FAG : L’action de l’État en mer en Guyane à l’épreuve du COVID-19

une_edo-2

Ces dernières semaines les facultés d’adaptation et de résilience des services de l’Etat se sont confirmées dans le cadre de la lutte contre la pêche illégale en Guyane. Les moyens maritimes des forces armées en Guyane (FAG) et la Direction de la mer, des fleuves et du littoral de Guyane ont concilié l’exercice des pouvoirs de police de l’Etat en mer avec les indispensables mesures de prévention dans le cadre de la crise sanitaire liée au COVID-19. Retour sur un mois d’actions interministérielles en zone maritime Guyane.

Afin de pallier les contraintes sanitaires exceptionnelles liées au COVID-19, les modes d’action se sont adaptés mais la conduite des opérations maritimes n’a pas faibli en efficacité. Les opérations de police des pêches qui se sont succédées durant ces dernières semaines dans les eaux guyanaises ont permis aux gendarmes maritimes des vedettes côtières et de surveillance maritime Organabo et Mahury, appuyées par l’embarcation relève-filets Caouanne, de réaliser des traitements administratifs (TA) en zone Est de la Guyane, notamment dans l’embouchure de l’Approuague et à la pointe Béhague.

Conduits sur des navires de pêche illégaux, non déclarés et non règlementés (INN) brésiliens, ces TA se sont traduits par l’appréhension de 5 km de filets et de plus d’une tonne de poisson.

Toujours dans le cadre de l’action de l’Etat en mer, le patrouilleur Antilles-Guyane (PAG) La Confiance a conduit une mission police des pêches et de surveillance de la frontière maritime et fluviale franco-brésilienne. Le navire a ainsi patrouillé devant l’embouchure du fleuve Oyapock où il a assuré le traitement administratif d’une tapouille INN brésilienne. La Confiance a également raccompagné 10 navires de pêche INN brésiliens jusqu’à la frontière.

Parallèlement à ces actions, et pour prendre en compte le continuum mer-fleuve, les deux embarcations de drome opérationnelle (EDO) du PAG ont réalisé des patrouilles sur le fleuve Oyapock depuis son embouchure jusqu’à Saint-Georges afin de renforcer ponctuellement le dispositif mis en place pour l’opération Résilience.  Les différents acteurs participant à l’action de l’Etat en mer en Guyane ne relâchent pas la pression sur les pêcheurs illégaux, tout en assurant la sécurité de leurs agents ainsi que celle des équipages contrôlés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s