LES @MERS DU CESM

image003.jpg

8-9 février 1904 :

La flotte japonaise attaque l’escadre russe de Port-Arthur, en Chine. Les deux Empires s’affrontent pour le contrôle de la Mandchourie et de la Corée. Les négociations diplomatiques n’aboutissent pas et le 8 au soir, sans attendre la déclaration de guerre, l’amiral Tōgō lance ses torpilleurs contre les navires russes encore au mouillage. Le 9 au matin, les deux flottes de cuirassés se livrent bataille. Des deux côtés, les pertes sont faibles et chacun en tire satisfaction : quatre navires russes touchés, mais Tōgō a dû se replier. La victoire du Japon sur la Russie en 1905 consacre son accession au rang de puissance navale. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Japon/Corée du Sud :

Mardi 5 février, le Japon a annoncé l’annulation de la visite du porte-hélicoptère Izumo, prévue au port sud-coréen de Busan au printemps prochain. Cet épisode s’inscrit dans la suite d’incidents survenus entre les deux nations, Tokyo et Séoul s’accusant mutuellement de provocations en mer. La force maritime d’autodéfense japonaise devrait néanmoins participer à l’exercice naval multilatéral qui se tiendra en Corée du Sud en avril prochain (JapanTimes).

Canada :

La frégate NCSM Regina (classe Halifax) et le pétrolier-ravitailleur Asterix ont entamé, mercredi 6 février, un déploiement de longue durée. Ils participeront aux opérations canadienneProjection, dans l’océan Indien, et multinationale Artemis de lutte contre le terrorisme et les trafics illicites dans les eaux du Moyen-Orient. La frégate Regina retournera à son port-base en août, tandis que l’Asterix, seul ravitailleur de la marine canadienne, poursuivra sa mission dans la zone (NavalNews).

Pour aller plus loin :

L’amiral John Richardson, Chef des opérations navales américaines, plaide pour l’élaboration de nouveaux concepts opérationnels en réponse aux agressions en « zones grises ». USNIrapporte que l’amiral engage à plus de fermeté envers la Chine, via par exemple un système AIS renforcé en mer de Chine méridionale. Il déplore par ailleurs le manque d’initiative américaine à l’égard de la Russie, notamment en mer Noire et mer d’Azov, se félicitant toutefois de l’installation d’un système Aegis sur le littoral roumain.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

L’US Navy a effectué le premier test en conditions réelles de la dernière génération du système d’autodéfense intégré Ship Self Defense System (SSDS) installée à bord du porte-avions USS Gerald R. Ford (CVN 78). Au cours de l’essai, mené en collaboration avec le fabricant Raytheon au large des côtes de la Californie, le système a engagé avec succès un drone aérien. L’architecture ouverte du SSDS permet la parfaite intégration des capteurs et des systèmes de missiles avec le système de combat du Gerald R. Ford. Il sera déployé sur l’ensemble des porte-avions et des navires amphibies (DefenseWorld).

La société L3 ASV a livré, le 5 février, un drone de surface de longue endurance C-Enduro à la Royal Navy. Long de près de cinq mètres et d’une autonomie de 30 jours, il est doté d’une dizaine de senseurs qui lui permettront de mener des missions d’hydrographie opérationnelle, de lutte sous-marine ou de guerre des mines (TheMaritimeExecutive).

Le patrouilleur océanique Setúbal a été admis au service par la marine portugaise le 6 février, aux chantiers navals West Seas, dans le nord du pays. Quatrième unité de la classe Viana do Castelo, qui a remplacé les corvettes de la classe Baptista de Andrade, ces bâtiments assureront des missions d’Action de l’État en mer (AEM). Le Premier ministre portugais a annoncé, en juillet 2018, la construction de six unités supplémentaires (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La Grèce reste leader mondial des flottes de commerce selon les dernières statistiques de VesselsValue. D’une valeur de 105 milliards de dollars, la flotte des armateurs grecs se maintient devant celle des Japonais (94,7 milliards de dollars) et des Chinois (90,9 milliards de dollars). Plus généralement, des dix principaux pays d’armateurs dans le monde, cinq sont européens (LeMarin).

L’éolien offshore en Europe a connu une croissance de 18 % en 2018 selon l’association WindEurope. 15 nouvelles fermes y ont été installées l’année dernière, portant le nombre total de parcs éoliens offshore à 105, avec une augmentation de puissance installée de 2,6 GW. Le Royaume-Uni et l’Allemagne sont à l’origine de 85 % de cette nouvelle capacité (TheMaritimeExecutive).

En prévision de la prochaine Assemblée générale de l’Organisation hydrographique internationale (IHO) et de la révision des directives qui en découle, le Japon a accepté de discuter de manière « informelle » avec la Corée du Sud au sujet de la dénomination de la mer du Japon. Séoul souhaite en effet que le nom de cette mer devienne « mer de l’est », demande refusée à plusieurs reprises par Tokyo. Les discussions devraient se tenir dans un pays tiers dès ce printemps (TheJapanNews).

La 21e édition de la Patrouille antarctique maritime conjointe réunit les marines argentine et chilienne jusqu’au 31 mars. Malgré leur différend portant sur les délimitations maritimes au large de la Terre de Feu, les deux pays organisent depuis 1998 une patrouille commune pour assurer la sécurité de navigation dans les eaux de l’Antarctique. Cette mission de quatre mois sera conduite par l’aviso argentin Islas Malvinas et, pour la partie chilienne, par le patrouilleur Marinero Fuentealba et le remorqueur de haute mer Lautaro (DialogoAmericas).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s