Les femmes de la Marine, s’engage pour la journée internationale des droits des femmes

53760983_2282488558688743_5056004139000004608_o.jpg

Ce 8 mars à Chaumousey dans les Vosges, la chargée du recrutement officiers et la secrétaire du secteur Grand Est ont répondu présentes à l’invitation lancée par Maison de l’Etudiant Epinal à l’occasion de la journée de « l’Etudiante », le jour international du droit des femmes.

Au programme après un rendez-vous à la Base Roland Naudin à Bouzey, pour échanger et faire connaissance, les étudiantes provenant de tous horizons et nos femmes marins du secteur Grand Est ont été challengées lors d’animations ludiques autour du thème de l’industrie du bois.

La secrétaire arrive 3e par équipe !

Cette activité atypique aura permis de faire la rencontre de sympathiques candidates s’orientant dorénavant vers un recrutement dans la marine !

#etremarin Etre Marin #MarineNationale Marine Nationale Maison de l’Etudiant Epinal

54258032_2282074548730144_3606821077419819008_n.jpg

53792658_2282488458688753_8200866080319602688_o.jpg53856573_2282488528688746_4577330347393417216_o.jpg53423754_2282074458730153_6529328554621009920_n.jpg53684118_2282488398688759_2091553986871033856_o.jpg

« Comment concilier gestion de flux, génération de compétences et conciliation vie privée/professionnelle ?»

bandeau_ced_pdd_4122018.jpg

4 décembre, 8h30 : Petit-déjeuner débat avec le VAE Dupuis, directeur du personnel militaire de la Marine : « Comment concilier gestion de flux, génération de compétences et conciliation vie privée/professionnelle ?»

Organisé par le comité Economie & Défense de l’AA-IHEDN (PJ)

Lieu : La terrasse du 7e, 2e place de l’Ecole militaire (75007)

S’inscrire en ligne sur https://www.aa-ihedn.org/petit_dejeuner_debat_vice-amiral_jean-baptiste_dupuis/ AVANT LE 2 DECEMBRE

2018 12 04 CED VAE Dupuis

RAPARO

1170x485blobbig_1416.png

RAPARO : Du 13 au 16 novembre 2018, la Marine nationale a déclenché, pour la deuxième fois, un exercice de Rappel Partiel de sa Réserve Opérationnelle de niveau 2 (RO2), en région maritime Méditerranée.

L’objectif de cet exercice, nommé « RAPARO CECMED 2018 », était de tester les capacités de la Marine à constituer rapidement un dispositif de renfort en personnel réserviste opérationnel. L’opération s’est déroulée en quatre étapes : 1/ rappel des marins ayant quitté l’institution depuis moins de 2 ans, 2/ équipement du personnel en vêtement et en matériel, 3/ attribution d’un hébergement et 4/ affectation de l’ensemble du renfort dans les différents dispositifs de protection défense d’une emprise militaire.

A la suite des attentats de 2015 et 2016, ce mode accéléré de recours à la réserve opérationnelle, désormais intégrée dans la Garde Nationale, est considérée comme un mode d’action possible en cas de crise majeure. Les 44 marins volontaires de ce RO2 ont suspendu leur activité professionnelle « civile » pour participer à cet exercice durant quatre jours. Une fois regroupés au sein de la compagnie « ROMEO » (pour Réservistes), ils ont été encadrés par un détachement du Groupement des Fusiliers Marins de Toulon et ont eu pour mission d’assurer la protection de ce site de la DGA pendant une campagne de tir de missiles.

Cet exercice « grandeur nature » a été l’occasion pour ces hommes et femmes de renouer avec la Marine nationale et de mesurer, par leur implication dans une mission de protection particulièrement réaliste, l’attractivité du statut de réserviste opérationnel.

