LES @MERS DU CESM

image003.jpg

30 juin 1642 :
Bataille de Barcelone. La guerre franco-espagnole se déroule aussi sur mer et les flottes de Louis XIII et de Philippe IV se sont déjà plusieurs fois affrontées. Maillé-Brézé, qui assiège Barcelone avec une soixantaine de navires, est attaqué par une escadre espagnole d’une cinquantaine de bateaux. Durant trois jours, abordages, lancers de brûlots et canonnades se succèdent dans une mêlée de frégates, de galions et de galères. Les vaisseaux espagnols, au nombre de quinze, sont mis hors de combat, battent en retraite et cèdent le terrain aux Français victorieux.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Union européenne :
Les 28 ministres de la défense de l’Union européenne ont acté, lundi 25 juin, le transfert vers l’Espagne du quartier général de l’opération Atalante de lutte contre la piraterie maritime au large de la Corne de l’Afrique. Jusqu’à présent implanté à Northwood, au Royaume-Uni, le QG sera transféré vers la base navale espagnole de Rota, dans la province de Cadix, une fois la décision officialisée, en juillet prochain. La France accueillera quant à elle le Centre de sécurité maritime pour la Corne de l’Afrique (MSCHOA), qui sera basé à Brest (Bruxelles2).

Pacifique :
L’exercice multinational et bisannuel RIMPAC (Rim of the Pacific) a débuté, mercredi 27 juin, au large de la base navale américaine de Pearl Harbor. Pour cette édition 2018, une cinquantaine de bâtiments et sous-marins de 26 nationalités différentes sont engagés, dans les eaux d’Hawaï et du sud de la Californie, jusqu’au 2 août prochain. Plus grand exercice naval au monde, RIMPAC 2018 accueille pour la première fois des bâtiments de guerre brésiliens, israéliens, sri-lankais et vietnamiens (USNI-News).

Chine/Taïwan :
Le destroyer lance-missiles Jinan (type Lujang II), l’AEGIS chinois et la frégate Huanggang (type Jiangkai II) de la marine chinoise ont mené, la semaine dernière, un entraînement en conditions réalistes d’opération d’encerclement de l’île de Taïwan. Durant plus d’une semaine, les deux bâtiments ont navigué dans le détroit de Formose et le canal de Bashi, en zone d’identification de défense aérienne (ADIZ) taïwanaise. C’est le deuxième exercice de ce type mené en un mois par la marine de l’Armée populaire de libération (GlobalTimes).

États-Unis/Norvège :
L’amiral John Richardson, chef des opérations navales de l’US Navy, était en visite officielle en Norvège, du 24 au 26 juin dernier, pour renforcer la coopération entre les marines américaine et norvégienne. Les deux états-majors chercheraient notamment à consolider le partage d’informations et les opérations conjointes alors que la présence de la marine russe en mer du Nord s’est accrue (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le constructeur naval BAE Systems vient de remporter l’appel d’offres portant sur l’acquisition de neuf frégates (classe Hunter) par la marine australienne. La mise en service d’une première unité est prévue à la fin des années 2020. Le modèle retenu est le Type 26, une frégate anti-sous-marine déplaçant 8 000 tonnes à pleine charge, conçue pour la Royal Navy. Il s’agit, sur le papier, de bâtiments fortement armés et dotés de systèmes de combat très sophistiqués. Aucun Type 26 n’est cependant entré en service à ce jour, contrairement aux bâtiments proposés par les concurrents de BAE Systems : FREMM (Fincantieri) et F100 modernisée (Navantia) (ABC).

La société américaine General Atomics vient de faire part d’avancées dans le développement du nouveau système de brins d’arrêt (Advanced arresting gear) qui équipent le porte-avions USS Gerald R. Ford. Les essais menés à terre le mois dernier ont été réalisés pour la première fois avec des avions lourds, avion-cargo C2-A Greyhound et E-2D Hawkeye. Jusqu’à présent, les tests n’avaient mobilisé que des chasseurs F/A-18 Super Hornet, à terre comme en mer. Les catapultes électromagnétiques EMALS connaissent quant à elles toujours un taux d’échec trop élevé. L’ensemble de ces dispositifs doit être fiabilisé d’ici le premier emploi opérationnel de l’USS Gerald R. Ford en 2021 (BreakingDefense).

Le système d’arme Joint Air-to-Ground Missile (JAGM), développé pour remplacer les missiles air-sol AGM-114 HELLFIRE, BGM-71 TOW et AGM-65 Maverick, vient d’entrer en phase de production initiale. Le JAGM devrait atteindre sa capacité opérationnelle initiale en 2019 et offrir les mêmes caractéristiques que ces trois familles de missiles en une seule solution : une arme très précise, perforante et pouvant être dirigée contre des objectifs terrestres, aériens ou maritimes. L’US Army, la Navy et les Marines sont les principaux contributeurs du programme (DefenseUpdate).

Le porte-hélicoptères d’assaut Atlântico, ex-HMS Ocean britannique, a été officiellement transféré à la marine brésilienne le 29 juin et gagnera le Brésil fin août. Le bâtiment, qui déplace 22 000 tonnes à pleine charge pour 203 mètres de long, a été vendu au Brésil par le Royaume-Uni pour 84 millions de livres après environ 20 ans de service. L’Atlântico appuie le renouvellement des moyens de projection du Brésil, entamé avec l’acquisition du transport de chalands de débarquement Bahia (ex-Sirocco français) en 2015 (Mer&Marine).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Pour aller plus loin :
À l’occasion des récentes Assises nationales des énergies marines renouvelables (EMR) qui se sont tenues le 12 juin dernier à Cherbourg, l’Observatoire des énergies de la mer vient de sortir son rapport annuel sur l’évolution de la filière des énergies marines en France. Pour l’année 2017, l’Observatoire a notamment recensé plus de 150 millions d’euros d’investissements, permettant une croissance de 26 % des emplois liés aux EMR, dans un secteur qui réalise image006.pngde son chiffre d’affaires à l’exportation.

Les armateurs grecs ont de plus en plus recours aux scrubbers, un système de « nettoyage des fumées ». Les projets comportant ce nouveau dispositif, qui permettra aux armateurs de se conformer aux exigences de l’Organisation maritime internationale (OMI) en matière de réduction des émissions d’oxyde de soufre d’ici 2020, se multiplient depuis le début de l’année, comme en témoigne l’explosion de la demande auprès du consortium Alpha Marine Consulting et Cleanship Solutions (Maritime-Executive).

Le photojournaliste Alexis Rosenfeld expose, depuis le 2 juin et jusqu’au 30 août prochain, une soixantaine de tirages grand format consacrés aux récifs coralliens du monde entier sur les grilles de l’UNESCO, à Paris. À l’occasion de l’année internationale des récifs coralliens, cette action vise à sensibiliser le plus grand nombre à la menace que représentent le changement climatique, la pollution, le tourisme massif ou encore la pêche intensive pour les coraux (Mer&Marine).

Des Brésiliens sont venus voler, vendredi 22 juin, au port guyanais de Larivot, une tapouille saisie dans la nuit du 4 au 5 juin pour action de pêche illégale. Une opération franco-brésilienne a permis d’intercepter le bateau au large d’Oiapoque, sur son transit retour vers son port-base (LeMarin).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s