LES @MERS DU CESM

image003.jpg

27 septembre 1941 :

Lancement du premier Liberty ship, le SS Patrick Henry. Pour ravitailler l’Europe en guerre et compenser les pertes dues à la guerre sous-marine, le président Roosevelt lance la construction en urgence d’une série de navires de transport, les Liberty ships. Assemblés dans les arsenaux à partir d’éléments standardisés fabriqués dans tous les États-Unis, les différents types de navires sont produits à un rythme incroyable : 2 710 en quatre ans (le record revenant au SS Robert E. Peary assemblé en moins de cinq jours). Véritables bêtes de somme des mers, les Liberty ships joueront un rôle capital dans le déroulement de la guerre.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Dans le cadre de son Programme de coopération pour la sécurité maritime dans le Pacifique, l’Australie va assurer la modernisation de la base navale de Lombrum, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ces travaux permettront l’accueil des nouveaux patrouilleurs de la marine papouasienne ainsi que de navires australiens ou américains en opérations dans la région. Cette annonce est certainement à mettre en regard avec la tentative de la Chine, il y a quelque temps, d’obtenir des facilités permanentes pour ses navires en Papouasie-Nouvelle-Guinée (NavalToday).

Le navire-hôpital militaire chinois He Ping Fang Zhou (L’Arche de la Paix) est arrivé au Venezuela le 22 septembre. Doté de 500 lits et de huit salles d’opération, il prodiguera des soins gratuits aux Vénézuéliens durant au moins une semaine. En proie à une profonde crise économique et sanitaire, le Venezuela avait récemment été exhorté par les pays de la région à accepter l’aide humanitaire internationale, habituellement perçue par le gouvernement comme de l’ingérence. Cette seule autorisation pour la Chine illustre sa place de principal recours pour le Venezuela, au-delà des seules considérations économiques (Opex360).

Le patrouilleur Donbass et le remorqueur de haute mer Korets, tous deux de pavillon ukrainien, ont franchi le détroit de Kertch, le 23 septembre, pour entrer en mer d’Azov, actuellement une zone de tensions avec la Russie. La construction (et l’administration) par Moscou du pont de Kertch, entre la Crimée et la Russie, a favorisé une prise de contrôle de cette mer, essentielle pour l’économie ukrainienne, par la Russie. L’Ukraine entend la contrebalancer par l’affectation de moyens supplémentaires à une nouvelle base en mer d’Azov (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le chantier naval NASSCO vient de débuter, le 20 septembre, dans le port de San Diego, la construction du futur USNS John Lewis, 1er bâtiment d’une nouvelle classe de 17 pétroliers-ravitailleurs destinés à l’US Navy. Largement développé en recourant aux technologies 3D, il aura une capacité de transport de 25 000 m3 de combustible. Ces bâtiments doivent devenir, à terme, le principal type de pétroliers-ravitailleurs de la marine américaine (USNI News).

Cinq patrouilleurs côtiers de l’US Navy, de classe Cyclone, affectés à la Combined Task Force (CTF) 55 et basés à Bahreïn ont mené, du 16 au 18 septembre, des exercices de tirs de missiles à courte portée BGM-176 Griffin sur des cibles évoluant à très grande vitesse, et ce jusqu’à 5 km de distance. Il s’agissait de démontrer la capacité de ces bâtiments à assurer la protection d’autres unités (chasseurs de mines ou patrouilleurs) contre des menaces missiles (Jane’s 360).

L’arrêt technique majeur du porte-avions USS Dwight D. Eisenhower, débuté en août 2017, devrait être prolongé jusqu’à début 2019, triplant son temps prévu d’indisponibilité. Une situation similaire, en 2013, avait imposé le maintien en réparation du bâtiment pendant 28 mois au lieu des 14 prévus. C’est l’âge de ce navire, au service actif depuis 41 ans, qui conduit à entreprendre des travaux non prévus initialement (USNI News).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Les pays membres du G7 veulent lutter contre la pollution marine provoquée par les équipements de pêche en plastique abandonnés en mer. Lors de leur réunion à Halifax, au Canada, du 18 au 21 septembre derniers, les participants ont évoqué diverses pistes de réflexion telles que la réutilisation de ces matériaux ou des incitations financières pour leur collecte. Selon l’ONG Protection mondiale des animaux, 640 000 tonnes de divers matériels de pêche se retrouvent chaque année dans les océans, provoquant la mort de plus de cent mille mammifères marins et poissons (LeFigaro).

La nouvelle série de surtaxations douanières à l’encontre des importations chinoises annoncées par le président américain Donald Trump est entrée en vigueur le lundi 24 septembre. Elle fait craindre à plusieurs industries américaines, notamment du secteur portuaire, une perte significative d’activité. Le président de l’Association américaine des autorités portuaires, Kurt Nagle, a qualifié la situation de « préoccupante », précisant que 10 % de la totalité des échanges en valeur qui transitent par les ports américains sont concernés (TheMaritimeExecutive).

La compagnie maritime CMA CGM veut à son tour introduire une surcharge combustible afin de compenser le coût additionnel lié à la nouvelle réglementation de l’Organisation maritime internationale (OMI) visant à limiter les émissions polluantes du trafic commercial. Celle-ci entrera en vigueur en 2020 ; elle porte la teneur en soufre admissible du fuel à 0,5 % contre 3,5 % aujourd’hui. L’armateur estime le surcoût engendré par cette nouvelle norme à 160 dollars par EVP (LeMarin).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s