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

2 décembre 1751

Naissance du peintre Jean-François Hue. Élève de Gabriel-François Doyen (Prix de Rome 1748) puis de Joseph Vernet, Peintre des marines du Roi, il prend goût à la représentation de paysages pittoresques durant un séjour en Italie avant d’aborder le registre des marines vers 1789. Hue s’illustre en représentant la mer sous ses aspects les plus violents (naufrage, tempête, combat…) avec des effets de lumière saisissants. A la demande de l’Assemblée Constituante, il réalise de 1792 à 1798 six tableaux sur « Les ports de Bretagne » pour compléter la légendaire série des Ports de France de son maître Vernet. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Chine/États-Unis/Taiwan

Deux bâtiments de l’U.S. Navy, le destroyer lance-missiles USS Stockdale, type Arleigh Burke Flight II A, et le pétrolier-ravitailleur USNS Pecos, type Henry J. Kaiser, ont franchi mercredi 28 novembre le détroit de Formose. C’est la troisième fois cette année que des navires américains empruntent cette voie dans le cadre des opérations de liberté de navigation. Or pour Pékin, en application du concept de « Chine unique », tout passage de navire militaire peut y être apprécié comme une atteinte à sa souveraineté. Le passage des navires américains a fait l’objet d’un commentaire de la part du porte-parole du ministère de la défense chinois durant un point de presse régulier, alors que les présidents Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer ce week-end en Argentine, en marge du G20 (Reuters).

Russie/ Singapour

Trois navires russes de la flotte du Pacifique sont en escale à la base navale de Changi, à Singapour. Partis le 1eroctobre de Vladivostok, le croiseur lance-missiles Varyag, type Slava, le destroyer lance-missiles Admiral Panteleyev, type Udaloy, et le pétrolier-ravitailleur Boris Butoma mènent une campagne de trois mois d’échanges avec différents États du pourtour du Pacifique (Corée du sud, Chine, Brunei, Japon…). Le retour à leur port base est prévu début janvier (NavalToday).

Grèce/Égypte/Chypre

La 7e édition de l’exercice naval Medusa organisé par l’Égypte et la Grèce vient de s’achever. Parmi les unités présentes, le porte-hélicoptère d’assaut égyptien ENS Anwar El Sadat, type Mistral, et la frégate grecque Elli, type Kortenaer. La marine chypriote a elle aussi participé à l’exercice, illustrant ainsi le rapprochement des trois pays suscité par leur projet commun de gazoduc entre la Grèce et les champs offshore du bassin levantin (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La marine iranienne a réceptionné le mercredi 28 novembre deux sous-marins de poche de classe Qadir (120 tonnes) avant la livraison de la frégate Dena type Mowj (1 500 tonnes), prévue le 1er décembre. La livraison de ces trois bâtiments de construction locale a été saluée sur Twitter par le guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei (Marine&Océans).

La cérémonie de découpe de la quille de la première corvette qatarie classe Doha s’est tenue le 27 novembre au chantier naval Fincantieri de Muggiano, près de La Spezia. Il s’agit de la première unité d’un contrat prévoyant la livraison à la marine qatarie de quatre corvettes, un bâtiment amphibie et deux patrouilleurs océaniques. Le Dohadevrait être livré en 2021 (NavalToday).

Selon Alexei Rakhmanov, le président du chantier naval russe USC, la chute d’une grue sur l’Admiral Kuznetsov le 30 octobre dernier n’aurait occasionné que des dégâts mineurs au porte-avions. Il estime le coût des réparations à un million de dollars et ne prévoit pas de retard pour la remise du bâtiment à la marine russe au cours de l’année 2021. L’Admiral Kuznetsov est actuellement en chantier de modernisation à Mourmansk (NavyRecognition).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

A l’occasion de la visite du président chinois Xi Jinping aux Philippines, un arrangement global a été conclu entre les deux pays pour mener conjointement des travaux d’exploration de gisements d’hydrocarbures en mer de Chine méridionale. Pendant un an, les modalités de mise en œuvre vont être négociées entre les différentes parties afin d’exploiter les champs situés au large de l’île philippine de Palawan. Malgré leur différend au sujet de l’île de Kalayaan, Pékin et Manille continuent de renforcer leur coopération (SouthChinaMorningPost).

Leader mondial de l’éolien en mer, l’entreprise danoise Ørsted (anciennement DONG Energy) a annoncé le 28 novembre vouloir investir 27 milliards d’euros dans les énergies renouvelables d’ici 2025, dont 75 à 85 % pour l’éolien offshore. Le marché devrait tripler à l’horizon 2030 selon Henrik Poulsen, le directeur général d’Ørsted. Avec ces investissements, le groupe danois vise une capacité de production en EMR de 15 GW en 2025 et de 30 GW en 2030 (Capital).

Le groupe américain Carnival et le capitaine de l’Azura ont été condamnés, lundi 26 novembre, par le tribunal correctionnel de Marseille à une amende de 100 000 euros pour avoir enfreint les normes antipollution. La décision fait suite à un contrôle à Marseille le 28 mars dernier par des inspecteurs du Centre de sécurité des navires qui avaient constaté que le paquebot avait utilisé, en mer territoriale, un carburant dont la teneur en soufre était supérieure au seuil autorisé par l’OMI. Cette condamnation est une première en France (LeMonde).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

7 octobre 1795 :

Prise du Convoi du Levant. Le 14 septembre, une escadre de neuf navires sous les ordres du contre-amiral Richery appareille de Toulon et passe Gibraltar pour attaquer les intérêts britanniques aux Caraïbes et en Atlantique Nord. Justement, au large du cap Saint Vincent, les Français aperçoivent un important convoi marchand, le Convoi du Levant, escorté par quatre navires de guerre anglais. L’attaque est vite lancée, l’HMS Censeur est démâté à coups de canon et capturé, les autres navires britanniques s’enfuient. À Richery reviennent la victoire et la prise de trente navires marchands avec leurs riches cargaisons.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Japon/Sri Lanka :

Le 30 septembre dernier, le porte-hélicoptères Kaga (classe Izumo, 24 000 tpc), a fait escale pour cinq jours dans le port de Colombo, au Sri Lanka. Le périple du Kaga, qui va ensuite faire escale en Inde, s’inscrit dans la stratégie japonaise d’un « océan Pacifique libre et ouvert » développée pour contrebalancer l’influence grandissante de la Chine dans la zone (JapanToday).

Philippines/Russie :

Le transport de chaland de débarquement philippin Tarlac fait escale au port russe de Vladivostok du 1er au 6 octobre dans le but de développer progressivement une coopération entre les deux marines (CanadianInquirer). Dans le même temps, le commandant de la marine américaine pour la zone indo-pacifique, l’amiral Philip Davidson, et le chef des forces armées philippines, le général Carlito Galvez, ont signé une série d’accords pour renforcer leurs activités en matière de coopération militaire pour l’année 2019. Traditionnellement alliées des États-Unis, les Philippines opèrent un rapprochement avec la Russie et la Chine depuis l’élection du président Duterte, en 2016, pour diversifier leurs alliances et leurs soutiens (USNINews).

États-Unis :

L’amiral James G. Foggo, commandant les forces navales américaines en Europe, s’alarme de l’activité croissante des sous-marins russes en Atlantique Nord et de la réactivation des bases russes en Arctique. L’amiral Foggo dirigera d’ailleurs l’exercice Trident Juncture 2018 que l’OTAN va mener en Norvège en octobre et novembre 2018. 70 navires, 120 aéronefs et 40 000 militaires en provenance de 30 pays devraient participer à ces manœuvres, les plus importantes dans la région depuis la fin de la Guerre froide (USNINews).

Pour aller plus loin :

Les principaux points de tensions actuels convergent vers les « espaces maritimes clés ». Ce concept fait référence à toutes les zones dont la prise ou le contrôle permettent d’influencer la circulation ou la manœuvre des navires civils et militaires, les réseaux de câbles sous-marins et le trafic commercial. Certains de ces espaces sont anciens, comme le détroit de Malacca, d’autres plus récents, comme l’Arctique et les îles artificielles en mer de Chine méridionale. War on the Rocks met en évidence l’importance pour une puissance navale, en l’occurrence la flotte américaine, d’identifier ces espaces maritimes pour déterminer sa logique de manœuvre. 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Les systèmes de positionnement dynamique, de navigation et de liaison de données du nouveau bâtiment hydrographique de la marine sud-africaine seront fournis par la société Unique Group, spécialiste de l’offshore profond. Développé sur la base du VARD 9 105, d’une longueur de 95 mètres, ce navire disposera d’une autonomie en mer de 44 jours et pourra embarquer jusqu’à 120 personnes. Il remplacera le SAS Protea, en service depuis 1972 (NavalToday).

Le déclin de l’industrie du nucléaire civil aux États-Unis risque de susciter des difficultés à l’US Navy concernant la maintenance à cause d’une perte de compétences pour ses navires à propulsion nucléaire (porte-avions et sous-marins), voire de la pénaliser pour des développements futurs. La situation est d’autant plus délicate pour la marine américaine qu’à l’inverse, ce secteur connaît un dynamisme important en Russie et en Chine (USNI).

L’Oryu, 11e sous-marin conventionnel de la classe Soryu, a été lancé le 4 octobre aux chantiers Mitsubishi Heavy Industries (MHI) de Kobé. C’est le premier sous-marin de la force maritime d’autodéfense japonaise à être doté de batteries lithium-ion, d’une énergie massique bien plus élevée que les batteries au plomb qui équipent les premières unités de la série. Cette évolution permettra à l’Oryu de gagner en autonomie et en discrétion (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Avec 4 % de croissance pour l’année 2017, le trafic maritime de marchandises enregistre sa plus forte augmentation depuis 2012, selon le rapport 2018 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED). 10,7 milliards de tonnes de biens ont transité par mer en 2017, avec une croissance notable du transport par conteneurs (+6,4 %) et du vrac sec (+5,1 %) (CNUCED).

Le 3 septembre, la société néerlandaise d’assistance en mer Boskalis a officialisé l’obtention, pour sa filiale SMIT Salvage, de deux contrats de sauvetage et d’assistance en mer au profit de la marine américaine. Un troisième contrat a été attribué à la compagnie américaine Donjon Marine. L’US Navy bénéficiera ainsi de leurs services de sauvetage en mer, de remorquage, de génie océanique et de capacités anti-pollution (MerEtMarine). La coalition industrielle SEA/LGN, qui promeut la généralisation du gaz naturel liquéfié (GNL) comme carburant maritime, a annoncé le 2 octobre que le port de Singapour devenait le troisième port membre du groupe. La cité-État a déjà investi 19 millions de dollars dans les équipements liés à l’emploi de cette énergie. Ces investissements sont à rapprocher de la réduction décidée par l’Organisation maritime internationale des émissions de soufre dans le transport maritime, mesures qui entreront en vigueur en 2020 (LNGIndustry).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

2 avril 1930 :

Signature du Traité naval de Londres. S’il prolonge les dispositions du Traité de Washington de 1922 sur la réduction des armements navals entre les USA, l’Angleterre, la France, l’Italie et le Japon, un désaccord entre les États signataires empêche toutefois d’aboutir à une nouvelle diminution significative du tonnage globale de chaque flotte. Il permet néanmoins l’arrêt de la construction de nouveaux bâtiments de ligne jusqu’en 1936, la limitation du tonnage et de l’armement des sous-marins − à l’exception de ceux déjà en service comme le Surcouf−. Malgré les pressions du Royaume-Uni, la France a su mener, durant cette conférence, une action efficace, lui conservant des moyens navals conséquents pour garantir la défense de ses intérêts stratégiques et de ses territoires.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Japon :

Dans une étude parue le 10 avril dans la revue en ligne Scientific Reports, des chercheurs japonais ont annoncé la découverte d’importantes réserves de terres rares dans les boues des fonds marins de l’île de Minamitori, située dans l’océan Pacifique à 2 000 km au sud-est de Tokyo. Localisées à 5 600 mètres de profondeur, dans une zone de 2 500 km², ces réserves pourraient contenir jusqu’à16 millions de tonnes de terres rares, soit l’équivalent de six à sept siècles de demande intérieure nippone. La production des terres rares, essentielles à la conception de produits de haute technologie, est actuellement assurée à 90 % par la Chine (LesÉchos).

Grèce/Turquie :

Le Premier ministre turc et l’état-major des armées grecques se sont opposés, lundi 16 avril, sur la question de la souveraineté d’un îlot de l’archipel de Fourni, contrôlé par Athènes en mer Égée, au large des côtes turques, et revendiqué par Ankara via sa stratégie de contestation des « zones grises ». L’évènement s’inscrit dans un contexte d’incidents réguliers entre les deux pays, dont le dernier en date est la mort d’un pilote de l’armée de l’air grecque dont l’appareil s’est abîmé en mer, une semaine auparavant, au large de l’île de Skyros, alors qu’il revenait d’une mission d’interception de chasseurs turcs qui venaient de pénétrer l’espace aérien grec (ForeignPolicy).

États-Unis/Japon :

Le destroyer lance-missiles USS Milius (DDG 69), du type Arleigh Burke, a quitté le 20 avril son port-base de San Diego, en Californie, pour rejoindre la base japonaise de Yokosuka, sous commandement de la VIIe flotte de l’US Navy. Planifiée pour 2017, l’opération avait été finalement reportée pour permettre la modernisation du bâtiment avec le système de combat Aegis. Le Milius devrait être rejoint au Japon par le porte-hélicoptères d’assaut USS America (LHA 6) dans le courant de l’année (NavalToday).

Pour aller plus loin :

La revue américaine Foreign Policy a publié l’analyse réalisée par l’organisation à but non lucratif C4ADS qui cartographie lavingtaine de points d’ancrage acquis par la marine de l’Armée populaire de libération (APL) chinoise dans l’océan Indien. La prise de contrôle de ports commerciaux étrangers, directement pilotés par Pékin sous couvert du projet des « Nouvelles routes de la soie », permet à la marine chinoise de multiplier ses points d’appui dans une zone vitale pour les importations énergétiques et les exportations industrielles du pays.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La société d’armement turque Albayrak Savunma a publié une vidéo de présentation du projet de drone sous-marin Wattozzqu’elle a développé en coopération avec l’université technique de Karadeniz. L’engin reprend la forme et le mode de propulsion des raies. Selon les données du constructeur, le Wattozz sera doté d’un revêtement furtif et pourra être équipé de charges explosives capables de couler des bâtiments de surface (NavalToday).

Les sociétés japonaise Shinmaywa Industries et indienne Mahindra Defence ont signé un protocole d’accord qui leur permettra de travailler conjointement à la construction et à la maintenance de l’avion amphibie US-2, conçu par Shinmaywa. Cet accord pourrait faciliter les négociations entre le Japon et l’Inde, qui souhaite acquérir une douzaine de ces appareils. L’US-2 est un quadri-turbopropulseur conçu pour le sauvetage et la surveillance maritimes (TheDiplomat).

La marine algérienne devrait bientôt recevoir son troisième sous-marin conventionnel de type Kilo modernisé (projet 636Varshavyanka), de fabrication russe. Le quatrième et dernier 636 de la commande algérienne est actuellement en construction et devrait être livré au cours de l’été 2018. Les 636 ont la capacité de mettre en œuvre des missiles de croisière (spécifiquement le 3M-54 Kalibr). L’Algérie dispose en outre de deux sous-marins Kilo d’ancienne génération (projet 877Paltus) (PortaildesSousMarins).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La compagnie pétrolière nationale libyenne a annoncé des mesures pour lutter contre la contrebande de carburant, exporté clandestinement via la Méditerranée à des tarifs très bas, les subventions massives du gouvernement libyen permettant d’en acheter pour 2 centimes de dollars le litre sur le marché régulé. La contrebande concernerait 30 à 40 % du pétrole raffiné ou importé en Libye, pour un manque à gagner d’environ 600 millions d’euros par an. La compagnie envisage notamment d’incorporer un agent chimique au pétrole libyen pour permettre de l’identifier plus facilement (MarineLink).

Une étude publiée dans la revue scientifique Nature par des chercheurs australiens et américains le 18 avril affirme que 30 % des coraux de la Grande Barrière seraient morts entre mars et novembre 2016, du fait d’une vague de chaleur particulièrement marquée sur cette période qui a provoqué un blanchissement corallien. Ce phénomène, aggravé par la hausse des températures des océans, fragilise les coraux, déséquilibrant ainsi l’écosystème et mettant en péril de nombreuses espèces animales et végétales marines (LeMonde)

La Chine va mener pour la première fois des études archéologiques au large des îles Paracels, en mer de Chine méridionale. L’étude, qui mobilisera le navire de recherche océanique Tansuo-1 et le submersible Shenhai Yongshi, aura pour but d’explorer les fonds sous-marins du récif de Bei Jao. Cette mission archéologique s’inscrit dans le contexte des tensions actuelles entre le Viêtnam et la Chine qui se disputent la zone depuis 1974, Pékin y invoquant des « droits de passage historiques » (LeMarin).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

 

LES @MERS DU CESM

image003.jpg

La Marine jour après jour :

 17 janvier 1939 :

