LES @MERS DU CESM

6 novembre 1865 :      

Reddition du navire confédéré CSS Shenandoah. Ce trois-mâts, originellement baptisé Sea King, fut construit en Grande-Bretagne en 1863. Acquis un an plus tard par le gouvernement confédéré – alors engagé dans la guerre de Sécession depuis 1861 – le navire sera armé, transformé en croiseur et renommé CSS Shenandoah. Engagé dans un long périple sur les mers du monde, le bâtiment confédéré occasionnera de lourdes pertes aux navires battant pavillon de l’Union. Après avoir appris la défaite de la Confédération – et connaissant le sort peu enviable qui leur serait réservé, à lui et à son équipage, si ils étaient pris par les forces nordistes – le capitaine du navire, James Iredell Waddell, décide de se rendre aux Britanniques. Afin de passer inaperçu lors du périple qui l’attend, l’équipage maquillera le croiseur en navire de commerce. Parti du Pacifique, le navire arrivera à Liverpool le 6 novembre 1865. Le bateau sera finalement restitué au gouvernement des États-Unis, puis vendu en 1866 au sultan de Zanzibar.

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Australie/États-Unis/Inde/Japon :

Le 3 novembre a été lancée la première phase de l’exercice naval Malabar, menée par les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie en baie du Bengale. Un second volet aura lieu en mer d’Arabie à la mi-novembre. C’est la première participation de l’Australie à cet exercice annuel depuis 2007, signe d’un renforcement des liens de ces pays face aux ambitions chinoises. Les manœuvres mobilisent de nombreux bâtiments de surface, sous-marins ainsi que des aéronefs (TimesNowNews).

Singapour :

La marine de Singapour a récemment mené deux exercices de sécurité maritime et de lutte contre le terrorisme. IntituléHighcrest, le premier s’est déroulé du 26 au 30 octobre et simulait plusieurs attaques contre les principales installations côtières de la cité-État. Le second, intitulé Apex, impliquait notamment le déploiement du navire RSS Unity de classe Independence, d’un véhicule aérien autonome Heron 1 et d’un groupe de défense NRBC-E (nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosif) (TheStraitsTimes).

France/Royaume-Unis/Égypte :

Dix jours durant, au large de Chypre, la frégate anti-aérienne (FAA) Jean Bart a été intégrée au Littoral Response Group – Experimentation (LRG-X) britannique. Ce groupe amphibie de la Royal Navy est constitué du HMS Albion et du RFA Lyme Bay. Du 16 au 26 octobre, les deux marines ont ainsi opéré en totale coopération, ouvrant la certification du nouveau concept de projection de force britannique (MinistèredesArmées). Quatre jours plus tard, le Jean Bart a pris part à un exercice impliquant des F-16 et la frégate Taba, appartenant aux forces armées égyptiennes. Cet exercice a ainsi clos le déploiement méditerranéen de la frégate française, qui poursuit sa route vers le golfe Arabo-Persique afin de débuter son soutien à l’opération Agénor (MinistèredesArmées).

Amérique Latine :

L’Équateur accueille, du 2 au 11 novembre, l’exercice maritime multinational UNITAS LXI. UNITAS est le plus ancien exercice naval annuel existant, sa première édition ayant eu lieu en 1960. Le but est d’améliorer l’interopérabilité et les compétences des forces navales participantes, notamment via des exercices de guerre littorale, d’interdiction maritime ou encore de guerre électronique. Des bâtiments argentins, chiliens, brésiliens et, bien évidemment, équatoriens y participent cette année (UPI). 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le ministère des Armées a annoncé le lancement du programme d’armement baptisé « Système de lutte anti-mines futur » (SLAM-F). Placé sous la maîtrise d’ouvrage de la Direction générale de l’armement (DGA), ce système remplacera à terme les chasseurs de mines tripartites. Composé notamment de drones de surface – développés dans le cadre d’une coopération franco-britannique – le SLAM-F permettra aux marins d’agir à distance de la zone de danger (MinistèredesArmées).

De nouvelles images satellites, prises le 2 novembre dernier, semblent montrer une grande section de coque de sous-marin entreposée à l’extérieur des hangars du chantier naval de Bohai, dans la ville chinoise de Huludao. Cette section servira probablement à la construction de l’un des trois types de submersibles pouvant sortir de ces chantiers : le Type 093 (classe Shang), le Type 095 (classe Tang), plus furtif que le premier, ou le Type 096, un SNLE de nouvelle génération (CovertShores).

Taïwan entamera le mois prochain la construction de son premier sous-marin de fabrication domestique. Fruit d’un programme lancé par la marine taïwanaise en 2016, il devrait être achevé en 2024. Ce submersible – à propulsion diesel-électrique – viendra renforcer les quatre autres sous-marins dont l’État insulaire dispose déjà. Pour la conception du bâtiment, le ministère taïwanais de la Défense a consulté des constructeurs navals européens, américains, japonais ou encore indiens (NavyRecognition).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La Banque européenne d’investissement va participer au financement de trois bâtiments hydrographiques destinés à la marine italienne. Ceux-ci sont destinés à cartographier les fonds marins, pour étudier l’impact de l’évolution du climat sur l’environnement marin et assurer la sûreté de la navigation. Deux de ces trois navires opèreront exclusivement en mer Méditerranée tandis que le plus gros mènera également des missions dans les régions arctique et antarctique (NavalNews).

Les chantiers navals sud-coréens Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering (DSME) doivent mettre en œuvre pour 2023 une nouvelle flotte composée de sept méthaniers. Destinés au transport du GNL, ils serviront pour le projet russe Arctic LNG 2. Ces navires, de 300 mètres de long pour 47 mètres de large, seront plus puissants que leurs prédécesseurs. De plus, leur conception leur permettra de naviguer et de manœuvrer sur des mers recouvertes par les glaces (MerEtMarine)

L’entreprise française Unseenlabs a mis au point deux nouveaux nanosatellites qui permettront de géolocaliser, depuis l’espace et en temps réel, tout navire circulant en mer. Ces derniers seront lancés à la mi-novembre 2020 depuis une base de lancement en Nouvelle-Zélande. Forte du succès commercial du premier nanosatellite Bro-1 lancé en 2019, Unseenlabs espère pouvoir apporter davantage de précisions sur chaque navire, dans un contexte d’augmentation du trafic maritime (NavalNews).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@def.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s