Etudes Marines n°15 : Nourrir

 

Capture d’écran 2019-02-28 à 18.52.38.pngLe CESM vient de publier le dernier numéro des « Études Marines » ! Retrouvez « Nourrir » en intégralité !

La Mer nourrit la Terre, l’Homme le sait depuis toujours. Le site de Pinnacle Point, en Afrique du Sud, a révélé les traces d’une économie de subsistance tournée vers la mer remontant à… 164 000 ans. Depuis des temps immémoriaux, l’être humain pêche, élève poissons, crustacés ou algues. C’est depuis toujours aussi que la nourriture circule sur les océans, la Rome antique guettant avec anxiété les navires convoyant d’Égypte, de mer Noire ou de Carthage le blé indispensable pour assurer la subsistance de la Cité des Césars.

Ce qui change aujourd’hui, c’est l’intensité de cette dépendance : la croissance démographique mondiale, la globalisation nous ont rendu tributaires de la mer pour notre alimentation… comme pour l’approvisionnement en eau, certaines
régions du monde reposant sur les usines de dessalement d’eau de mer pour assurer
leur consommation.

Assurer la sécurité de ces flux, la protection de ces ressources, leur exploitation raisonnée, n’est plus seulement un impératif, c’est devenu une obligation tant notre avenir, pour nos besoins les plus primaires, passe par la mer…

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

2 décembre 1751

Naissance du peintre Jean-François Hue. Élève de Gabriel-François Doyen (Prix de Rome 1748) puis de Joseph Vernet, Peintre des marines du Roi, il prend goût à la représentation de paysages pittoresques durant un séjour en Italie avant d’aborder le registre des marines vers 1789. Hue s’illustre en représentant la mer sous ses aspects les plus violents (naufrage, tempête, combat…) avec des effets de lumière saisissants. A la demande de l’Assemblée Constituante, il réalise de 1792 à 1798 six tableaux sur « Les ports de Bretagne » pour compléter la légendaire série des Ports de France de son maître Vernet. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Chine/États-Unis/Taiwan

Deux bâtiments de l’U.S. Navy, le destroyer lance-missiles USS Stockdale, type Arleigh Burke Flight II A, et le pétrolier-ravitailleur USNS Pecos, type Henry J. Kaiser, ont franchi mercredi 28 novembre le détroit de Formose. C’est la troisième fois cette année que des navires américains empruntent cette voie dans le cadre des opérations de liberté de navigation. Or pour Pékin, en application du concept de « Chine unique », tout passage de navire militaire peut y être apprécié comme une atteinte à sa souveraineté. Le passage des navires américains a fait l’objet d’un commentaire de la part du porte-parole du ministère de la défense chinois durant un point de presse régulier, alors que les présidents Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer ce week-end en Argentine, en marge du G20 (Reuters).

Russie/ Singapour

Trois navires russes de la flotte du Pacifique sont en escale à la base navale de Changi, à Singapour. Partis le 1eroctobre de Vladivostok, le croiseur lance-missiles Varyag, type Slava, le destroyer lance-missiles Admiral Panteleyev, type Udaloy, et le pétrolier-ravitailleur Boris Butoma mènent une campagne de trois mois d’échanges avec différents États du pourtour du Pacifique (Corée du sud, Chine, Brunei, Japon…). Le retour à leur port base est prévu début janvier (NavalToday).

Grèce/Égypte/Chypre

La 7e édition de l’exercice naval Medusa organisé par l’Égypte et la Grèce vient de s’achever. Parmi les unités présentes, le porte-hélicoptère d’assaut égyptien ENS Anwar El Sadat, type Mistral, et la frégate grecque Elli, type Kortenaer. La marine chypriote a elle aussi participé à l’exercice, illustrant ainsi le rapprochement des trois pays suscité par leur projet commun de gazoduc entre la Grèce et les champs offshore du bassin levantin (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La marine iranienne a réceptionné le mercredi 28 novembre deux sous-marins de poche de classe Qadir (120 tonnes) avant la livraison de la frégate Dena type Mowj (1 500 tonnes), prévue le 1er décembre. La livraison de ces trois bâtiments de construction locale a été saluée sur Twitter par le guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei (Marine&Océans).

La cérémonie de découpe de la quille de la première corvette qatarie classe Doha s’est tenue le 27 novembre au chantier naval Fincantieri de Muggiano, près de La Spezia. Il s’agit de la première unité d’un contrat prévoyant la livraison à la marine qatarie de quatre corvettes, un bâtiment amphibie et deux patrouilleurs océaniques. Le Dohadevrait être livré en 2021 (NavalToday).

Selon Alexei Rakhmanov, le président du chantier naval russe USC, la chute d’une grue sur l’Admiral Kuznetsov le 30 octobre dernier n’aurait occasionné que des dégâts mineurs au porte-avions. Il estime le coût des réparations à un million de dollars et ne prévoit pas de retard pour la remise du bâtiment à la marine russe au cours de l’année 2021. L’Admiral Kuznetsov est actuellement en chantier de modernisation à Mourmansk (NavyRecognition).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

A l’occasion de la visite du président chinois Xi Jinping aux Philippines, un arrangement global a été conclu entre les deux pays pour mener conjointement des travaux d’exploration de gisements d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale. Pendant un an, les modalités de mise en œuvre vont être négociées entre les différentes parties afin d’exploiter les champs situés au large de l’île philippine de Palawan. Malgré leur différend au sujet de l’île de Kalayaan, Pékin et Manille continuent de renforcer leur coopération (SouthChinaMorningPost).

