LES @MERS DU CESM

image001

26 juin 1522 :

Début du siège de l’île de Rhodes. Après la perte de Saint-Jean-d’Acre en 1291, l’île de Rhodes devient le principal port de la flotte de guerre des chevaliers de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et une menace pour la navigation des navires ottomans dans les mers Égée et Méditerranée. Afin de mettre un terme à ce danger, le sultan Soliman le Magnifique, à la tête d’une armada de 400 navires, met le siège, le 26 juin, devant les défenses de l’île qui seront conquises par l’armée ottomane après cinq mois de furieux combats. Avec cette victoire, Soliman le Magnifique s’assure la maîtrise de la Méditerranée orientale et la sécurité des voies maritimes entre Constantinople et les différents ports de son empire au Levant, tout en mettant fin à la présence des ordres militaires chrétiens dans cette région.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Venezuela/États-Unis :

Le 23 juin, au cours d’une opération de liberté de navigation, l’USS Nitze a navigué près des eaux territoriales vénézuéliennes, dans une zone revendiquée par Caracas. Cette manœuvre fait suite à l’accostage, lundi dernier, du cargo iranien Golsan au port vénézuélien de La Guaira, outrepassant ainsi les sanctions imposées par les États-Unis. L’ambassade d’Iran à Caracas a cependant déclaré que le cargo ne livrait que de la nourriture (HellenicShippingNews).

OTAN/Tunisie :

Le 22 juin, des navires affectés au 2e groupe permanent de l’OTAN (SNMG2), actuellement sous commandement italien, ont réalisé un « passing exercise » (PASSEX) en Méditerranée, avec deux patrouilleurs de la marine tunisienne, consistant en des exercices de communication, suivis d’une série de manœuvres tactiques avec les frégates italienne Fasan et turque Salihreis. La Tunisie, dont le partenariat s’inscrit dans le cadre du dialogue méditerranéen de l’OTAN, entretient une coopération de longue date avec l’Alliance (DefenseBlog). Le 13 juin, le destroyer USS Porter, de classe Arleigh Burke et prépositionné à Rota en Espagne, avait également effectué un PASSEX avec la marine tunisienne (NavyMil).

Royaume-Uni/Gibraltar :

La Royal Navy a remplacé ses deux patrouilleurs stationnés à Gibraltar depuis 2003. Les vedettes HMS Scimitar et Sabrecèdent la place aux patrouilleurs côtiers HMS Pursuer et Dasher de type Archer (P2000). D’une longueur de 21 mètres, ces navires sont plus grands que les deux unités qu’ils remplacent, mieux armés et disposent d’une meilleure autonomie. Ils assurent notamment des missions de surveillance au sein du Gibraltar Squadron (MerEtMarine).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le 16 juin, lors de sa visite en Israël, le Premier ministre grec a signé un accord pour la construction d’une nouvelle classe de corvettes dénommée Themistocles. Le projet, soutenu par les États-Unis, sera mené par les sociétés grecque ONEX Neorion et israélienne Israel Shipyards. Le projet permettra notamment de soutenir le rapprochement entre les deux pays initié en 2007, date à partir de laquelle les relations entre Israël et la Turquie ont commencé à se dégrader (Opex360).

La marine britannique a annoncé que la version « dronifiée » de son bateau pneumatique Pacific 24 était prête pour sa phase de tests. L’unité de la Royal Navy spécialisée dans les technologies de pointe, la NavyX, a travaillé en partenariat avec BAE Systems pour son autonomisation. Pouvant atteindre une vitesse de 38 nœuds, ce bateau autonome pourra effectuer des missions de sauvetage, de recherche et aider aux raids anti-drogue. Le navire sera contrôlé à partir d’un vaisseau-mère tel qu’une frégate ou un destroyer (BBC).

General Dynamics Electric Boat (GDEB) a négocié avec l’US Navy une modification de contrat pour la conception des deux premiers sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la nouvelle classe Colombia qui remplacera la classe Ohio. Leur construction, commencée en 2017 à Quonset Point devrait s’achever en 2024 dans le chantier naval de GDEB à Groton, où auront lieu les premiers tests (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Selon les données de la société américaine Refinitiv Eikon, au moins 16 pétroliers transportant environ 18 millions de barils de pétrole vénézuélien, soit l’équivalent de deux mois de production, sont bloqués en mer, depuis plus d’un semestre pour certains. En effet, compte tenu des sanctions américaines, les raffineurs mondiaux évitent le brut provenant du Venezuela (HellenicShippingNews).

Selon le quotidien athénien Ekathimerini, la flotte grecque, première flotte commerciale au monde, connaît une réduction alarmante du nombre de bâtiments inscrits au registre du pays. Elle ne compte en effet plus que 636 navires dont 158 en construction, contre 671 l’année dernière. Cette flotte s’avère également vieillissante, présentant une moyenne d’âge de 14,1 ans pour la période 2019-2020 (MFAME).

Un consortium de leaders européens en recherche et technologies maritimes a lancé le projet Fastwater qui vise à mettre au point des moteurs destinés à la navigation fonctionnant au méthanol. Le projet, en partie financé par la Commission européenne, doit à terme permettre la commercialisation de navires dépourvus d’énergies fossiles. Trois prototypes sont ainsi prévus : un remorqueur de port commercial, un bateau-pilote et un bâtiment destiné aux garde-côtes (OffshoreEnergy). 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s