LES @MERS DU CESM

image003.jpg

17 octobre 1855 :

Bataille de Kinburn. Durant la guerre de Crimée, en mer Noire, une flotte franco-britannique attaque le fort de Kinburn à l’embouchure du Dniepr. Les « coques en bois » ouvrent le feu en restant à distance, l’action décisive revient aux trois batteries flottantes françaises Dévastation, Lave et Tonnante, placées en première ligne. Insensibles au tir ennemi grâce à leur blindage de 12 cm de fer, elles tirent près de 3 000 projectiles en quatre heures et forcent les Russes à la reddition. Après Kinburn, toutes les marines voudront s’équiper de navires cuirassés ; les batteries flottantes conduisent à La Gloire. 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Canada/États-Unis/Japon :

Deux navires de la marine royale canadienne participeront, à partir du 29 octobre, à l’exercice Keen Sword au large des îles de Guam et Tinian. Il devrait s’agir de la frégate NCSM Calgary de type Halifax, déployée depuis le mois de juillet dans la région Asie-Pacifique, et du ravitailleur MV Asterix. C’est la première fois que des bâtiments canadiens participent à la phase navale de ces manœuvres organisées tous les deux ans par les États-Unis et le Japon (NavalToday).

Chine/Malaisie/Thaïlande :

Le samedi 20 octobre débutera l’exercice Peace and Friendship 2018 auquel prendront part la Chine, la Malaisie et la Thaïlande. Pour leur seconde participation à ces manœuvres dans le détroit de Malacca, les autorités chinoises engageront trois navires (destroyers ou frégates), deux hélicoptères embarqués et trois Iliouchine Il-76. Cet exercice coïncide avec les visites du Secrétaire d’État américain, James Mattis, au Viêtnam et à Singapour, et illustre la compétition entre les deux pays dans la recherche d’appuis dans la région (SouthChinaMorningPost).

États-Unis/Qatar :

Entré dans le golfe Persique le 10 octobre, le porte-hélicoptères d’assaut USS Essex, type Wasp, a accosté le dimanche 14 octobre au port de Doha. Il s’agit du plus important navire de la marine américaine à s’être jamais rendu au Qatar. L’escale vise à affirmer la présence américaine dans la zone, à rappeler notamment son objectif de défense de la liberté de navigation et à souligner l’importance du partenariat entre les deux États (USEmbassyInQatar). 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Pour la première fois, une pièce métallique imprimée en 3D va être installée à bord d’un navire de la marine américaine. L’US Naval Sea Systems Command (NAVSEA) a en effet annoncé le 11 octobre qu’un prototype de crépine d’évacuation d’eau serait installé sur un circuit de vapeur du porte-avions nucléaire USS Harry S. Truman et testé tout au long de l’année 2019. Toujours en phase de développement, cette technologie pourrait à terme révolutionner le soutien à la mer (NavalToday).

Le ministre de la Défense japonais a annoncé le 12 octobre la commande de neuf avions de détection et de commandement aéroporté E-2D Hawkeye supplémentaires auprès de l’industriel américain Northrop Grumman.Quatre unités ont déjà été commandées en 2015 afin de remplacer la précédente version, l’E-2C. Les capacités accrues du radar AN/APY 9 permettent aux E-2D de détecter les menaces aériennes furtives. Le premier exemplaire devrait rejoindre le Japon fin 2019 (TheDiplomat).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

L’entreprise norvégienne Equinor (ex-Statoil) a lancé dimanche 14 octobre une plate-forme pétrolière sans opérateur pour l’exploitation du champ pétrolier Oseberg Vestflanken 2 en mer du Nord. Pilotée à distance par la société, cette plate-forme ne nécessitera qu’une ou deux visites techniques annuelles. Ce choix a été retenu pour réduire les coûts fixes d’exploitation (MaritimeExecutive).

Sea Shepherd, ONG engagée dans la protection de la biodiversité et des écosystèmes marins, a mené, avec l’appui des autorités italiennes, une campagne de lutte contre la pêche illicite au large des îles Éoliennes en Méditerranée. En une semaine, elle a retiré des eaux 52 dispositifs concentrateurs de poissons (DCP) et 100 km de ligne posés illégalement (LeMarin).

Au moins 58 épaves de navires, un nombre jamais atteint dans la région voire dans toute la Méditerranée, viennent d’être retrouvées en mer Egée, dans les eaux de l’archipel des Fourni. Par l’étude de leurs cargaisons, ces vaisseaux, datant pour la plupart des époques grecque, romaine et byzantine, permettront aux archéologues de mieux connaître les routes commerciales maritimes antiques (Reuters).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s