois un point de vue à la fois concis et argumenté sur une thématique maritime d’actualité. Elle apporte un éclairage synthétique sur des thèmes historiques, géopolitiques et maritimes.

Les précédents numéros, ainsi que l’ensemble des publications du CESM, sont consultables sur internet: http://cesm.marine.defense.gouv.fr

Bonne lecture !

Les éditions du CESM

LES @MERS DU CESM

5 septembre 1781 : Victoire de Chesapeake

En 1781, la France est aux côtés des insurgés américains en guerre contre la Grande-Bretagne, afin de les aider à acquérir leur indépendance. Le comte de Rochambeau – qui dirige le corps expéditionnaire français – demande à l’amiral de Grasse d’acheminer des troupes de Saint Domingue jusque dans l’estuaire du fleuve Chesapeake, en Virginie.

Une fois que de Grasse a débarqué ses troupes et bloqué l’estuaire, le général Cornwallis se trouve ainsi piégé dans Yorktown avec 8 000 soldats, soit un tiers des troupes britanniques. Leur seule chance de secours vient des escadres anglaises de Hood et de Graves, qui font route pour lui porter secours. Elles trouvent cependant sur leur route la flotte de l’amiral de Grasse qui se porte à leur rencontre.

La canonnade dure plusieurs heures et de nombreux navires sont endommagés. Au soir, les Britanniques rompent le combat et fuient, vaincus par une flotte française en léger surnombre. Presque tous les vaisseaux britanniques de l’avant-garde sont endommagés et l’un d’eux, le HMS Terrible doit même être sabordé pendant la nuit.

La victoire de la flotte française empêche la Royal Navy de secourir les forces du général Charles Cornwallis à Yorktown. Elle évite également toute interférence britannique avec les renforts et provisions envoyés depuis Newport et les Antilles françaises aux armées coalisées de George Washington, Rochambeau et La Fayette. Cette bataille amène ainsi la chute de Yorktown, puis à terme l’indépendance des États-Unis.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE :

Le 30 août dernier, six task groups composés de bâtiments américains, britanniques, australiens, japonais et indiens étaient déployés dans la région indo-pacifique. Un autre groupe aéronaval, autour de l’USS Carl Vinson, avait été déployé dans le Pacifique Ouest avant de rejoindre les côtes sud-coréennes. Des bâtiments des Forces d’autodéfense japonaises ont également mené un exercice avec le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth dans la même région (USNINews).

Le week-end dernier, la Chine a annoncé qu’elle demandera aux bâtiments étrangers qui pénétreront dans ce qu’elle considère comme ses eaux territoriales de fournir des informations détaillées. Toutefois, cette déclaration soulève la question de la limite des eaux territoriales chinoises, que la Chine a défini dans une loi de 1992 en la délimitant par la ligne dite des neuf traits mais qui est en contradiction avec la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (LowyInstitute).

Le bâtiment océanographique russe Yantar, collecteur de renseignements, a été repéré à la mi-août au nord-ouest de l’Irlande. Son comportement a été jugé suspect car il évoluait en zig-zag entre deux câbles sous-marins reliant l’Irlande et l’Écosse aux États-Unis. Le Yantar emporte avec lui des submersibles et des systèmes de sonars. Il a déjà été suspecté en 2016 d’opérer sur des câbles sous-marins (NavalNews).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

L’entreprise russe ZALA AERO GROUP a présenté une version navalisée de son drone kamikaze. Il pourra atteindre une vitesse de 130 km/h et sera doté d’une autonomie de vol de 30 minutes. Sa capacité à mener une attaque plongeante sur sa cible lui permet de déjouer les défenses anti-aériennes classiques, particulièrement vulnérables à ce type de drone (NavalNews).

Lors de l’IDEF (salon turc de la défense) 2021, trois modèles de sous-marins futurs de conception turque ont été présentés. La société STM a dévoilé le mini sous-marin STM-500 prévu notamment pour opérer à de faibles profondeurs, ainsi que le TS1700, un sous-marin de taille moyenne. La société Dearsan a aussi exposé un modèle de sous-marin léger (33,60 mètres de long et 3,50 mètres de large). Ces projets témoignent de l’ambition turque de concevoir des sous-marins de construction nationale (NavalNews).