Leader mondial de l’éolien en mer, l’entreprise danoise Ørsted (anciennement DONG Energy) a annoncé le 28 novembre vouloir investir 27 milliards d’euros dans les énergies renouvelables d’ici 2025, dont 75 à 85 % pour l’éolien offshore. Le marché devrait tripler à l’horizon 2030 selon Henrik Poulsen, le directeur général d’Ørsted. Avec ces investissements, le groupe danois vise une capacité de production en EMR de 15 GW en 2025 et de 30 GW en 2030 (Capital).

Le groupe américain Carnival et le capitaine de l’Azura ont été condamnés, lundi 26 novembre, par le tribunal correctionnel de Marseille à une amende de 100 000 euros pour avoir enfreint les normes antipollution. La décision fait suite à un contrôle à Marseille le 28 mars dernier par des inspecteurs du Centre de sécurité des navires qui avaient constaté que le paquebot avait utilisé, en mer territoriale, un carburant dont la teneur en soufre était supérieure au seuil autorisé par l’OMI. Cette condamnation est une première en France (LeMonde).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

27 novembre 1761 :

Naissance de Julien Marie Cosmao-Kerjulien. « Officier bleu » pendant la guerre d’Amérique, il est admis dans la marine royale comme sous-lieutenant de vaisseau en 1786 grâce à ses qualités de fin tacticien et d’habile manœuvrier. Durant la Révolution et l’Empire, il s’illustre notamment lors de la prise la prise du Rocher du Diamant, en Martinique, et du combat des Quinze-Vingt, au large du Cap Finisterre, avant de venger la marine impériale lors de la bataille du 23 octobre 1805 près de Cadix. En Méditerranée, par ses actions audacieuses, il tient tête à la Royal Navy, plus particulièrement avec la manœuvre du Wagram, le 5 novembre 1816, au large de Toulon. Napoléon Ierdira de lui qu’il était « le meilleur marin de l’époque ». 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Russie/Ukraine :

Trois bateaux de la marine ukrainienne ont été arraisonnés, dimanche 25 novembre, par les garde-côtes russes alors qu’ils tentaient d’entrer en mer d’Azov par le détroit de Kertch, eaux contestées depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Le FSB accuse les navires d’être entrés dans les eaux territoriales russes et déclare avoir été contraint de recourir aux armes pour les arrêter, faisant plusieurs blessés. L’Ukraine dénonce un « acte agressif » et a voté la loi martiale, qui entrera en vigueur mercredi matin dans les régions frontalières, notamment le long de la mer d’Azov (NouvelObs).

États-Unis/Singapour :

Le porte-avion USS John C. Stennis et son escorte sont en escale à Singapour après avoir mené des exercices en mer des Philippines avec le groupe aéronaval de l’USS Ronald Reagan. Le bâtiment est notamment accompagné du croiseur lance-missile USS Mobile Bay et du destroyer lance-missile USS Spruance (NavalToday).

Russie/Brunei :

Trois navires russes ont fait escale à Brunei du 18 au 23 novembre. Cette visite s’inscrit dans le cadre des discussions menées entre les deux pays concernant leur coopération bilatérale de défense qui a intégré ce mois-ci, pour la première fois, un volet naval à travers la mise en place d’un groupe de travail conjoint (TheDiplomat).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Les chantiers navals Navantia ont lancé, le 23 novembre, le pétrolier-ravitailleur HMAS Supply, de la classe éponyme, destiné à la marine australienne. Première unité d’une série de deux bâtiments, il déplace près de 20 000 tonnes pour 173 mètres et sera entre autres destiné au soutien logistique d’une flotte de combat et aux missions d’aide humanitaire dans le cadre de catastrophes naturelles. Les deux unités de la classe Supply devront remplacer, à terme, les deux navires de la classe Success actuellement en service (NavalToday).

À l’occasion de la Journée de la marine mexicaine, cette dernière a lancé, le 23 novembre à Oaxaca, le patrouilleur océanique (OPV) ARM Reformador. Déplaçant 2 500 tonnes pour 107 mètres de longueur, il a été construit en partenariat avec le chantier naval néerlandais Damen. Fortement armé pour un bâtiment de ce tonnage, il a une autonomie de 20 jours. Il devrait être livré aux forces mexicaines début 2020 (NavalToday).

Selon Nippon News Network (NNN), le gouvernement japonais prévoirait de commander des chasseurs Lockheed Martin F-35B à décollage court et atterrissage vertical (STOVL) pour les deux destroyers porte-hélicoptères de classe Izumo de la Force maritime d’autodéfense japonaise. Cette acquisition devrait être officialisée lors de la publication du nouveau plan de défense japonais, le mois prochain. Les installations aviation de ces bâtiments devront subir des modifications pour leur permettre d’accueillir ces appareils (NavyRecognition).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le ministre iranien du pétrole a officialisé, dimanche 25 novembre, le retrait du groupe Total du projet gazier South Pars et la reprise de ses parts par le groupe pétrolier public chinois CNPC. Cet abandon, annoncé en août dernier par l’entreprise française, fait suite au rétablissement des sanctions américaines et à la menace qui pèse sur les entreprises qui continueraient à entretenir des relations commerciales avec l’Iran. Signé en 2017, le contrat aurait permis à Total d’exploiter la moitié de ce gisement gazier, actuellement le plus grand au monde (LeFigaro).

Du 27 au 28 novembre ont lieu à Brest les Assises de l’économie de la mer. Ce rendez-vous annuel est, depuis 2005, le lieu de rencontre de la communauté maritime française où se mêlent acteurs de la filière issus des secteurs privé comme public et décideurs politiques. Cette nouvelle édition mettra à l’honneur l’innovation maritime à travers différentes tables rondes sur la numérisation du maritime, la place des produits aquatiques dans les secteurs de l’alimentation et de la santé ou encore les questions énergétiques (Assises2018).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

24 novembre 1642 :

Naissance d’Anne Hilarion de Tourville. Admis dans l’Ordre de Malte, il remporte ses premières victoires contre les barbaresques avant de rejoindre la marine royale comme capitaine de vaisseau à 24 ans. Commandant de navire (1668), puis chef d’escadre (1679) et vice-amiral (1689), il s’illustre à Reggio, Sousse, Solebay, Agosta, Palerme, Béveziers, durant la Campagne du large, à Barfleur, Lagos… Marin complet, fin tacticien, attentif à la formation des équipages et à la modernisation de la construction navale et de l’artillerie, il est fait maréchal de France en 1693. Le troisième sous-marin de type Suffren est le neuvième bâtiment de la Marine à porter son nom.

