LES @MERS DU CESM

image003.png

12 au 15 novembre 1942 :

Bataille navale de Guadalcanal. En août 1942, les forces alliées, principalement américaines, débarquent dans les îles Salomon alors occupées par le Japon. Pour reprendre l’île de Guadalcanal, la marine impériale décide d’envoyer une flotte bombarder la base aérienne d’Henderson Field, dont les avions empêchent les débarquements d’infanterie. Le 12 novembre, une première rencontre nocturne marque une victoire tactique nippone, mais l’amiral Abe renonce finalement au bombardement. La seconde bataille navale a lieu dans la nuit du 14 au 15 : la flottille américaine repousse les navires japonais avant qu’ils ne puissent neutraliser l’aérodrome. Le Japon renonce à reprendre l’île, et cette victoire marque l’avancée américaine dans la campagne du Pacifique.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Philippines / Chine :

La marine philippine a annoncé le 13 novembre la construction d’une base navale sur l’île de Fuga, à l’extrême nord du pays. En avril dernier, la Chine avait lancé un investissement de près de 2 milliards d’euros pour un projet de « smart city » sur cette île d’importance stratégique, située en mer de Chine méridionale. La marine philippine avait alerté le gouvernement contre les problématiques sécuritaires liées à cet investissement chinois, notamment en matière d’espionnage (Inquirer).

Pakistan / Maroc :

Dans le cadre d’un déploiement en Afrique, la frégate Aslat et le pétrolier ravitailleur Moawin de la marine pakistanaise ont fait escale à Casablanca au Maroc, le 13 novembre. Un exercice conjoint avec la marine marocaine a été organisé le lendemain. Selon les autorités pakistanaises, cette visite a pour but d’améliorer les relations en matière de défense entre les deux pays (DailyTimes).

États-Unis / Australie / Canada / Royaume-Uni / Nouvelle-Zélande :

La 19e édition de l’exercice de guerre des mines Dugong a débuté le 11 novembre au large de Garden Island en Australie. Les cinq pays participant à cet exercice sont les États-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni, le Canada et la Nouvelle-Zélande. L’objectif annoncé est l’amélioration de l’interopérabilité en matière de guerre des mines entre ces nations alliées (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La cérémonie de lancement de la frégate lance-missile de classe Daegu, Séoul, a eu lieu le 11 novembre à Ulsan, au chantier naval de Hyundai Heavy Industries. Mesurant 122 mètres pour un déplacement de 2 800 tonnes, les bâtiments de la classe Daegu sont dotés de seize cellules de lancement vertical. Troisième d’une série qui devrait compter huit bâtiments, Séoul intègrera la marine sud-coréenne au début de l’année 2021 (NavyRecognition).

Le 13 novembre, le ministère de la Défense russe a annoncé que la corvette Gremyashchiy (projet 20385), tête de série d’une classe qui devrait compter quatre bâtiments, allait débuter prochainement ses essais en mer Blanche. D’un déplacement de 2 200 tonnes, cette corvette a été conçue pour être armée du nouveau missile de croisière hypersonique antinavire 3M22 Zircon. Son admission au service actif est prévue pour la fin de l’année (DefenseWorld).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le groupe sud-coréen leader mondial de la construction navale Hyundai Heavy Industries (HHI) a déposé une demande auprès des autorités anti-trust de la Commission européenne pour l’acquisition de son rival national, Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME). L’approbation des organismes de réglementation du commerce est un obstacle majeur pour HHI puisque cette opération, qui s’élèverait à 1,6 milliards d’euros, lui conférerait une position particulièrement dominante sur le marché mondial de la construction navale (MarineLink).

Le 13 novembre, l’École des Chantiers de l’Atlantique a été inaugurée. Installée au cœur du chantier naval, elle aura pour mission principale de pérenniser le savoir-faire dans le domaine de la construction maritime. Elle devra par ailleurs répondre aux besoins de recrutement de certaines spécialités que le marché de l’emploi actuel ne parvient pas à couvrir (MerEtMarine).

Le 12 novembre, le Conseil de l’Union Européenne a officiellement adopté une proposition de la Commission pour renforcer les effectifs de l’Agence européenne de garde-frontières et garde-côtes (FRONTEX) afin qu’elle soit en mesure de répondre au défi migratoire auquel l’UE est confrontée. Le déploiement d’un corps permanent de garde-frontières et de garde-côtes devrait ainsi être progressivement réalisé à partir de 2021, pour atteindre un effectif final de 10 000 hommes (Safety4Sea).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s