La construction du quatrième porte-avions de classe Ford a débuté en Virginie. Il sera baptisé en l’honneur du matelot Doris Miller, premier afro-américain récipiendaire de la Navy Cross. Il devrait être mis sur cale en 2026 et entrer en service en 2032. D’un déplacement d’environ 100 000 tonnes, il pourra atteindre une vitesse de 30 nœuds et sera armé par 4 600 marins (MeretMarine).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le plus grand porte-conteneurs du monde, l’EverAce, appartenant à la société EverGreen, a emprunté pour la première fois le canal de Suez le 28 août dernier. Il mesure 400 mètres de long, 61,5 mètres de large, jauge près de 235 000 tonnes et peut emporter près de 24 000 conteneurs. Notons que deux semaines plus tôt, l’EverGiven, un autre porte-conteneurs, qui avait été bloqué en mars dernier dans le canal, interrompant la navigation, avait de nouveau emprunté le canal (OffshoreEnergy).

Le groupe norvégien Yara International a terminé la fabrication de son cargo Yara Birkeland, premier cargo 100% électrique et autonome dont la propulsion a été conçue par la société Kongsberg. Sa mise à l’eau a pris un an de retard pour des raisons liées à des questions logistiques et à la pandémie de COVID 19. Le navire, d’une longueur de 80 mètres, et pouvant évoluer jusqu’à 13 nœuds, pourra transporter 120 conteneurs. Il devrait effectuer sa première rotation très prochainement (UsineNouvelle).

L’équivalent de 20 000 barils de pétrole se sont échappés de la centrale thermique syrienne de Baniyas. Cette fuite a engendré une marée noire qui se dirige vers les côtes de la “République Turque de Chypre Nord”. Les responsables de cette entité, non reconnue internationalement, ont déployé un barrage anti-pollution et ont aussi mis en garde sur une probable pollution des fonds marins. Des images satellites ont permis d’évaluer la propagation de la marée noire sur près de 300 milles carrés (MaritimeExecutive).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@def.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedInFacebook et Twitter.

LES @MERS DU CESM

Nous avons le plaisir de vous adresser la dernière édition des mers de cette année. La production reprendra début septembre.

Afin de mieux vous satisfaire, nous souhaiterions connaitre votre avis sur cette publication. Merci, si vous le souhaitez, de répondre à ce questionnaire et de nous le renvoyer à l’adresse cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr.

1- Cette publication vous intéresse-t-elle ?

2- Pensez-vous qu’elle vous apporte des informations utiles pour comprendre le monde maritime ?

3- La périodicité vous semble-t-elle adaptée ?

4- Quels sujets vous intéressent le plus ?

5- Quels sujets vous intéressent le moins ?

6- Quelles rubriques vous intéressent le plus ?

7- Quelles rubriques vous intéressent le moins ?

8- Quels autres thèmes ou sujets souhaiteriez-vous voir aborder ?

9- N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions (rédaction libre).

Merci de vos réponses.

14 juillet 1616: Bataille du cap Celidonio.

En 1616, l’Espagne des Habsbourg est en guerre contre l’Empire ottoman. Une flotte espagnole de 6 navires – dont 5 galions – emportant 1 000 mousquetaires quitte Naples pour Chypre sous le commandement de don Francisco de Rivera. Ce dernier navigue dans les eaux de l’île sous domination ottomane, poussant les Turcs à envoyer une flotte de 55 galères à sa rencontre. Avec 275 canons et 12 000 hommes, les Ottomans pensent vaincre aisément les 191 canons et 2 000 espagnols. La bataille commence le 14 juillet à 9h du matin. Après une journée de combat, les Turcs se retirent avant de revenir à l’attaque le jour suivant, puis de nouveau le jour d’après, sans plus de succès. Le 16, la flotte ottomane se retire définitivement après avoir perdu 6 galères – 5 coulées et une détruite par une explosion – 1 000 janissaires et 2 000 marins. 19 galères sont aussi endommagées. Les Espagnols déplorent quant à eux 34 morts, 93 blessés et deux navires endommagés, les dommages les empêchant de poursuivre l’ennemi. C’est une des plus grandes victoires sur les Ottomans depuis Lépante ; la bataille vaut le titre d’amiral à Francisco de Rivera.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Japon/Pakistan:

Le dimanche 11 juillet, un navire de la force maritime d’autodéfense japonaise, le Yuugiri, s’est rendu dans le port de Karachi où il a été accueilli par la marine pakistanaise. Le Yuugiri avait participé en février 2021 à l’exercice AMAN-21 qui s’était tenu dans les eaux du Pakistan. Sa présence à Karachi est un témoignage des « relations cordiales de longue date » qui existent entre le Japon et e Pakistan (TheNation).

