LES @MERS DU CESM

13 octobre 1775 :

Création de la Continental Navy, ancêtre de l’US Navy. Le 26 août 1775, en pleine Guerre d’Indépendance, l’Assemblée de Rhode Island appelle à la construction, aux frais des Treize colonies du continent, d’une flotte capable d’intercepter les soutiens en matériels et en hommes de la Grande-Bretagne à ses contingents. Faisant face à une forte opposition, John Adams soutient le projet devant le Congrès qui autorise, le 13 octobre 1775, l’armement des deux premiers navires d’une Marine continentale, signant ainsi l’acte de naissance officielle de la future US Navy. Faute de financements et de ressources, la Continental Navy sera d’abord une flotte de corsaires, composée de navires de commerces armés qui seront revendus à la fin de la guerre.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Japon/Chine :

Le destroyer lance-missiles de Type 052D Taiyuan a quitté le 8 octobre le port de Zhoushan afin de rejoindre le Japon où il sera le premier bâtiment chinois à participer à la revue navale des forces maritimes d’autodéfense japonaises (JMSDF). Des navires indiens, américains et australiens seront également présents, alors qu’aucun bâtiment issu de la marine sud-coréenne n’est attendu, en raison des récentes tensions entre les deux pays (SouthChinaMornongPost).

Japon/Vietnam :

Une délégation de la marine japonaise s’est rendue le 4 octobre au Vietnam afin de s’entretenir sur les différents aspects de la coopération bilatérale dans le domaine naval à l’horizon 2022. Ainsi, la marine japonaise a annoncé qu’un bâtiment de guerre des mines se rendrait au mois de décembre à Da Nang afin de mener différents exercices avec des navires de la marine vietnamienne (TheDiplomat).

Inde/Bangladesh :

Le 5 octobre, l’Inde et le Bangladesh ont finalisé un accord sur une ligne de crédit de plus de 450 millions d’euros destinés à financer des équipements militaires pour l’armée bangladaise. Cet accord a été accompagné d’un autre concernant l’installation d’un système radar de surveillance côtière au Bangladesh (Jane’s360).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le sous-marin russe à propulsion diesel-électrique de Type Kilo amélioré Petropavlovsk-Kamchatskiy a débuté le 8 octobre ses essais en mer, en mer Baltique. Dans le cadre du projet 363.3, dont il est la première unité, le Petropavlovsk-Kamchatskiy déplace 3 000 tonnes, est doté d’une autonomie de 45 jours et emporte des missiles de croisière Kalibr (NavyRecognition).

Le ministère de la Défense australien a signé le 9 octobre un contrat avec l’entreprise Sypaq afin qu’elle développe un drone qui sera embarqué à bord des bâtiments de la marine australienne. Si les autorités australiennes n’ont pas indiqué les caractéristiques souhaitées, Sypaq dispose de nombreux appareils de surveillance et reconnaissance dotés de jusqu’à 16 heures d’autonomie (NavalToday).

Le groupe américain Northrop Grumman a testé avec succès, au large de la Floride le 8 octobre, le système de détection de mines AQS-24 dans des profondeurs atteignant 120 mètres. Les dirigeants du groupe ont indiqué que leurs recherches se poursuivaient afin de livrer aux futurs Littoral Combat Ship (LCS) de l’US Navy, la capacité de guerre des mines la plus complète et innovante (NavyRecognition).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le département d’État américain a déclaré le 9 octobre que le pétrolier iranien Adrian Darya 1 avait commencé à décharger au port de Banias en Syrie le pétrole qu’il transportait, malgré les sanctions internationales sur ce pays (TheMaritimeExecutive).

Le 11 octobre, une explosion a eu lieu à bord d’un pétrolier iranien au large du port saoudien de Djeddah en mer Rouge. Si l’équipage est sain et sauf, la presse iranienne annonce que le navire a été la cible de deux missiles (France24).

L’État s’est engagé à financer à hauteur de 1,1 milliard d’euros le projet de canal à grand gabarit Seine-Nord-Europe, 2 milliards d’euros supplémentaires devant être versés par l’Union européenne. Ce projet de canal, qui serpentera sur 107 kilomètres pour relier la Seine à la mer du Nord (de Compiègne à Aubencheul-au-bac), doit dynamiser le transport fluvial entre le bassin francilien et les ports de la façade du Nord (LesÉchos).

Mercredi 9 octobre, la ministre néerlandaise de l’agriculture a indiqué qu’un recours en annulation a été introduit devant la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) pour contester l’interdiction de la pêche électrique aux pays membres. Le Parlement européen avait interdit cette pratique en avril 2019 pour des raisons écologiques, mais les Pays-Bas, qui sont les principaux utilisateurs de cette méthode, considèrent que les preuves scientifiques sont insuffisantes (Marine&Océans).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s