 DÉFENSE ET STRATÉGIE

Taïwan :

Les garde-côtes taïwanais ont débuté le 21 novembre une série d’exercices de tirs réels à partir de l’île de Taiping, ou Itu Aba, en mer de Chine méridionale. Cette île de l’archipel des Spratleys est administrée par Taipei mais fait l’objet de revendications de la Chine, des Philippines et du Viêtnam, qui a d’ailleurs déjà protesté publiquement de cette nouvelle atteinte à sa souveraineté (TaiwanNews).

Golfe d’Aden :

La Combined Task Force 151, actuellement sous commandement koweïtien, chargée de lutter contre la piraterie dans la Corne de l’Afrique, mène du 16 au 23 novembre 2018 l’opération HAKA dans le golfe d’Aden et au large de l’île de Socotra. Alors qu’ils semblaient diminuer depuis plusieurs années, les actes de piraterie dans la Corne de l’Afrique ont doublé entre 2016 et 2017 selon l’ONG Oceans Beyond Piracy (CombinedMaritimeForces)

États-Unis/Chine :

Le porte-avions nucléaire américain USS Ronald Reagan et son escorte ont fait escale le 21 novembre à Hong Kong après avoir mené des exercices en mer des Philippines. En septembre dernier, les autorités chinoises avaient refusé l’accès au porte-hélicoptères d’assaut USS Wasp alors que les relations entre les deux premières puissances mondiales étaient particulièrement tendues. Les présidents américain, Donald Trump, et chinois, Xi Jinping, doivent se rencontrer fin novembre lors du sommet du G20 en Argentine (SouthChinaMorningPost).

Royaume-Uni/Ukraine/Russie :

À l’occasion d’une rencontre avec son homologue ukrainien, le général Stepan Poltorak, le secrétaire à la Défense britannique, Gavin Williamson, a annoncé le déploiement en 2019 du navire océanographique et hydrographique HMS Echo en mer Noire. Ce déploiement illustre l’engagement britannique aux côtés de l’Ukraine tant que les relations entre cette dernière et la Russie ne se seront pas apaisées. En 2018, la Royal Navy a déjà déployé en mer Noire un navire, le destroyer lance-missiles de type 45 HMS Duncan, dans le cadre d’une mission de l’OTAN (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La marine sud-coréenne a reçu le quatrième et dernier navire de débarquement de chars de la classe Cheon Wang Bong, le ROKS No Jeok Bong, construit par le chantier naval Hyundai Heavy Industries. Le bâtiment de 127 mètres de long pour un déplacement de 4 900 tonnes va mener six mois d’essais à la mer avant une entrée au service actif prévue pour début 2019. Les Cheon Wang Bong doivent à terme remplacer les bâtiments de classe Go Jun Bong (Jane’s).

La marine philippine a tiré avec succès, en conditions réelles, deux missiles légers Spike-ER (version très longue portée) développés par la firme israélienne Rafael. Les Philippines se dotent ainsi de leur premier système de missiles anti-navires, d’une portée de 8 000 mètres. Ils seront installés sur les vedettes d’assaut rapides de type Mk III ainsi que sur les hélicoptères Agusta Westland AW109 (ManilaBulletin).

L’Inde et la Russie ont ratifié les contrats de construction de quatre frégates de classe Amiral Grigorovich (projet 1135.6), dont les deux premières unités seront réalisées par le chantier naval russe Yantar, aux termes d’un accord signé en octobre. Le second contrat conclu porte sur deux unités supplémentaires qui seront construites par le chantier indien Goa, avec un transfert de technologie. Les turbines à gaz de propulsion seront achetées directement par l’Inde à l’Ukraine (HindustanTimes). L’Inde a par ailleurs adressé aux États-Unis une demande d’acquisition de 24 hélicoptères multi-missions MH-60R en remplacement de leurs Sea King via la procédure américaine de Foreign Military Sales (FMS) (TheHindu).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

L’Union européenne et la Guinée-Bissau ont signé un accord de partenariat de pêche durable, a annoncé le 16 novembre la Commission européenne, dont l’objectif est d’appliquer progressivement un système fondé sur les limites de capture. Une cinquantaine de navires européens pourront pêcher des quantités prédéterminées de certaines espèces dans les eaux de Guinée-Bissau durant les cinq ans de validité de cet accord, en contrepartie d’une contribution financière de l’UE. Pour la Guinée-Bissau, la pêche est un enjeu majeur, le secteur représentant environ 7 % de son PIB (LeMarin).

