LES @MERS DU CESM

image003.jpg

24 janvier 1915 :

Bataille du Dogger Bank. Dans l’attente des conditions favorables pour une bataille décisive entre sa flotte et la Grand Fleet britannique, Guillaume II fait mener des raids contre les ports anglais. Le 24 janvier, l’amiral Beatty (5 croiseurs et 42 autres navires) vient contrer une nouvelle attaque menée par la flotte (4 croiseurs et 26 autres navires) de l’amiral von Hipper. A sa vue, Hipper se replie mais les Britanniques le rejoignent et ouvrent le feu. Le croiseur cuirassé Blücher est coulé, la victoire britannique conforte l’empereur dans son refus du combat d’escadre et de s’en remettre à la guerre de course.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

États-Unis/Russie :

Le destroyer USS Donald Cook, type Arleigh Burke, a franchi le détroit des Dardanelles samedi 19 janvier pour un déploiement de 21 jours en mer Noire ; il est marqué par la frégate Pytliviy, type Krivak II, d’après les médias russes. Moscou a également annoncé que deux corvettes de classe Steregushchiy surveilleraient les mouvements en mer Baltique des destroyers USS Porter et USS Gravely, déployés respectivement au sein de la patrouille de la 6e flotte américaine et du Standing NATO Maritime Group 1 (NavalToday).

Russie/Japon :

Des négociations commencent ce mardi 22 janvier à Moscou au sujet des territoires disputés de l’archipel des Kouriles, entièrement annexé par l’Union soviétique après 1945. Tokyo considère cependant que les quatre îles les plus méridionales font toujours partie de la préfecture d’Hokaïdo. Si les relations diplomatiques ont repris en 1956, ce différend empêche encore aujourd’hui la signature d’un traité de paix entre les deux pays. Riches en ressources halieutiques, ces îles assurent surtout un accès au Pacifique aux sous-marins russes, d’où la volonté de Moscou d’y maintenir sa souveraineté (Marine&Océans).

Pour aller plus loin :

Les Philippines plaident pour une révision du Traité de défense mutuelle conclu avec les États-Unis en 1951. Selon une analyse de War on the Rocks, le gouvernement philippin ne chercherait pas réellement à modifier le traité, mais plutôt à s’assurer du soutien américain en cas d’incident avec la Chine. Manille, qui s’est récemment rapproché de la République populaire, critique en effet « l’ambivalence » des États-Unis sur la question de l’application de ce traité à la mer de Chine méridionale.

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le patrouilleur de haute mer Furor a été admis au service actif par la marine espagnole lundi 21 janvier. D’un déplacement de 2 500 tonnes, cette sixième unité de la classe Meteoro sera dédiée aux opérations de basse intensité et à des missions d’Action de l’État en mer comme la lutte contre les trafics et la piraterie. L’Armada prévoit d’acquérir trois bâtiments supplémentaires de cette série (NavalToday).

Pour aller plus loin :

Donald Trump a affirmé jeudi 17 janvier que la défense anti-missile serait désormais une priorité pour la protection des États-Unis contre tout adversaire, notamment la Chine et la Russie. Cette défense renforcée comprendra à la fois des missiles intercepteurs classiques, des lasers et des systèmes spatiaux capables de détruire un vecteur aérien à chaque phase du vol (FreeBeacon).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Vendredi 18 janvier, le ministère de la Transition écologique et solidaire a présenté à Marseille une étude sur l’instauration de mesures antipollution de l’air pour les navires en mer Méditerranée. Si de nouvelles normes internationales doivent entrer en vigueur en 2020, le gouvernement plaide pour la création d’une zone de contrôle des émissions (ECA) plus contraignante en Méditerranée (Marine&Océans).

Un centre national de collecte de données des navires utilisant le système d’identification et de suivi à grande distance Longe-Range Identification and Tracking (LRIT) sera opérationnel au Royaume-Uni dès le 24 janvier. Londres anticipe ainsi une sortie de l’Union européenne, alors que les navires britanniques transmettent actuellement leurs données au Collection Data Center de l’Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM) auquel ils pourraient ne plus avoir accès après le 29 mars, date de l’entrée en vigueur du Brexit (Maritime&CoastGuardAgency).

La flotte océanographique française (FOF), opérationnelle depuis janvier 2018, vient de publier son premier calendrier prévisionnel d’emploi pour l’ensemble des navires hauturiers, côtiers et de station qu’elle comprend. Cette « très grande infrastructure de recherche » (TGIR) regroupe, à des fins d’optimisation, les moyens (17 bateaux) des quatre grands opérateurs français de navires scientifiques : IFREMER, CNRS, IPEV et IRD, en partenariat avec le SHOM et les TAAF (MerEtMarine).

La Chine a approuvé le lancement de 24 projets éoliens offshore dans la province de Jiangsu, où 56 fermes éoliennes sont déjà en activité. L’investissement nécessaire s’élèverait à un montant d’environ 15,8 milliards d’euros ; la Chine représente déjà quasiment la moitié des investissements mondiaux dans l’éolien offshore en 2018, selon Bloomberg (TheMaritimeExecutive). 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s