LES @MERS DU CESM

image003.jpg

1er décembre 1971 :

Admission au service actif du premier SNLE français, Le Redoutable, sous le commandement du capitaine de frégate Louzeau. Alors que des projets de construction d’un sous-marin nucléaire français se développaient depuis 1950, ce n’est que près de quinze ans plus tard, en 1963, que la décision de construire un bâtiment de ce type est officialisée. Tête de série de six unités, Le Redoutable est lancé en 1967 en présence du Général de Gaulle, offrant pour la première fois à la France une capacité de dissuasion nucléaire depuis la mer grâce à seize missiles mer-sol balistiques stratégiques M1 embarqués. Après avoir servi durant vingt ans, dont plus de dix en plongée, le bâtiment est retiré du service actif en 1991 et converti quelques années plus tard en navire musée à la Cité de la Mer de Cherbourg, devenant le plus grand sous-marin visitable au monde. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Russie/Corée du Sud/Japon :

Le ministère de la Défense russe a dénoncé l’interception de deux bombardiers TU-95MS par les forces aériennes japonaises et sud-coréennes le 27 novembre dernier, affirmant que la patrouille maritime qu’ils menaient en mers du Japon et de Chine orientale s’était déroulée au-dessus des eaux neutres. Ce type d’incident survient régulièrement, les derniers en date ayant eu lieu en octobre, juillet et juin derniers (TheDiplomat).

Qatar/Koweït/golfe Persique : 

L’armée américaine a annoncé le 25 novembre que le Qatar et le Koweït allaient participer à la mission de sécurité maritime dans le golfe Persique. Ces deux pays de la région devraient mettre du personnel et des patrouilleurs à disposition de la coalition menée par les États-Unis. Les autres nations prenant part à cette mission sont le Royaume-Uni, l’Australie, l’Arabie saoudite, l’Albanie, Bahreïn et les Émirats arabes unis (HellenicShippingNews).

Inde/Sri Lanka :

Le bâtiment-base de soutien de plongeurs indien, l’INS Nireekshak, est arrivé le 26 novembre au port de Trincomalee pour une escale d’une semaine au Sri Lanka (The HansIndia). Par ailleurs, le nouveau président sri-lankais, Gotabaya Rajapaksa, précédemment ministre de la Défense, est arrivé le 28 novembre à New Delhi pour son premier déplacement à l’étranger. Les relations bilatérales des deux États connaissent une période difficile, notamment en raison de l’influence grandissante de la Chine dans la région (ThePrint).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le 25 novembre, le chantier naval de l’Amirauté de Saint-Pétersbourg a livré le Petropavlovsk-Kamchatsky, premier sous-marin d’attaque diesel-électrique (SSK) de classe kilo modernisée (projet 636.3), à la flotte russe du Pacifique. Variante améliorée du projet 877, le projet 636.3 Kilo déplace 4 000 tonnes en plongée et est plus discret que son prédécesseur, tout en étant équipé d’un système de combat amélioré (TheDiplomat).

La marine chinoise a présenté le 25 novembre son unique destroyer lance-missiles Type 051B, le Shenzen, qui vient d’achever une modernisation majeure débutée en 2017. Les capacités de combat du Shenzen ont été notamment améliorées par l’installation d’un nouveau système de lancement vertical permettant au navire d’accueillir 32 missiles surface-air (NavyRecognition).

Le 20 novembre, le ministre de la Défense japonais a officialisé un contrat portant sur l’acquisition de deux antennes radars secondaires de nouvelle génération (Solid State Radar) auprès de Lockheed Martin. Ces dispositifs viendront équiper les deux batteries côtières de défense antimissile Aegis Ashore, compatibles avec le système Aegis déjà déployé sur certains destroyers de la marine japonaise, qui devraient être opérationnelles d’ici 2025 (TheDiplomat).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le gouvernement australien a décidé de renforcer l’industrie des super-yachts dans le pays en autorisant les propriétaires étrangers à affréter leurs navires en Australie. Cette mesure devrait permettre la création de 11 800 emplois et rapporter près d’1,5 milliard d’euros au pays à l’horizon 2021. Il y a aujourd’hui 5 000 super-yachts dans le monde, auxquels s’ajoutent chaque année 150 unités (MaritimeExecutive).

Le chantier naval Baltic Shipyard de Saint-Pétersbourg, a annoncé que le brise-glace à propulsion nucléaire Arktika, tête de série du projet 22220, débutera sa première phase d’essais en mer le 12 décembre dans le golfe de Finlande. Cette première étape devrait être consacrée au contrôle du système de propulsion du navire et des éléments de communication embarqués. Avec une longueur de 173 mètres pour un déplacement de 33 540 tonnes, cette nouvelle classe de brise-glace est la plus grande et la plus puissante au monde (PortNews).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s