Le gouvernement sud-coréen a annoncé le 22 novembre dernier un nouveau train de mesures d’assistance à son industrie de construction navale, dont la commande de 140 navires de différents types à propulsion au GNL et une aide financière d’un peu plus de 1,3 milliards d’euros à destination principalement des petites et moyennes entreprises du secteur. Début novembre, le Japon avait porté plainte contre la Corée du Sud auprès de l’OMC pour financement illégal de son industrie navale à la suite d’une mesure similaire au profit des géants de l’industrie navale tels que Daewoo et Hyundai Heavy Industries (HellenicShippingNews).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

22 novembre 1718 :

Mort de Barbe Noire à la bataille d’Ocracoke. Craignant l’établissement d’une base de pirates sur Ocracoke, une île proche de la Caroline du Nord, les négociants américains convainquent le Gouverneur de Virginie de lancer la Royal Navy contre Edward Teach, dit Barbe Noire. Le lieutenant Robert Maynard arme deux sloops à faible tirant d’eau pour pénétrer dans les Outer Banks et attaquer le pirate dans son repaire. Le combat est violent, les Anglais sont tous tués ou blessés. La fin de Barbe Noire est aussi épique que son existence : plusieurs fois touché, il meurt dans un terrible duel avec Maynard au pistolet et à l’épée.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Égypte/Arabie saoudite/EAU/Koweït/Bahreïn/Jordanie :

La première édition de l’exercice Arab Shield, qui s’est tenue du 3 au 16 novembre, a réuni l’Égypte, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn et la Jordanie avec, comme observateurs, le Liban et le Maroc. Comprenant des forces terrestres, aériennes et navales, ces entraînements conjoints se sont déroulés dans le nord-est de l’Égypte et en mer Méditerranée. Ils pourraient être une première étape dans la constitution d’une Alliance stratégique pour le Moyen-Orient (MESA) que les États-Unis appellent de leurs vœux (IsraelDefense).

APEC :

Le déroulement du sommet APEC 2018 (Asia-Pacific Economic Cooperation) en Papouasie-Nouvelle-Guinée a été rendu difficile par les dissensions entre les États-Unis et la Chine, empêchant pour la première fois l’élaboration d’un communiqué final. Les deux « géants » ont affiché leur rivalité dans cette région du Pacifique, alors que le royaume du Tonga vient d’intégrer le projet chinois des Nouvelles routes de la soie, tandis que les États-Unis et l’Australie ont annoncé un projet commun de modernisation de la base papou-néo-guinéenne de Manus Island (ABCNews).

Cambodge :

Le Premier ministre cambodgien a annoncé, lundi 19 novembre, qu’aucune base militaire étrangère ne serait ouverte dans le royaume. Cette déclaration fait notamment suite à une lettre du Vice-Président américain Mike Pence qui s’inquiétait des rumeurs d’installation d’une emprise navale chinoise dans le sud-ouest du pays ouvrant sur le golfe de Thaïlande et, de là, donnant un accès facilité à la mer de Chine méridionale (LeFigaro).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le destroyer lance-missile américain USS Michael Monsoor et le porte-aéronefs britannique HMS Queen Elizabethse sont rencontrés en Atlantique pour un « PHOTEX » à l’occasion des commémorations du Veteran’s Day, le 11 novembre dernier. Le Michael Monsoor, deuxième bâtiment de la classe Zumwalt, devrait rejoindre le service actif en janvier 2019 (NavalToday).

L’US Navy a pris possession le 15 novembre dernier du bâtiment de transport rapide de personnel USNS Burlington,de classe Spearhead, construit par les chantiers Austal. Il s’agit du 10e navire de cette classe à être livré à l’armée américaine depuis la mise sur cale de la première unité en 2010. À terme, le Military Sealift Command disposera d’au moins treize unités de ce type de bâtiment de transport rapide et de soutien, conçu pour opérer en eaux peu profondes (NavalToday).

Le sous-marin argentin San Juan, de type TR-1700, a été localisé le 17 novembre, un an après qu’il a disparu avec 44 membres d’équipage à son bord. Ce sont les robots sous-marins de la société américaine Ocean Infinity qui ont retrouvé l’épave à plus de 900 mètres de profondeur et à 600 km à l’est de Comodoro Rivadavia, dans l’océan Atlantique. Le bâtiment a sans doute implosé, les investigations continuent (Mer&Marine).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Afin de se prémunir contre d’éventuelles sanctions américaines dans le cadre du blocus économique imposé à l’Iran, la société Bureau Veritas a sorti de sa flotte classée six navires exploités par des armements publics iraniens sous pavillon panaméen. Onze des douze sociétés de classification majeures dans le monde ont adopté la même démarche. La douzième et dernière, la société italienne Rita, relève d’un pays exempté temporairement de sanctions (LeMarin).

Le 19 novembre, les présidents turc Recep Tayyip Erdoğan et russe Vladimir Poutine ont marqué par leur rencontre la fin des travaux de construction du tronçon sous-marin du gazoduc TurkStream. Une fois la phase terrestre achevée d’ici fin 2019, près de 31 milliards de mètres cubes de gaz transiteront chaque année de Russie via la mer Noire vers la Turquie, puis l’Europe, en contournant l’Ukraine. Ce projet illustre concrètement la reprise des relations turco-russes, notamment par des coopérations étroites dans les domaines de l’énergie et de l’armement (Capital).

Le paquebot Queen Elizabeth est actuellement en arrêt technique pour douze jours à Brest. Parmi les nombreux travaux qui mobiliseront plus de 250 personnes en continu, le principal est l’installation de scrubbers, des dispositifs de nettoyage des fumées du navire qui permettent de retenir une partie des émissions sulfurées (LeTélégramme).

