LES @MERS DU CESM

image002.jpg

12 décembre 1773 :

Naissance à Saint-Malo de Robert Surcouf. Il commence à naviguer à 13 ans, au commerce, fait un bref passage dans la marine royale avant de devenir capitaine de corsaire, à 20 ans. C’est dans la guerre de course contre la Grande-Bretagne, essentiellement en océan Indien, qu’il construit sa légende de « terreur des Anglais », avec des dizaines d’abordages victorieux, dont deux de ses principaux faits d’armes : en 1796, la prise du Triton (150 hommes, 26 canons) par le Cartier (19 hommes, 4 canons) et en 1800, la légendaire prise du Kent (437 hommes, 40 canons) par La Confiance (160 hommes, 24 canons).

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Russie/Inde :

La 10e édition de l’exercice naval bilatéral indo-russe Indra Navy se déroule dans le golfe du Bengale depuis le 9 décembre ; il durera une semaine, jusqu’au 16. Le croiseur lance-missile Varyag, de type Slava, le destroyer Admiral Panteleyev (projet 1155) et le pétrolier-ravitailleur Boris Butoma,déployés par la Russie, effectueront des entraînements conjoints, notamment en matière de lutte anti-sous-marine, aux côtés de divers bâtiments indiens, dont un sous-marin de classe Sindhughosh (NavalToday).

Royaume-Uni/Chili :

La frégate britannique de type 23 HMS Montrose a pour la première fois fait escale au Chili, dans le port de Valparaiso, à l’occasion des célébrations du bicentenaire de la marine chilienne et du salon Exponaval. Cette visite a permis au Royaume-Uni de souligner l’importance des relations avec Santiago en matière de défense (MercoPress).

Australie/Japon/Corée du Nord :

La base aérienne japonaise d’Okinawa accueille actuellement un P-8A Poseidon déployé par l’Australie afin d’effectuer des patrouilles maritimes en mer de Chine orientale. Cette mission s’inscrit dans l’effort international de contrôle des activités maritimes de la Corée du Nord, visée par des sanctions onusiennes depuis 2006. En septembre dernier, l’Australie avait déjà déployé la frégate HMAS Melbourne dans la zone pour participer aux côtés du Japon et de la Nouvelle-Zélande à la surveillance des mers entourant la péninsule coréenne (TheDiplomat).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le destroyer lance-missile USS Lyndon B. Johnson a été lancé le 9 décembre au chantier naval General Dynamics Bath Iron Works, dans le Maine. La troisième et dernière unité de la classe Zumwalt, qui devait initialement en compter 32, est légèrement différente de ses deux sisterships, dans un but de réduction des coûts de construction, d’adaptation à son spectre de missions revu et de contournement de certaines difficultés de mise au point (un canon électrique, par exemple, au lieu des pièces d’artillerie AGS) (TheDiplomat).

Le ministre de la Défense britannique, M. Stuart Andrew, a annoncé que trois chantiers navals (BAE Systems, Babcock et Atlas Elektronik UK) avaient été sélectionnés afin de mener des études de faisabilité pour la construction des cinq frégates type 31. Le nom du constructeur qui remportera ce contrat devrait être annoncé fin 2019, pour une livraison de la première unité à la Royal Navy prévue en 2023 (NavalToday).

Le Département d’État américain vient d’autoriser dans le cadre d’une Foreign Military Sale, la modernisation du système de guerre électronique des quatre destroyers de la classe Keelung, anciennement classe USS Kidd, en service dans la marine taïwanaise depuis 2005. L’AN/SLQ-32 et certains sous-systèmes vont être mis au standard actuel de l’US Navy. La marine taïwanaise envisagerait d’autres modernisations, par exemple dans le domaine de lutte anti-aérienne, justifiées par la place qu’a Taïwan dans la stratégie indopacifique des États-Unis (TaipeiTimes). 

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), les États-Unis sont devenus exportateurs nets de pétrole et de carburants pour la première fois depuis 1973, date des plus anciennes statistiques de cet organisme. L’exportation « net » (exportations – importations) a été de près de 211 000 barils par jour de brut et de produits raffinés durant la semaine du 26 au 30 novembre. C’est l’exploitation de l’huile de schiste (avec, en 2015, la levée de l’interdiction d’exportation de brut par le président Obama) qui a permis aux États-Unis de devenir le premier producteur de pétrole au monde depuis 2017 (Capital).

À partir de janvier 2019, le port estonien de Tallinn récompensera les navires les moins polluants en appliquant des réductions sur leurs frais de tonnage. Le taux de remise appliqué sera fonction de la note attribuée par l’Environmental Ship Index (ESI) : 80 points ou plus donneront lieu à une remise pouvant aller jusqu’à 8 %, tandis qu’une note entre 65 et 79,9 points permettra de prétendre à 3 % de réduction. Cette mesure a pour but de « préserver l’écosystème déjà fragile en mer Baltique » selon les autorités portuaires (WorldMaritimeNews).

La démolition des navires fait l’objet dans l’Union européenne d’un encadrement juridique spécifique, fondé sur une « licence de démolition » accordée aux chantiers respectant des critères environnementaux et sociaux précis. La liste des sites agréés, établie en 2013, vient de s’élargir en intégrant pour la première fois un site en Méditerranée, à Gênes, et en s’ouvrant à des chantiers extra-européens, avec l’ajout de deux entreprises turques et d’une société américaine (LeMarin).

Pour vous abonner ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr