LES @MERS DU CESM

image003.png

9 mars 1862 :

Premier affrontement de cuirassés lors du combat naval de Hampton Roads. L’Union Navy (marine des Etats-Unis pendant la guerre de Sécession) met en place à partir du 30 avril 1861 un blocus dans la rade de Hampton Roads, sur la côte Est des États-Unis, coupant du commerce international deux centres industriels majeurs des Etats confédérés, Norfolk et Richmond. Le 8 mars, une flottille confédérée, composée notamment du cuirassé CSS Virginia, tente de forcer le blocus. Elle détruit plusieurs bâtiments avant d’être interceptée, le 9 mars, par le cuirassé de l’Union Navy, l’USS Monitor. Aucun camp ne parvenant à infliger de dommages significatifs à l’autre camp, le blocus est finalement maintenu. La bataille marque toutefois le début d’une nouvelle ère du combat naval : plus de 70 cuirassés sont lancés avant la fin de la guerre et les marines du monde entier cessent globalement la construction de navires en bois.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis/Vietnam :

Le 27 février, le groupe aéronaval du porte-avions USS Theodore Roosevelt est arrivé au Vietnam pour une visite de cinq jours visant à renforcer la relation bilatérale américano-vietnamienne en matière de Défense et les liens diplomatiques entre les deux pays. L’USS Theodore Roosevelt est seulement le second porte-avions américain à faire escale au Vietnam depuis la fin de la guerre en 1975 (StarsAndStripes).

OTAN/Méditerranée :

Depuis le 24 février, l’Italie accueille l’édition 2020 de l’exercice de lutte anti-sous-marine de l’OTAN Dynamic Manta (DYMA2020), qui se déroule au large de la Sicile, avec la participation de dix marines alliées. Sept bâtiments de surface, cinq avions de patrouille maritime et huit hélicoptères s’y exercent à différents scénarios de lutte anti-sous-marine, stimulés par la présence de quatre sous-marins sous le contrôle du Commandement des forces sous-marines de l’OTAN (COMSUBNATO) (Itamilradar).

Inde/golfe du Bengale :

Le 3 mars, par mesure de précaution face à la propagation mondiale du coronavirus Covid-19, les autorités indiennes ont annoncé le report, à une date indéterminée, de l’exercice multilatéral Milan 2020 qui devait se dérouler du 18 au 28 mars dans le golfe du Bengale. Milan 2020 devrait réunir trente-et-une marines, soit le plus grand exercice maritime jamais organisé par l’Indian Navy (Janes).

États-Unis/Méditerranée :

Le 25 février, le chef du Commandement des forces des États-Unis en Europe, a déclaré devant le comité des forces armées du Sénat qu’il souhaitait que deux destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke supplémentaires soient prépositionnés à la base de Rota (Espagne), qui en accueille déjà quatre, afin de renforcer la présence américaine en Méditerranée. L’amiral Michael Gilday, Chef des Opérations navales, a également soutenu l’initiative de l’EUCOM devant ce même comité (DefenseNews).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le 3 mars, le consortium ARGE 125 a livré à la marine allemande la frégate Nordrhein-Westfalen, deuxième unité de la classe F125 Baden-Württember. D’un déplacement de 7 200 tonnes pleine charge pour 149 mètres de long, l’équipage compte 120 personnes, soit deux fois moins que sur les classes antérieures. Hautement automatisé, le navire est notamment prévu pour la guerre asymétrique et pourra être déployé sur des périodes de 2 ans. Les deux autres unités sont attendues pour 2020 puis 2021 (NavalNews).

Le ministère croate de la Défense a signé un contrat avec le chantier national Brodosplit pour la construction de 4 patrouilleurs de la classe Omis. D’une longueur de 43,5 mètres pour un équipage de 17 personnes, ces navires assureront des missions de surveillance de la Z.E.E. et de sauvetage. Une première unité avait été délivrée en décembre 2018, et les quatre suivantes devraient l’être entre 2021 et 2023 (NavyRecognition).

Le 5 mars, la marine japonaise a commissionné le Ōryū, onzième et avant-dernière unité de la classe de sous-marins à propulsion diesel-électrique Sōryū, mais première à être dotée d’une batterie à lithium-ion. Déplaçant 4 200 tonnes en plongée pour 84 mètres de long, les bâtiments de la classe Sōryū sont les plus grands sous-marins à propulsion conventionnelle au monde. La douzième et dernière unité sera également équipée de cette nouvelle technologie de batterie, qui permet de stocker jusqu’à deux fois plus d’énergie que les batteries au plomb (NavalNews).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le 4 mars, les autorités du port d’Abu Dhabi ont annoncé leur collaboration avec la société canadienne Robert Allan Ltd pour développer le premier remorqueur commercial complètement autonome au monde. L’absence d’équipage permettra à ces navires d’opérer dans des conditions météorologiques très dégradées. Ce projet vient renforcer la réputation de pionnier dans la transition numérique des opérations maritimes que souhaite se forger l’émirat d’Abu Dhabi à l’échelle régionale (MarineLink).

Le ministère britannique du développement international envisage d’utiliser une partie de son budget pour financer l’acquisition d’un navire-hôpital destiné à la Royal Fleet Auxiliary. Comparable à la classe Mercy en service dans l’US Navy, qui dispose de 1 000 lits, ce nouveau navire-hôpital viendrait se substituer au RFA Argus, d’une capacité de 100 lits, dont le retrait est prévu en 2024 (TheFinancialTimes).

Après avoir porté assistance au brise-glace Polastern de l’expédition MOSAiC, pris au piège de la banquise, le brise-glace russe Kapitan Dranitsyn a dû à son tour demander l’assistance d’un autre brise-glace russe pour son trajet retour, l’Admiral Makarov parti de Mourmansk le 3 mars. Dans leur mésaventure, le Polastern et le Kapitan Dranitsyn ont toutefois établi deux nouveaux records de navigation hivernale en Arctique : le Polastern ayant dérivé jusqu’à 88°36′ Nord (à 156 km du pôle), le Kapitan ayant atteint sans dériver 88°28 Nord pour rejoindre le Polastern (TheMaritimeExecutive).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.