Dynamic Mariner 20 – Le Surcouf embarque une capacité de guerre des mines en eaux peu profondes

Dans le cadre de sa participation à l’exercice de l’OTAN Dynamic Mariner 2020, la frégate de type La Fayette (FLF) Surcouf embarque durant plusieurs jours un détachement du groupe de plongeurs démineurs de la Méditerranée (GPD MED) appartenant à la Marine nationale et de spécialistes de guerre des mines de la marine belge.

Peu commune sur une FLF dont la mission principale n’est pas la guerre des mines, la présence de ce détachement allié y apporte une capacité de lutte contre la menace mines en eaux peu profondes, grâce à ses drones sous-marins et à ses plongeurs démineurs.

Alliée à la furtivité de la FLF qui lui permet de se déployer en toute discrétion à proximité des côtes, cette capacité est un levier pertinent pour agir en complément de l’action des chasseurs de mines, face à une menace en environnement littoral. Il permet également à la force dirigée depuis le PHA Mistral de disposer d’un élément flexible déplaçable rapidement et utilisable par opportunité.

Les militaires français et belges ont ainsi été déployés de nuit pour reconnaître des sites de débarquement qui seront utilisés par les forces amphibies.
Grâce à leurs drones sous-marins, ils ont pu cartographier précisément les obstacles sous-marins avant de les éliminer par l’action des plongeurs, permettant ainsi d’ouvrir un « chenal d’assaut » praticable pour la batellerie des porte-hélicoptères.

Dans le même temps, ce détachement entretient en permanence une capacité de réaction rapide (QRF – Quick Response Force) contre engin explosif conventionnel (EOD – Explosive Ordnance Disposal) ou improvisé (IED – Improvised Explosive Device), projetable sous très faible préavis depuis le Surcouf.

Cette alerte a ainsi été activée en quelques minutes lors d’un exercice de transit d’une force amphibie en zone minée sous menace asymétrique dans la rade d’Hyères. Il a en effet eu à neutraliser un drone de surface artisanal rempli d’explosif dit WBIED (Water Borne Improvised Explosive Device), illustration concrète d’un type de menace aujourd’hui bien réel sur les théâtres d’opérations. Cette expertise du GPD a également été sollicitée dans le cadre d’une opération de visite sur un bâtiment suspecté de servir de mouilleur de mines : insérés dans l’équipe de visite du Surcouf, les plongeurs démineurs ont pu intervenir sur des engins explosifs à bord du bâtiment suspect M- IED (Maritime Improvised Explosive Device), assurant ainsi la sécurité et le succès de l’opération de visite.

Originale, cette coopération entre une frégate et un détachement allié de spécialistes de la guerre des mines en appui d’une manœuvre amphibie illustre la dimension résolument multi-domaines des opérations aéro-maritimes modernes, qui impose une combinaison des efforts de chaque composante maritime ; faisant Dynamic Mariner 20 est un exercice international à tous les niveaux.

Onze bâtiments à la mer, plus de 660 marins et un état-major multinational embarqué : une impressionnante force de lutte contre les mines est déployée dans le cadre d’un exercice majeur de l’OTAN préparé et conduit par la Marine nationale : DYNAMIC MARINER 2020.

La guerre des mines est un domaine stratégique qui, tant pour la France que pour l’OTAN, s’adapte et évolue face aux nouvelles menaces décuplées par le développement technologique.
Les mines peuvent, par leur présence réelle ou supposée, gêner voire interdire toute activité maritime dans un secteur et entraîner des effets ravageurs sur la liberté de navigation.

La mission des unités de guerre des mines est de détecter, identifier, neutraliser ou détruire ces menaces invisibles.

Autant d’actions qui exigent un savoir-faire pointu de la part des groupes de guerre des mines intégrés dans cet exercice, dont le groupe permanent de l’OTAN, le Standing NATO Mines Counter Measures Group (SNMCMG2).
Permettant d’accroître l’interopérabilité des alliés et de développer de nouvelles tactiques, à la fois par le partage des savoir-faire et l’émulation entre partenaires, l’exercice DYNAMIC MARINER 2020 a pour objectif de maintenir à un très haut niveau l’aptitude des équipages des marines de l’OTAN à conduire ensemble des opérations complexes sur un large spectre de missions.

Cette manœuvre d’ampleur s’inscrit dans le cycle de certification de la Nato Response Force (NRF)*, car ce domaine de lutte de la Marine nationale est déployé au sein de la Task Force 445, la composante maritime de l’OTAN déployée dans le cadre de l’exercice DYNAMIC MARINER 2020.

*La NRF est une force multinationale interarmées capable de réagir sur l’ensemble des défis de sécurité actuels. Partout où cela est nécessaire, face à une crise émergente ou pour des opérations de défense collective, la composante maritime de la NRF se tient prête à fournir rapidement une réponse militaire d’ampleur dans tous les domaines et face à n’importe quelle menace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s