Le Liberia vient de rejoindre le Maritime Anti-Corruption Network (MACN), une initiative privée visant à lutter contre la corruption dans le domaine maritime. Premier État à faire partie de la centaine de membres de cette organisation lancée en 2011, le Liberia accorde aujourd’hui son pavillon à plus de 4 000 navires dans le monde (Imarest).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

18 novembre 1809 :

Prise d’un convoi de la Compagnie britannique des Indes orientales. Durant les guerres de l’Empire, une escadre aux ordres du capitaine de vaisseau Jacques Hamelin est envoyée dans l’océan Indien pour attaquer les lignes de commerce britanniques. Après déjà plusieurs victoires, Hamelin, à la tête d’un groupe de trois navires, aperçoit dans les eaux du golfe du Bengale trois imposants East Indiamen bien armés. Le vent empêche les Français de se regrouper et une attaque coordonnée des Anglais pourrait réussir. Mais deux des Indiamen préfèrent rompre. Après combat au canon et poursuite, les trois navires sont finalement saisis par les Français.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis :

Les porte-avions USS Ronald Reagan et USS John C. Stennis conduisent actuellement des manœuvres conjointes en mer des Philippines avec leurs groupes d’escorte respectifs. Les forces déployées (150 avions, 10 navires, 12 600 personnes) y mènent des entraînements de surface, aériens et de lutte sous la mer, dans une démonstration de puissance visant à affirmer la liberté de navigation dans la région (USNavy)

Australie/États-Unis/Japon :

La marine royale australienne rejoindra pour la première fois l’exercice de guerre des mines 3JA qui débutera le 17 novembre au large des côtes sud du Japon. Organisées annuellement par les marines américaine et japonaise, ces manœuvres permettront aux participants de mettre en application leurs savoir-faire en matière de guerre des mines et de confronter leurs réflexions tactiques. Elles s’achèveront pour l’US Navy et la Force maritime d’autodéfense japonaise par un entraînement combiné autour du thème de la mise en place d’une voie commerciale sécurisée à travers une zone minée (Stripes).

ASEAN :

Du 11 au 15 novembre s’est tenu à Singapour le sommet annuel de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. À cette occasion, le Premier ministre indien, le Vice-Président américain et le Premier ministre chinois ont chacun exprimé leurs vues sur cette région, siège de nombreuses tensions. Alors que les représentants indien et américain ont réaffirmé la nécessité de respecter le droit international et la liberté de navigation pour faire de ces eaux une région libre et ouverte (TheStraitTimes), le chef de gouvernement chinois s’est voulu rassurant tout en critiquant les sanctions économiques américaines à l’endroit de la Chine, élément perturbateur pour la stabilité de la zone selon les autorités chinoises (Time).

Érythrée :

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité la levée des sanctions internationales contre l’Érythrée. Le pays était visé depuis 2009 par un embargo sur les armes, des gels d’avoirs et des interdictions de voyager. C’est le réchauffement diplomatique avec ses voisins qui a largement favorisé son insertion dans le concert des Nations. L’accord de paix conclu le 16 septembre dernier avec l’Éthiopie doit se prolonger par le développement d’une coopération maritime et portuaire, pour user avantageusement d’une position stratégique en mer Rouge (EuroNews).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La construction du HMAS Arafura, 1er patrouilleur hauturier de la classe éponyme destiné à la marine royale australienne, vient de débuter au chantier naval d’Osborne, près d’Adelaide. Développés par les sociétés allemandeLürssen et australienne ASC à partir du design de l’OPV 80, les 12 bâtiments prévus remplaceront les actuelles classes de patrouilleurs, chasseurs de mine et navires hydrographiques. L’Arafura devrait être admis au service actif en 2022 (NavalToday).

Le chantier naval turc ARES a annoncé le 13 novembre avoir remporté un contrat pour la construction de 14 patrouilleurs rapides multi-missions ARES 85 Hercule au profit des garde-côtes omanais. C’est la première fois que la Turquie exporte du matériel naval vers le sultanat. Déplaçant 70 tonnes pour une vitesse de 45 nœuds, ces patrouilleurs seront affectés à des missions de service public et de sûreté maritime dans les eaux territoriales d’Oman et en haute mer. Les 14 unités doivent être livrées d’ici 2022 (NavyRecognition).

Pour aller plus loin :

Le retour à quai, à l’issue de sa première patrouille opérationnelle, du SNLE indien INS Arihant est l’occasion pour USNI de développer les enjeux de cette mission, l’Inde étant devenue le premier pays non-membre du Conseil de sécurité de l’ONU à disposer d’une « triade » nucléaire. À travers l’acquisition d’un moyen de dissuasion et de seconde frappe, l’Inde a pour objectif de se prémunir contre la potentielle menace que pourraient représenter certains États comme le Pakistan ou la Chine. Le développement de la force océanique indienne se poursuit, l’ambition de New Delhi étant de disposer, à moyen terme, d’une force de quatre bâtiments lui permettant d’avoir une permanence à la mer d’un outil de dissuasion.

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le Comité interministériel de la mer (CIMer) s’est tenu jeudi 15 novembre à Dunkerque sous la présidence de M. Edouard Philippe. Le Premier ministre y a réaffirmé la volonté du gouvernement de renforcer le développement de la politique maritime française dans toutes ses dimensions. Compétitivité portuaire, économie maritime (dont le contrat de filière « Industriels de la mer » du 29 octobre a marqué une première étape), transition écologique portée par l’éolien en mer, archéologie sous-marine font entre autres partie des 87 mesures retenues à retrouver dans ledossier de presse.

La construction du premier paquebot brise-glace au monde, le Commandant Charcot, a commencé au chantier roumain Vard, pour la compagnie de croisière française Ponant. Bénéficiant de capacités supérieures à la majorité des brise-glaces commerciaux, ce paquebot, le plus grand de l’entreprise, pourra naviguer dans les zones polaires arctique et antarctique. Capable d’accueillir 270 passagers, il dispose d’une propulsion duale : au GNL pour le fonctionnement normal et sur batteries électriques pour des trajets de quelques heures (Mer&Marine).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

14 novembre 1910 :

Premier décollage d’un avion depuis un navire. Toutes les nations réfléchissent aux emplois possibles des avions dans les opérations maritimes. 1910 est une année faste : premier décollage d’un hydravion (en France), création de l’école de pilotage de la marine au Royaume Uni et aux États-Unis, premier décollage depuis un bateau. C’est un pilote civil, Eugene B. Ely, aux commandes d’un biplan Curtiss Pusher qui réalise cet exploit depuis le croiseur USS Birmingham, ancré dans la baie de Chesapeake. Il réussira aussi, trois mois plus tard, le premier appontage au monde. Le 14 novembre 1910 est la date de naissance de l’aéronautique embarquée.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis/Chine :

À l’issue de la seconde édition du Dialogue sino-américain sur la diplomatie et la sécurité, la délégation des États-Unis, présidée par le Secrétaire d’État Mike Pompeo et le Secrétaire à la Défense James Mattis, a appelé la Chine à retirer ses missiles stationnés sur les îles artificielles contestées de mer de Chine méridionale. Depuis 2014, Pékin a militarisé sept îles de l’archipel des Spratleys, s’assurant ainsi un certain contrôle de la zone (TheDiplomat).

