LES @MERS DU CESM

image003.jpg

3 février 1915 :

Raid sur le Canal de Suez. Depuis janvier, les hydravions d’observation français rapportent que des forces ottomanes se préparent pour s’emparer du Canal, voie de communication essentielle pour la France et la Grande-Bretagne avec leurs Outre-mer. Le 3 février à l’aube, 20 000 hommes se lancent à l’attaque des positions britanniques. En appui des troupes du Commonwealth, le cuirassé garde-côtes Requin et le croiseur protégé de 1ère classe D’Entrecasteaux effectuent un barrage d’artillerie décisif qui stoppe l’offensive. Le 4 au matin, l’ennemi s’est retiré et la navigation sur le Canal reste libre pour les Alliés.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

France/Inde :

La frégate française antiaérienne Cassard est arrivée à Bombay jeudi 24 janvier, marquant la première visite d’un bâtiment étranger dans cette base navale. Cette escale constitue une première mise en application de l’accord relatif au soutien logistique entre les forces françaises et indiennes, signé par le président de la République et le Premier ministre indien en mars 2018. La frégate est déployée dans le golfe Arabo-Persique et l’océan Indien depuis novembre (DICoD).

États-Unis :

La Chine et la Russie incarnent les principaux défis sécuritaires des États-Unis, selon le rapport annuel du renseignement américain publié le 29 janvier. S’il rappelle notamment que la mer Noire, la mer d’Azov et la mer de Chine méridionale constituent des zones de tensions majeures, ce document pointe également l’influence grandissante de la Russie en Méditerranée et en mer Rouge comme étant une menace pour les intérêts américains (DNI).

Pour aller plus loin :

Le soutien des forces russes déployées en Syrie, et plus généralement au Levant, dépend du couloir maritime reliant la Russie au port de Tartous. Ce passage maritime est d’autant plus important que la voie aérienne de ravitaillement, qui survole l’Iran, est plus incertaine. RusNavyIntelligence souligne que le contrôle des détroits des Dardanelles et du Bosphore constitue alors un levier de négociation pour Ankara, qui y a récemment renforcé les règles de contrôle du trafic, ralentissant les navires de commerce de toutes nationalités.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le ministre de la Défense indien a conclu un contrat avec l’entreprise publique Goa Shipyard Limited pour la construction de deux frégates de classe Talwar (projet 11356), dérivée de la classe russe Krivak III, dans une version avancée. Cet engagement fait suite à un accord bilatéral indo-russe prévoyant un transfert partiel de technologie de la part de Moscou. Ces bâtiments, qui devraient être livrés en 2026, seront équipés de systèmes de combat nationaux, dont le missile de croisière antinavire BrahMos (NavyRecognition).

Le département d’État américain a autorisé la livraison de deux unités du système d’arme naval Aegis à la force maritime d’autodéfense japonaise. Ce contrat prévoit une assistance technique, d’ingénierie et de logistique pour huit ans. Par cette vente, les États-Unis veulent renforcer la défense du Japon, un de leurs principaux alliés dans la zone Asie-Pacifique (NavalTechnology).

Lundi 28 janvier, le chantier naval américain Huntington Ingalls a livré à l’US Navy la première pièce métallique fabriquée par imprimante 3D destinée à être montée sur le porte-avion USS Harry S. Truman. Ce processus hautement numérisé vise à réaliser des économies et à réduire les délais de construction et de maintenance des bâtiments. Cette pièce de tuyauterie sera testée durant un an en conditions opérationnelles (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Un gisement de gaz d’une capacité estimée à 250 millions de barils équivalent pétrole a été découvert en mer du Nord, dans la zone d’exploration de Glengorm, située dans les eaux britanniques.Total détient une participation de 25 % dans ce projet d’exploration, aux côtés de l’entreprise chinoise CNOOC Petroleum Europe Ltd (50 %) et d’Euroil, filiale pour la Grande-Bretagne de la société italienne Edison E&P SpA (25 %) (UsineNouvelle).

Le constructeur naval coréen Hyundai Heavy Industries a signé jeudi 31 janvier un protocole d’entente temporaire avec la Korea Development Bank (KDB) afin de racheter son concurrent national, Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering, dont KDB est le principal actionnaire. La fusion de deux des trois principaux constructeurs du pays permettrait à Hyundai de se maintenir à la première place mondiale dans la construction navale et donc de pouvoir mieux faire face à la forte concurrence chinoise dans ce secteur (Yonhap).

 Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s