Royaume-Uni/États-Unis/Corée du Sud/Japon :

La Royal Navy australienne a organisé cette année l’exercice Pacific Vanguard 2021, qui s’est déroulé au large de la côte est de l’Australie, avec la participation des marines américaine, coréenne, et japonaise. Les quatre marines ont mené des opérations de guerre sous-marine, aérienne, et de tirs réels de missilesPacific Vanguard s’inscrit, selon l’U.S. Navy, dans un processus de la multiplication d’exercices destinés à assurer un accès libre et ouvert à l’indopacifique (NavalNews).


Iran :

L’Iran a envoyé deux bâtiments, dont le Makran, à destination du Venezuela afin d’y faire parvenir des équipements militaires, probablement des vedettes. Washington avait mis en garde le Venezuela et lui avait demandé de ne pas les accueillir. A cette occasion, le commandant de la marine iranienne a déclaré que la présence de ses navires dans l’océan Atlantique réfute l’affirmation américaine selon laquelle l’Iran n’a pas la capacité d’y avoir une présence militaire. (IranInternational).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

À l’occasion du Salon international de la Défense (DEFEA 2021) qui se déroule à Athènes du 13 au 15 juillet, la société israélienne Rafael présente ses dernières innovations navales, et notamment, le Sea Breaker, un système de missiles de précision sol-mer doté d’une portée de 300 km, ainsi que le C-Dome, une version navale du système de défense aérienne Iron Dome, qui peut être installé sous le pont d’un navire (NavyRecognition).

Les chantiers navals dominicains Ciramar ont signé une alliance stratégique avec la société allemande Fassmer Technical Projects afin de coopérer dans divers domaines, notamment la conception et la construction de nouveaux navires en République Dominicaine. A cet effet, le président de la République dominicaine a rencontré les directeurs de la société locale ainsi que de la société allemande. Deux officiers supérieurs américains appartenant à l’US Navy et l’US Marine Corps ainsi qu’un général de brigade dominicain étaient également présents lors de la rencontre (MarineLink).

Le mercredi 7 juillet, l’entreprise de construction navale allemande ThyssenKrupp Marine Systems a délivré à la marine égyptienne son quatrième et dernier sous-marin Type 209/1400. Les submersibles de ce type, longs de 62 mètres pour un déplacement maximum de 1 600 tonnes, sont mis en œuvre par 30 membres d’équipage. Les sous-marins Type 209/1400 doivent permettre à l’Egypte de protéger ses côtes ainsi que ses intérêts maritimes en mer Rouge et en Méditerranée (NavalToday).

L’Allemagne et la Norvège ont signé un contrat avec ThyssenKrupp Marine Systems pour la construction de six sous-marins Type 212CD. Deux d’entre eux seront destinés à l’Allemagne et quatre à la Norvège. La livraison du premier submersible norvégien est prévue pour 2029, celle des sous-marins allemands pour 2032 et 2034 (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le 11 juin, le porte-conteneurs Zephyr Lumos immatriculé au Royaume-Uni, est entré en collision avec le MV Galapagos, immatriculé à Malte, au large du port de Muar dans le détroit de Malacca. L’impact a provoqué une profonde entaille sur le côté tribord de la coque du bâtiment maltais. Selon l’amiral Nurul Hizam Zakaria, responsable du district de Johor, l’enquête initiale suggère une défaillance probable du système de direction du Galapagos le faisant virer devant le Zephyr Lumos (MaritimeExecutive).

Le 7 juillet, une tornade a frappé la base navale américaine de sous-marins de Kings Bay. Elle a notamment endommagé des logements de civils travaillant sur la base, mais n’a touché aucun équipement militaire. La tornade a fait dix-sept blessés (NavyTime).

 

Un navire autonome sans équipage, le Saildrone Surveyor, a effectué un voyage de 28 jours entre San Francisco et Honolulu. C’est le drone de cartographie océanique le plus imposant, avec ses 14 tonnes, et le plus sophistiqué au monde. Alimenté grâce aux énergies éolienne et solaire, il est capable d’effectuer des relevés en haute résolution jusqu’à une profondeur de 7 000 mètres sur de longues durées. Il permet ainsi des économies sur le coût et l’empreinte carbone de la cartographie océanique. La société Saildrone a annoncé la construction d’unités supplémentaires (SeaPower).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des amers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@def.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedInFacebook et Twitter.