Ukraine/Égypte :

Les autorités portuaires ukrainiennes ont signé le 2 novembre, à Kiev, un accord de coopération avec les ports égyptiens d’Alexandrie et de Damiette prévoyant des échanges d’informations et d’expériences sur les différentes activités portuaires menées par l’ensemble des parties. Depuis quelques années, l’Ukraine investit massivement dans ses ports, comme l’illustre un accord similaire signé en juillet dernier avec la Qatar Ports Management Company, afin d’augmenter ses exportations, agricoles notamment (TheMaritimeExecutive).

Inde/Singapour :

Le 10 novembre a débuté l’exercice bilatéral SIMBEX 2018 entre l’Inde et Singapour, dans le golfe du Bengale et en mer d’Andaman. Pour cette 25e édition, la plus importante depuis 1994, une quinzaine de bâtiments de surface, deux sous-marins et divers moyens aériens seront déployés jusqu’au 21 novembre (NavalToday).

Chine/Birmanie :

Après des années de discussions, le gouvernement birman a annoncé le 8 novembre avoir signé avec le conglomérat chinois CITIC un contrat pour la construction d’un nouveau port à Kyaukpyu, dans le golfe du Bengale. La Chine devrait financer 70 % de ce projet estimé à un peu plus d’un milliard d’euros, un montant bien inférieur à celui du programme initialement envisagé. Pékin souhaite relier ce port à son territoire via des infrastructures de transport terrestres afin d’éviter le transit des cargos par le détroit de Malacca (TheMaritimeExecutive).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le destroyer lance-missiles USS Michael Monsoor, second bâtiment de la classe Zumwalt, a quitté le chantier naval du Maine pour rejoindre son port base de Coronado, dans le comté de San Diego, en Californie. Il devrait y être admis au service actif en janvier 2019, avant d’entamer le cycle de tests de son système de combat (NavalToday).

La navigation par GPS des aéronefs, navires et véhicules terrestres a rencontré des perturbations durant les derniers jours de l’exercice Trident Juncture 2018 de l’OTAN. De tels incidents étaient déjà survenus récemment dans la zone, certaines voix accusent la Russie d’en être à l’origine (Marine&Océans).

La marine australienne organise durant le mois de novembre l’exercice international Autonomous Warrior 2018 qui vise à mettre en situation réelle 26 prototypes de drones aériens, de surface et sous-marins, contrôlés depuis la base de Creswell. Cette initiative permettra de tester et développer les capacités des drones à surveiller les espaces côtiers dans les trois dimensions, ainsi qu’à soutenir l’innovation technologique des industriels en accord avec les besoins des forces armées (NavalToday).

La frégate norvégienne Helge Ingstad qui était entrée en collision avec un pétrolier près de Bergen à l’issue de l’exercice Trident Juncture a presque entièrement coulé, après que les câbles qui la retenaient au rivage ont cédé dans la nuit de lundi à mardi (TheBarentsObserver).

Pour aller plus loin :

Le blog Le fauteuil de Colbert dresse un bilan des programmes de renouvellement des forces de surface et sous-marines de l’US Navy. Il distingue les choix industriels visant la rupture technologique des choix « conservateurs » qui améliorent des modèles existants et permettent de produire plus d’unités à des coûts moindres. L’échec du projet de destroyers DD(X) montre notamment que les sauts technologiques peinent à se concrétiser, tandis que l’objectif présidentiel d’une flotte à 355 navires incite à préférer les programmes de modernisation, à l’image des destroyers Arleigh Burke et de leurs futurs bâtiments de type Flight III.

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La société italienne Saras construit actuellement sur l’île de Sarroch, au sud de la Sardaigne, une nouvelle raffinerie destinée au transport maritime. Le raffineur transalpin entend ainsi profiter de la proche entrée en vigueur de la réglementation de l’Organisation maritime internationale (OMI) sur la limitation de la teneur en soufre des carburants marins à 0,5 % pour développer un nouveau marché. Propriété de l’une des raffineries les plus modernes d’Europe, capable de produire en grande quantité du fioul marin peu soufré, le terminal italien permettra le ravitaillement des navires qui croisent en Méditerranée (LeMarin).

L’autorité de recherche et de développement de l’énergie de l’État de New York a publié un appel d’offres pour la production d’au moins 800 MW d’électricité provenant d’éoliennes offshore. Il constitue une première étape dans la réalisation de l’objectif de l’État d’atteindre d’ici 2030 une production de 2,4 GW. Afin de soutenir le développement du secteur éolien à l’échelle nationale, le département américain de l’énergie a doté cet organisme, en juin, d’un fonds de 18,5 millions de dollars pour diriger un consortium de recherche et développement sur le sujet (TheMaritimeExecutive).

