LES @MERS DU CESM

image003.png

17 septembre 1817 :  

Une femme embarque à bord de l’Uranie. La corvette Uranie lève l’ancre depuis Toulon pour une circumnavigation scientifique sous le commandement du capitaine de frégate Louis-Claude de Freycinet. Parmi les cent-vingt-six membres d’équipage embarquent plusieurs scientifiques tels que des botanistes, dessinateurs ou médecins, ainsi qu’un passager clandestin… Rose de Freycinet, la femme du commandant. Bravant la désapprobation de sa famille et l’interdiction formelle des autorités, elle se coupe les cheveux et s’habille en marin, ne se découvrant qu’après le passage de Gibraltar. Rapidement adoptée par l’équipage, elle donne même son nom à un îlot du Pacifique, dans les Samoa américaines. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis/Liban :

Le destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke USS Ramage est devenu le 14 septembre le premier navire américain à faire escale au pays du Cèdre depuis plus de 30 ans, la présence de bâtiments de l’US Navy en 2006 ayant eu pour unique objectif d’évacuer des ressortissants américains. L’ambassade des États-Unis au Liban a déclaré que cette visite témoignait du partenariat entre les deux États engagés à promouvoir la stabilité en Méditerranée orientale. La présence militaire américaine dans ce pays avait pris fin à la suite des attentats de Beyrouth de 1983 dans lesquels 241 soldats américains avaient péri (TheJerusalemPost).

États-Unis/Chine :

Le 13 septembre, le destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke USS Wayne E. Meyer a mené une opération de liberté de navigation (FONOP) en mer de Chine méridionale, au large des îles Paracels. La Chine a déclaré que le navire américain était entré dans les eaux chinoises sans autorisation et a réaffirmé sa souveraineté sur ces îlots revendiqués (TheDiplomat).

Chine :

Un vaste système de surveillance maritime reposant sur des drones a été déployé par le ministère des Ressources naturelles chinois afin de surveiller les îlots contestés en mer de Chine méridionale. Ce système a vocation à seconder le réseau de satellites chinois déjà employé pour contrôler la zone (SouthChinaMorningPost).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La première phase d’essais en mer du futur HMAS Sydney, dernier-né du programme de destroyers lance-missiles de classe Hobart, a débuté. Ce programme est un élément clé de l’ambitieux plan de renouvellement de la flotte australienne. Construits localement d’après la frégate F100 de Navantia, d’un déplacement 7 000 tonnes, ces destroyers sont équipés du système de combat Aegis et peuvent embarquer un hélicoptère MH-60R (NavalNews).

Le 9 septembre, le premier avion Hawkeye E-2D équipé d’une capacité de ravitaillement en vol a intégré l’US Navy au sein du Carrier Airborne Early Warning Squadron. Cette innovation permettra, en théorie, de porter l’autonomie de l’avion à la limite de l’autonomie de son équipage, conférant à l’US Navy une meilleure capacité de contrôle de l’environnement aéronaval sur ses théâtres d’opérations (NavalToday).

Le constructeur naval russe Amur Shipbuilding a lancé la corvette Hero of the Russian Federation Aldar Tsydenzhapov, neuvième de la classe Steregushchy (Projet 20380). Équipé du système de missiles anti-navires Uran et de missiles de croisières subsoniques Zvezda KH-35U, ce bâtiment multi-rôles de 2 200 tonnes sera le troisième de sa classe affecté à la flotte russe du Pacifique (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Le consortium Arctic Connect, mené par le groupe finlandais Cinia Group Oyj, espère démarrer prochainement les travaux de pose des câbles sous-marins qui relieront la Finlande à la Chine et au Japon. Rejoint en juin par l’entreprise russe MegaFon, second opérateur de téléphonie mobile de son pays, Arctic Connect estime que le chantier pourra commencer dans un an. La pose de ce nouveau câble, qui augmentera sensiblement la vitesse de transmission des données, est rendue possible par la fonte des glaces dans la région (Bloomberg).

La société Siemens Gamesa Renewable Energy a commencé la construction du plus grand banc d’essais d’éoliennes au monde à Aalborg, au Danemark. Cette installation permettra d’effectuer, d’ici la fin de l’année, des tests de fiabilité sur des pales de toutes dimensions pour les nouvelles générations d’éoliennes offshore, réduisant significativement le risque d’incidents techniques après installation (PortNews).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s