FAA – La mobilisation des forces armées dans la préservation des fonds marins en Martinique

Le Parc naturel marin de Martinique (PNMM) a pour mission d’étudier, de protéger et de restaurer la biodiversité dans les eaux de l’île. Pour contribuer à l’amélioration de la connaissance du patrimoine marin et participer au développement durable du milieu, la Marine nationale a mis à disposition de l’Office français de la biodiversité (OFB) des moyens humains et matériels pour mener à bien la mission HERBIER. Cette nouvelle mission exploratoire du PNMM appuyée par les Forces armées aux Antilles (FAA) s’inscrit dans le cadre d’accords signés entre la Marine nationale et l’OFB. La Marine nationale a permis la tenue de cette campagne scientifique en offrant des plateformes embarquées aux scientifiques. Ainsi, des bâtiments de la base navale de Fort-de-France et deux plongeurs démineurs ont participé aux prélèvements d’échantillons d’herbiers marins autour de La Martinique, dans les Caraïbes et dans l’Atlantique. La première phase des prélèvements s’est réalisée en mer des Caraïbes à bord du Chaland multi-mission (CMM) Luciole le jeudi 6 mai, ainsi qu’à bord d’une Embarcation de servitude antipollution (ESA) accompagnée d’un zodiac le vendredi 7 mai. Cinq zones ont été explorées : trois en baie de Fort-de-France et deux au niveau des Anses-d’Arlets. La seconde phase a été menée les 10 et 11 mai, à bord du Remorqueur portuaire côtier (RPC) Maïto, où des prélèvements ont été menés sur trois sites de plongées, plus précisément au large de la baie du François, au havre du Robert et en baie du Trésor. Au total, huit zones ont été explorées au sein du PNMM à des fins scientifiques. Chaque station d’échantillonnage s’est organisée autour de trois lignes virtuelles (dit transects) de cinquante mètres. En fonction des profondeurs des herbiers étudiés, de trois à six mètres, les collectes ont été réalisées en plongée bouteille ou en palme-masque-tuba, sur des durées d’immersion de deux à trois heures. Les prélèvements, effectués manuellement, ont consisté à collecter des spécimens d’espèces de phanérogames marines et des carottes de sédiments qui seront ultérieurement mesurés, séchés et pesés pour la bonne réalisation des études exploratoires. Des images ont également été enregistrées via l’utilisation d’une caméra sous-marine. La mission HERBIER vient dans la continuité du partenariat entre les FAA et l’OFB qui s’était concrétisé grâce à la mission « An Ba D’lo ». Lors de cette mission, la Marine nationale avait mis à disposition, en décembre 2020, des moyens de navigation hauturiers pour mener à bien une première mission scientifique exploratoire dans la zone des Antilles françaises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s