Francis Joyon a remporté, dimanche 11 novembre, sa première Route du Rhum après 7 jours 14 heures 21 minutes et 47 secondes passés en mer, un nouveau record. Au terme d’une fin de course exceptionnelle, il use de sa grande expérience pour s’imposer face au rapide leaderde la course, François Gabart, grâce à deux manœuvres tactiques décisives (LEquipe).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

10 novembre 1864 :

Le Japon sollicite l’assistance de la France pour son développement maritime. C’est le commencement de plus de 20 ans de coopération qui vont permettre à l’Empire du Soleil levant de devenir la première puissance navale du Pacifique au début du XXe siècle. La mission française de 1864 est dirigée par Léonce Verny, un ingénieur du génie maritime qui choisit la rade de Yokosuka pour y construire un arsenal moderne, doté d’importants services techniques (cales sèches, fonderie, poudrière…). Yokosuka est toujours une base pour les forces japonaises, elle accueille aussi l’US Navy qui y stationne en permanence un groupe aéronaval. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Corée du Sud/Japon :

Le destroyer Dae Jo-Yeong et les navires amphibies Cheonwang Bong et Il Chul Bong de la marine sud-coréenne étaient cette semaine en visite dans le port de Soseda, au Japon. Environ 600 cadets ont été accueillis par la force maritime d’autodéfense japonaise qui a rappelé les intérêts communs aux deux pays et l’importance de cette coopération. Les États-Unis, dont un bâtiment était également en escale, se sont quant à eux félicités de cette rencontre entre deux de leurs principaux alliés dans la région (USNI).

Australie/Pacifique :

L’Australie a annoncé qu’elle allait augmenter ses investissements en faveur du Pacifique-Sud afin d’y renforcer sa présence alors que l’influence chinoise dans la région est croissante, notamment à travers le projet de Nouvelles routes de la soie. Le plan australien couvrira plusieurs domaines de coopération avec le financement d’infrastructures, via notamment des prêts aux États de la zone, ainsi que des initiatives diplomatiques et militaires (SeattleTimes). Le Premier ministre australien s’était également accordé avec son homologue papouan-néo-guinéen début novembre sur l’installation d’une base navale conjointe sur l’île de Manus (TheGuardian).

États-Unis/Iran :

Afin d’accentuer les sanctions qu’ils ont prises envers l’Iran, notamment contre son secteur pétrolier, les États-Unis ont mis en garde l’ensemble des acteurs maritimes et portuaires du monde entier contre les navires iraniens, et plus particulièrement les pétroliers, que les assurances internationales ne peuvent plus couvrir sans enfreindre les règles imposées par Washington. L’émissaire spécial pour l’Iran du département d’État américain a indiqué que seuls des assureurs iraniens pourraient être sollicités en cas d’accident, lesquels manqueraient certainement d’assise financière pour faire face à d’importants dommages (Marine&Océans).

Russie/Pakistan :

Le chef d’état-major de la marine pakistanaise, l’amiral Abbasi, a rencontré son homologue russe à Saint-Pétersbourg le mercredi 7 novembre, pour discuter de différents projets de collaboration bilatérale en matière navale. La délégation pakistanaise a également visité le lendemain la Flotte de la Baltique russe, journée durant laquelle leur a notamment été présentée la corvette Boiky (TheNews).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Du 6 au 11 novembre se déroule à Zhuhai, dans le sud de la Chine, le salon de l’aéronautique et de l’aviationAirshow China 2019. L’occasion pour les sociétés d’armement chinoises d’exposer leurs matériels, à l’image de l’entreprise CASIC qui présente son nouveau missile balistique hypersonique antinavire, le CM-401, qui pourrait atteindre une vitesse située entre Mach 4 et Mach 6. La présentation lors de ce salon rend probable la vente à l’export de ce missile (EastPendulum).

L’US Navy se dote d’une escadrille de sous-marins « agresseurs » a annoncé, mercredi 7 novembre, le commandant des forces sous-marines américaines, le vice-amiral Charles Richard, commandant des forces sous-marines américaines. Cette mesure s’inscrit dans un plan plus large de modernisation des méthodes d’entraînement des sous-mariniers afin de leur permettre de pouvoir affirmer supériorité face à des équivalents russes ou chinois dans de possibles combats de haute intensité (USNI).

Le jeudi 8 novembre, en Norvège, la frégate lance-missiles norvégienne Helge Ingstad, classe Fridtjof Nansen, de retour de l’exercice Trident Juncture, et le pétrolier maltais Sola TS se sont heurtés à proximité du port de Sture, au nord de Bergen. Le violent choc entre les deux navires a provoqué une large brèche dans la coque tribord de la frégate entraînant une importante voie d’eau. Après avoir été échouée volontairement, la frégate a chaviré jeudi dans la matinée. Des dispositifs de lutte anti-pollution ont été déployés dans l’attente d’une solution pour déplacer la coque (MerEtMarine).

Les réparations des défauts de soudures détectés sur les tubes de lancement verticaux pour les missiles balistiques des futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins américains de classe Columbia représenteraient un surcoût de 27 millions de dollars a révélé un responsable de l’entreprise BWX Technologies. Les tubes affectés n’avaient pas encore été livrés aux chantiers Electric Boat et leur réparation ne devrait pas retarder la construction des sous-marins, bien que les dégâts soient plus importants qu’initialement estimé (USNI).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le Japon a porté plainte contre la Corée du Sud auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour financement illégal de son industrie de construction navale. En grande difficulté financière, des chantiers navals sud-coréens tels que Daewoo ont reçu de la part de banques publiques coréennes d’importantes aides que les autorités nippones estiment excessives et contraires aux principes de l’OMC (LeMarin).

En accompagnement de l’obligation totale au 1er janvier 2019 de débarquement de l’ensemble des poissons pêchés (politique « zéro rejet »), la Commission européenne a présenté, mercredi 7 novembre, ses possibilités de pêche par stocks, des TAC (totaux admissibles de capture) qui devront intégrer les prises accessoires. Certaines pêcheries, dont des françaises, estiment ces mesures pénalisantes et difficilement applicables (Marine&Océans).

Leader mondial de la gestion technique de navires et du management de marins, l’entreprise V.Group travaille actuellement sur une application visant à collecter diverses données sur les 44 000 marins qu’elle emploie. Destinées à faciliter la gestion des ressources humaines, les informations recueillies concerneraient essentiellement le parcours professionnel des marins concernés (LeMarin).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

6 novembre 1794 :

Capture de l’HMS Alexander. Pour la France et la Grande-Bretagne en guerre, assurer son approvisionnement par voie de mer est vital. Aussi, la Royale Navy fait le siège de Brest pour empêcher la flotte du Ponant de se déployer. Profitant d’une tempête qui force les navires anglais à s’éloigner, l’amiral Joseph-Marie Nielly appareille avec son escadre et passe le goulet sans encombre. Au large des Scilly, il aperçoit deux vaisseaux de ligne, les HMS Alexander et Canada. Les Français se portent à leur rencontre : si le Canada, rapide, réussit à s’enfuir, l’Alexander, après un violent combat au canon, est saisi et ramené à Brest.    

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Inde :

Le sous-marin nucléaire lanceur d’engins indien INS Arihant a achevé sa première patrouille opérationnelle de dissuasion le lundi 5 novembre. Lancé en 2009 et admis au service actif en 2016, l’INS Arihant est un sous-marin de 6 000 tonnes à propulsion nucléaire pouvant embarquer actuellement jusqu’à 12 missiles balistiques K-15 Sagarika à courte portée. L’inde dispose donc ainsi d’une triade nucléaire complète et d’une capacité de seconde frappe (IndiaToday).

Australie/Chine :

Dans un contexte d’élections tendues, le Premier ministre australien, M. Scott Morrison, a dénoncé l’adhésion de l’État de Victoria au projet « Belt and Road Initiative » chinois sans consultation préalable du gouvernement central. Le 25 octobre dernier, le gouverneur de l’État de Victoria, M. Andrew Daniels, avait conclu avec l’ambassadeur chinois en Australie, M. Cheng Jingye, un Memorandum of Understanding. Victoria est le premier et pour l’instant le seul État australien à participer au projet des Nouvelles routes de la soie (SouthChinaMorningPost).

Pour aller plus loin :

Depuis 2016, la Chine et les dix membres de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN) ont entamé des discussions visant à élaborer un code de conduite en mer de Chine méridionale, zone de nombreuses revendications territoriales. The Diplomat, dans un entretien avec Gregory Poling, directeur du groupe d’experts sur la mer de Chine méridionale du Center for Strategic and International Studies (CSIS), revient sur les fragilités d’un tel accord et synthétise les résultats d’une étude visant à proposer des approches réalistes et applicables afin d’élaborer un tel code.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le ministre de la Défense canadien, M. Harjit Sajjan, a annoncé le vendredi 2 novembre la commande d’un sixième patrouilleur océanique de type DeWolf pour la marine royale. Longs de 103 mètres pour un déplacement de 6 600 tonnes, ces bâtiments effectueront des missions de souveraineté et d’action de l’État en mer, en Arctique et en haute mer. Lancé en septembre dernier, le NCSM Harry DeWolf, premier de sa classe, devrait être admis au service actif à l’été 2019 (Jane’s360).

La marine turque a réceptionné le 4 novembre la troisième frégate légère TCG Burgazada de classe Ada. Le bâtiment est issu du projet MILGEM (de « Milli Gemi » ou « navire national ») qui prévoit la conception et la réalisation par des chantiers turcs de douze bâtiments (NavalToday). Ankara a par ailleurs signé un contrat avec l’entreprise nationale Roketsan pour la production en série de son premier missile antinavire, l’Atmaca (Reuters).

L’Agence européenne pour la sécurité maritime (EMSA) a contracté avec la société israélienne Elbit Systems pour la mise à disposition durant deux ans d’un drone aérien de longue endurance. Elbit Systems et l’entreprise portugaise CEiiA assureront ensemble la mise en œuvre de l’Hermes 900. Le drone, qui est équipé d’un radar, d’un système optronique, de moyens de communication satellitaires et d’un récepteur AIS, doit servir à détecter au profit de l’EMSA les évènements maritimes de toutes natures : trafics illicites, naufrages, pollutions accidentelles…(DefenceConnect).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le deuxième volet des sanctions américaines contre l’Iran est entré en vigueur ce lundi 5 novembre. Washington vise les exportations de pétrole, qui représentent près de la moitié des ressources budgétaires de la République islamique. Huit pays, dont deux États européens, l’Italie et la Grèce, bénéficient néanmoins de dérogations et sont autorisés par les États-Unis à poursuivre temporairement leurs importations de pétrole iranien. Des mesures supplémentaires ont également été prises, dont la mise sur liste noire de sociétés de transport maritime (LeFigaro).

Fincantieri poursuit et détaille son partenariat avec la Chine dans le secteur de la croisière. L’entreprise italienne vient d’annoncer qu’elle superviserait la mise en place d’un pôle industriel consacré à la construction de paquebots à Baoshan, un district de Shanghai, afin de constituer un réseau de sous-traitants nécessaire à la fabrication de navires made in China. Ce contrat s’inscrit dans le projet tripartite mené par le groupe italien, l’armateur américainCarnival Corporation et China State Shipbuilding Corporation (CSSC) pour la constitution d’une flotte de croisière chinoise (MerEtMarine).

Aux termes d’un contrat conclu pour cinq ans, l’entreprise de transport maritime MSCO (Murmansk Shipping Company) effectuera la livraison de charbon produit en Sibérie septentrionale jusqu’en Europe en empruntant la route du Nord. MSCO devrait ainsi relier le port de Dikson au marché européen dans le cadre de ce qu’elle présente comme l’un des plus importants projets menés en Arctique. Les premières livraisons devraient débuter en 2019 (HellenicShippingNews).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr