Une première sortie à la mer réussie pour la FREMM Normandie

870x489_fremm-normandie.jpgAu petit matin du 25 février, la FREMM Normandie largue ses amarres pour la toute première fois. Après ses premiers tours d’hélices, la frégate passe la citadelle de Port Louis avec la clarté matinale, puis peut se débarrasser des liens qui la relient encore par sécurité à ses remorqueurs.

Le signal du départ a été donné quelques heures plus tôt. Après dix jours intensifs d’entraînement à la sécurité permettant à l’unité d’obtenir la qualification à la navigation (QUALNAV) délivrée par la division entraînement de la Force d’Action navale, et la signature du permis de navigation par le président de la Commission Permanente des Programmes et des Essais (CPPE), la Normandie et son équipage peuvent enfin affronter l’océan, d’abord à proximité des côtes puis progressivement vers les grands fonds. Ce jour historique vient récompenser des mois de préparation.

Jugé capable de conduire en sécurité ce bâtiment de guerre, l’équipage a mené, aux côtés de Naval Group, toute un batterie d’essais durant cette première sortie en mer. Pour un marin, c’est une situation assez peu usuelle. En effet, le navire, encore propriété de l’industriel, navigue avec un équipage de conduite de la Marine, réduit à un peu plus de soixante marins, tandis qu’une centaine de civils, ouvriers ou ingénieurs, sont chargés de conduire les essais.

Les premiers essais ont permis de valider les différents modes de propulsion: moteurs électriques de propulsion, turbine à gaz et propulseur azimutale rétractable.

Ces essais ont été l’occasion de tester les ordres d’urgence qui, dans le reste de la vie du bateau, ne seront employés que lors de situations exceptionnelles : « Avant urgent », « Arrière Urgent » ou « Stop ligne d’arbre ». Contraintes par des ordres énergiques à zigzaguer ou à virer serré aux plus hautes allures, la Normandie malmenée a répondu chaque fois comme il était attendue d’elle et confirma l’agilité de ce bâtiment de pointe.

L’océan bien calme et endormi la première semaine s’est réveillé. C’est donc par un état de mer plus coutumier de cette saison dans le golfe de Gascogne que les essais se sont poursuivis. Ainsi, les systèmes de transmissions ainsi que les différents pilotes automatiques et système de positionnement ont été validés. Avec cette première sortie à la mer, la dernière des frégates de premier rang de la Marine confirme son caractère de navire de dernière génération, représentant un véritable saut technologique certains pour les marins.

Comme ses aînées à voile, la FREMM Normandie reste une frégate que l’équipage doit savoir manœuvrer dans ses futures zones d’opérations et il peut s’appuyer, pour cela, sur l’expérience de la maistrance. Clin d’œil symbolique de ce changement de génération, un père et son fils, tous deux marins, ont participé ensemble à cette étape historique de la vie de l’unité.

Le premier, major, entraîneur en navigation à la division entraînement d’ALFAN était chargé d’accompagner le bâtiment dans sa qualification à la navigation. Le second, jeune maistrancier, tout fraichement breveté navigateur timonier était lui chargé de prendre en main le système de navigation intégrée de la passerelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s