LES @MERS DU CESM

image003.jpg

30 janvier 1862 :

Lancement de l’ironclad USS Monitor. Inquiets de la construction de « coques en fer » par les Sudistes, les Nordistes décident de s’équiper de ce nouveau type de bâtiment. L’ingénieur John Ericsson construit en 100 jours un navire blindé doté d’une machine à vapeur, d’une hélice et, grande innovation, d’une tourelle pour son artillerie de 280 mm. « Laboratoire » flottant, le Monitor inspirera les premiers cuirassés qui transposeront ses qualités (propulsion, protection, artillerie) à des coques aux lignes plus éprouvées. Bas sur l’eau et en effet incapable d’affronter la haute mer, il coule dans une tempête en décembre 1862.

 DÉFENSE ET STRATÉGIE

Turquie/Qatar :

Lundi 28 janvier, la frégate turque Gökçeda a fait escale à Doha, au Qatar, après un passage à Djibouti. Durant son déploiement de trois mois dans l’océan Indien, le navire participera à Aman 2019, sixième édition de l’exercice naval international de promotion de la paix organisé par le Pakistan. Il se joindra par la suite à la mission de lutte contre la piraterie de la force opérationnelle multinationale Combined Task Force 151, au large de la Somalie (BosphorusNavalNews).

Philippines/Chine :

Le ministre de la Défense des Philippines a suggéré que le chantier naval de Subic Bay, ancienne base américaine bordant la mer de Chine méridionale, soit racheté par l’État pour la marine. À la suite de la banqueroute de l’actuel propriétaire, le constructeur naval sud-coréen Hanjin Heavy Industries and Construction, deux entreprises chinoises avaient exprimé leur souhait de reprendre le site, soulevant des inquiétudes dans la population philippine. Le président Rodrigo Duterte, habituellement favorable aux investissements chinois dans son pays, n’a pas encore réagi (CNBC).

Pour aller plus loin :

Si la garde-côtière japonaise assure les intérêts maritimes nationaux dans les eaux adjacentes à l’État, elle sert également une politique plus globale : en fournissant des patrouilleurs au Viêtnam, aux Philippines et à la Malaisie, Tokyo sécurise ses routes maritimes et renforce la coopération avec ses voisins. The Diplomat souligne l’intérêt de déploiements lointains et d’escales de garde-côtes dans tout le Pacifique pour le développement de la politique pour un « Indopacifique libre et ouvert » du Premier ministre Shinzo Abe.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le constructeur italien Fincantieri a procédé au lancement de la FREMM polyvalente Spartaco Schergat au chantier naval de Riva Trigoso, ce samedi 26 janvier. D’un déplacement de 6 900 tonnes, elle dispose de 16 lanceurs verticaux et du système de missiles Aster. Neuvième unité d’une série de dix bâtiments, elle doit être livrée à la marine italienne en 2020 (NavalToday).

Le destroyer lance-missiles USS Michael Monsoor, deuxième bâtiment de la classe Zumwalt qui en comptera trois, a été admis au service actif par l’US Navy ce samedi 26 janvier, à la base de Coronado. Ce bâtiment sera équipé d’un nouveau système de lancement vertical (Vertical Launch System) encore en développement, capable d’accueillir des missiles plus importants que les VLS actuels (NavalNews).

Le constructeur américain Boeing vient de recevoir commande de dix-neuf avions de patrouille maritime Poséidon P-8A, dont dix pour l’US Navy, quatre pour la Grande-Bretagne et cinq pour la Norvège. Celle-ci, qui doit être livrée d’ici 2022, devient ainsi le cinquième acquéreur de cet avion (TheDefensePost).

Le site RusNavyIntelligence dresse un bilan des constructions navales russes sur l’année passée : huit nouvelles unités de surface ont été livrées en 2018 (l’érosion depuis 2014 du nombre d’admissions au service actif dure), la moitié sont des têtes de série (dont la frégate Amiral Gorchkov), la Flotte de la mer Noire est la principale bénéficiaire (pour la troisième année consécutive), la « kalibrization » de la marine russe commencée en 2010 se poursuit (cinq des huit navires admis au service sont équipés de ce missile).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Les entreprises italienne Eni et autrichienne OMV ont acquis des participations à hauteur, respectivement, de 20 % et 15 % d’un complexe de raffinage aux Émirats arabes unis, la Compagnie pétrolière d’Abu Dhabi (ADNOC) détenant les 65 % restants. Une joint-venture doit par ailleurs être créée entre les trois entreprises pour assurer une commercialisation internationale de ces produits pétroliers raffinés (ZoneBourse).

Le ministre de l’énergie qatari a annoncé lors d’un sommet bilatéral avec la Corée du Sud vouloir commander 60 nouveaux méthaniers auprès de chantiers sud-coréens. Le Qatar projette d’accroître sa production annuelle de gaz naturel liquéfié (GNL) de 43 %, soit une évolution de 77 millions de tonnes à 110 millions (LNGWorldNews).

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s