LES @MERS DU CESM

image003.png

16 janvier 1909 :

L’expédition Nimrod découvre le pôle Sud magnétique. Ernest Shackleton, officier britannique vétéran de l’expédition Discovery, appareille de Nouvelle-Zélande le 1er janvier 1908 à bord du Nimrod avec pour objectif d’atteindre les pôles Sud géographique et magnétique. L’expédition, qui compte dix-huit membres mais aussi dix poneys de Mandchourie et une voiture, réalise la première ascension du mont Érébus (3 784 mètres) le 9 mars 1908 et atteint le pôle Sud magnétique le 16 janvier 1909. Le 29 octobre 1908, quatre membres entament une marche de 2 765 km vers le pôle Sud géographique mais sont contraints de renoncer à 97 miles de l’objectif, réalisant toutefois un « Farthest South » en atteignant 88°23’S. Shackleton fait un retour triomphal à Londres le 14 juin 1909 ; désormais surnommé « the boss » pour son expérience incomparable de la terra incognita, il est anobli par le roi Edouard VII.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis/Russie:

La Ve Flotte de l’US Navy a déclaré qu’un destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke intégré au groupe aéronaval du porte-avions USS Harry S. Truman, l’USS Farragut, avait été dangereusement approché le 9 janvier par un navire collecteur de renseignements russe de classe Yuri Ivanov, alors qu’il conduisait des opérations de routine au nord de la mer d’Arabie. En juin 2019 déjà, un destroyer de classe Ticonderoga avait évité de justesse une collision provoquée par un destroyer russe de classe Udaloy au large des Philippines (TheDrive).

Japon/golfe Arabo-Persique :

Le ministère de la Défense japonais a annoncé le déploiement début février du destroyer JS Takanami, de classe éponyme, ainsi que de deux avions de patrouille maritime P-3C Orion rattachés à la composante aérienne de lutte contre la piraterie pour assurer la protection des bateaux de commerce sous pavillon japonais dans le golfe Arabo-Persique, hors détroit d’Ormuz. Si cette décision intervient dans un contexte de regain de tensions dans la région, Tokyo a toutefois décidé de ne pas prendre part à la coalition menée par les États-Unis dans la zone (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le 12 janvier, la marine chinoise a admis au service actif la première unité d’une série de huit destroyers lance-missiles de quatrième génération Type 055, le Nanchang, au chantier naval de Qingdao. Lancé en juin 2017, ce bâtiment déplace 10 000 tonnes pour 180 mètres de long. Doté d’un canon de 130 millimètres et de 112 cellules de lancement vertical, le Nanchang est capable d’intervenir dans tous les domaines de lutte (NavyRecognition).Des images récentes du porte-aéronefs de la marine italienne Trieste révèlent que ce dernier, lancé le 25 mai 2019, a récemment été doté d’un tremplin à sa proue. Cette évolution devrait lui permettre de déployer des avions à décollage court et appontage vertical F-35B que la Marina militare a commencé à acquérir en remplacement de sa flotte d’hélicoptères Harrier. Déplaçant 33 000 tonnes pour 245 mètres de long, le Trieste sera le plus gros bâtiment en service dans la marine italienne depuis la Seconde Guerre mondiale. Il devrait débuter ses essais en mer en 2021 (MerEtMarine).

Le 11 janvier, après avoir achevé une phase d’essais à terre, un prototype de la version navale de l’avion de combat léger (LCA) monomoteurTejas a effectué un premier appontage sur le porte-avions indien INS Vikramaditya en mer d’Arabie. La marine indienne, qui dispose pour le moment de MiG-29k Fulcrum, cherche également à développer un successeur bimoteur pouvant être déployé depuis ses porte-avions à l’horizon 2030 (DefenseNews).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le gouvernement russe a publié sa stratégie en 84 points pour le développement de l’Arctique pour les quinze années à venir. Ce plan repose essentiellement sur la création d’un continuum logistique permettant de rendre viable l’exploitation commerciale du passage du Nord-Est et des ressources de l’Arctique. Impliquant de grandes entreprises nationales telles que Rosatom, Rosneft, Gazprom ou Novatek, Moscou souhaite utiliser à son avantage les effets du changement climatique, en dépit d’un important impact environnemental (TheMaritimeExecutive).

Le 13 janvier, l’administrateur du canal de Panama a annoncé qu’à compter du 15 février, les navires qui emprunteront le canal devront s’acquitter d’une surtaxe visant à compenser la pénurie d’eau alimentant la voie transocéanique, ce qui risque d’entraîner une baisse du trafic. Imputé au réchauffement climatique, un déficit de pluie dans le bassin hydrographique aurait conduit en 2019 à une alimentation du canal en eau très insuffisante, avec 3 milliards de md’eau, très en deçà des 5,2 milliards normalement requis (Marine&Océans).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s