Après l’amiral Lefebvre en 1998 et l’amiral Oudot de Dainville en 2006, l’amiral Prazuck s’est rendu à La Réunion les 29 et 30 avril.

2019_fazsoi_001_0056-87-sur-110_article_pleine_colonne.jpg

Le chef d’état-major de la marine a été accueilli à La Réunion par le général de brigade Eric Vidaud, commandant supérieur des forces armées dans le sud de l’océan indien (COMSUP FAZSOI) et commandant de la base de défense La Réunion-Mayotte.
Avant d’embarquer sur L’Astrolabe, pour les premières heures de sa mission police des pêches dans les TAAF, et de rencontrer l’équipage du Nivôse, l’amiral Prazuck a visité la base navale de Port des Galets, 3ème port militaire français. Il est allé à la rencontre d’une partie des marins affectés à La Réunion (523 marins y sont affectés, répartis entre la base navale, les unités embarquées, l’état-major interarmées, la DIRISI, le GSBdD et le CROSS).

Le CEMM a également visité les ateliers militaires de soutien outre-mer (AMSO), dont l’antenne locale dépend du service de soutien de la flotte (SSF) de Brest. Ils fournissent un soutien de proximité et une expertise technique essentielle aux équipages. Leur savoir-faire et leur réactivité sont des atouts reconnus par les industriels en charge du maintien en condition opérationnelle.

La zone maritime sud de l’océan indien représente 2.6 millions de km², soit 26% de la zone économique exclusive française, et comporte 1 million d’habitants (répartis entre La Réunion, Mayotte et une partie des terres australes et antarctiques françaises, TAAF). L’océan indien constitue aujourd’hui pour la France un espace géopolitique majeur, à la fois cœur de la mondialisation et espace privilégié de souveraineté et de protection des intérêts nationaux. Les unités de la marine basées à La Réunion sont impliquées dans l’ensemble des enjeux de la zone maritime, de la préservation des ressources halieutiques à la lutte contre le narco trafic en passant par le contre-terrorisme maritime.
La base navale de Port des Galets accueille 5 unités : les frégates de surveillance Floréal et Nivôse, le patrouilleur Le Malin, le patrouilleur polaire L’Astrolabe et le bâtiment de soutien et d’assistance outre-mer Champlain.
La marine nationale compte dans ses rangs près de 460 marins originaires de l’ile de La Réunion. Une quarantaine y est actuellement affectée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s