Lancement du Richelieu. En 1935, face aux projets allemands (Scharnhorst) et italiens (Littorio), la France lance la construction de cuirassés rapides, les Richelieu, des navires de 35 000 tonnes, dotés d’une vitesse de 32 nœuds, d’une artillerie principale de huit canons de 380 mm et d’un blindage de coque de 34 cm à son maximum. Face à l’avancée allemande, le Richelieu, encore inachevé, appareille de Brest en juin 1940 et rejoint Dakar où il est attaqué, en septembre, par les Britanniques. Modernisé en 1943 aux États-Unis, il intègre la flotte orientale britannique pour mener avec les Alliés la guerre en océan Indien.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

 Turquie :

Le gouvernement turc a présenté lundi 15 janvier le tracé du futur « Canal Istanbul » qui permettra de relier, sans passer par le détroit du Bosphore, la mer Noire à la mer Égée via la mer de Marmara. Selon le ministre des transports et des communications, ce projet de 45 km creusé dans la rive européenne de la mégalopole réduirait « les risques liés au transport de produits dangereux par les navires dans le Bosphore ». Juridiquement parlant, cette voie sera sous le contrôle total de la Turquie alors que le Bosphore est un détroit international où la navigation des navires de commerce est libre. (Marine&Océans)

 Chine/Japon :

Un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) chinois, type Shang (093), a fait surface le 12 janvier dans les eaux internationales situées au nord-est de l’archipel japonais des îles Senkaku. Le bâtiment avait été repéré les deux jours précédents par le destroyer japonais Onami et la frégate Oyodo alors qu’il naviguait, en plongée, non loin des îles Miyako pour rallier la mer de Chine orientale (EastPendulum).

Pour aller plus loin :

Radio France internationale revient sur l’augmentation des tensions entre les pays africains riverains de la mer Rouge, alors que le gouvernement soudanais vient de concéder pour 99 ans la gestion de la presqu’île de Suakin à la Turquie. Face à la volonté de cette dernière d’y installer une base militaire, l’Égypte et l’Érythrée renforcent leurs liens.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Singapour vient de commencer la construction de deux sous-marins à propulsion anaérobie de type 218SG, portant à quatre le nombre d’unités de cette classe commandées pour sa marine. Ces bâtiments, conçus en transfert de technologie par TKMS, doivent remplacer les sous-marins de type Challenger à partir de 2021. Ils déplacent 2 000 tonnes pour une longueur de 70 mètres (NavalToday).

Le chef d’état-major de la marine indienne envisage de se doter d’encore plus d’avions de patrouille maritime P-8I Poseidon, spécialisés dans la lutte anti-sous-marine. L’Inde possède déjà huit unités de ce type et en a commandé quatre supplémentaires, mais ce chiffre pourrait donc augmenter dans un avenir proche. Ceci permettrait notamment au pays de compenser la faiblesse actuelle de sa composante sous-marine dans un contexte de tensions en océan Indien(EconomicTimes).

La marine indonésienne vient d’admettre au service actif le I Gusti Ngurah Rai, sa seconde frégate lance-missiles de classe Perusak Kawal Rudal (type SIGMA). Ces bâtiments ont été construits par l’indonésien PT PAL en coopération avec le néerlandais Damen, par transfert de technologie. Déplaçant 2 365 tonnes pour une longueur de 105 mètres, ce sont des navires multi-luttes qui pourront aussi assurer des missions de service public (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le pétrolier iranien Sanchi a sombré dimanche à 260 km des côtes chinoises après un incendie qui aura duré huit jours. Il n’y a plus aucun espoir de retrouver les 32 membres d’équipage. Les autorités chinoises s’emploient toujours à réduire l’impact environnemental de la catastrophe. Le pétrolier iranien transportait 136 000 tonnes d’hydrocarbures légers  (SouthChinaMorningPost).

Des chercheurs australiens viennent de publier une étude sur les effets du changement climatique, notamment sur la chaîne alimentaire maritime. Leurs conclusions montrent que, sous l’effet de températures plus élevées, les algues se dévitalisent et deviennent moins nourrissantes, affaiblissant du même coup les herbivores, qui à leur tour sont insuffisants pour les carnivores (MaritimeExecutive).

Les autorités portuaires russes ont mené, ces quinze derniers jours, sept inspections de navires de commerce finlandais, un chiffre très élevé comparé à l’usage habituel. Helsinki a fait part de ses inquiétudes quant à cette pratique et aux retards importants engendrés par les contrôles. Des discussions sur ce sujet seraient en cours entre les deux pays (HellenicShippingNews).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr