LES @MERS DU CESM

image003.jpg

29 mars 1967 :

Lancement à Cherbourg du premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) français, Le Redoutable. C’est un sous-marin de près de 9 000 t en plongée, armé par un équipage de 135 hommes, qui emporte 16 missiles MSBS. Admis au service actif en décembre 1971, il commence sa première patrouille en janvier 1972. Avec les cinq autres sous-marins de sa série, Le Redoutable va permettre à la France de disposer d’une permanence à la mer d’un moyen de dissuasion nucléaire. Retiré du service après vingt ans de navigation, il rejoint la Cité de la Mer de Cherbourg, où l’on peut le visiter depuis 2002.

DÉFENSE ET STRATÉGIE

Chine :

Selon des images satellites fournies le 26 mars par le site Planet Labs, une quarantaine de bâtiments et sous-marins de la marine chinoise seraient actuellement déployés au large de l’île d’Hainan, en mer de Chine méridionale. Les clichés montrent la flotte, naviguant en formation en ligne et entourant le porte-aéronefs Liaoning, navire-amiral de la marine chinoise déployé dans la zone pour exercice pour la troisième année consécutive. Inhabituelle par son ampleur, cette démonstration de force ne serait néanmoins, selon l’Armée populaire de libération (APL), que des manœuvres annuelles de routine (Reuters).

Chine/Japon :

Une flotte de huit appareils de la Force aérienne de l’Armée populaire de libération (APL) a survolé, vendredi 23 mars, le détroit de Miyako, situé dans l’archipel d’Okinawa. Ce pertuis permet le passage vers le Pacifique Ouest au-delà de la « première chaîne d’îles », considérée comme la séparation entre deux mondes. C’est la troisième fois depuis le début de l’année 2018 que des appareils chinois « percent » cette ligne, que ce soit au niveau du détroit de Tsushima, entre la Corée et le Japon, de celui de Miyako entre le Japon et Taïwan ou du détroit de Bashi, entre Taïwan et les Philippines (EastPendulum).

États-Unis/Chine :

Le même jour, le destroyer lance-missiles américain USS Mustin, du type Arleigh Burke Flight II A, serait entré dans les eaux territoriales du récif Mischief, situé dans l’archipel des îles Spratleys et contrôlé par Pékin, pour conduire des exercices près de la base navale chinoise. Face aux critiques exprimées par la Chine, le commandement de la VIIe flotte de l’US Navy a affirmé que les États-Unis avaient mené une opération de liberté de navigation (FONOPS) de routine, respectueuse du droit international (USNI-News).

Turquie/Chypre :

Le gouvernement turc a annoncé, le 22 mars dernier, sa volonté de déployer prochainement un navire d’exploration offshoredans les eaux contestées de la zone économique exclusive (ZEE) chypriote, en Méditerranée orientale. Ce bâtiment pourrait être le Deepsea Metro II, actuellement en réparation dans le port de Gebze, en mer de Marmara. Cette déclaration survient alors que la marine turque s’est opposée par deux fois, depuis le mois de février, au passage du navire d’explorationSAIPEM 12000 du groupe italien ENI vers la ZEE chypriote (Maritime-Executive).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

La marine philippine vient de recevoir les trois derniers avions de surveillance maritime TC90 King Air sur un total de cinq appareils cédés par le Japon. Les deux premiers ont été transférés en 2017 et l’un d’entre eux a déjà effectué des missions au-dessus du récif de Scarborough, revendiqué et contrôlé par la Chine depuis 2012. Les King Air sont des Beechcraft bi-turbopropulseurs légers commercialisés depuis 1964 et toujours produits en différentes versions (NavalToday).

La marine indienne a désarmé la frégate lance-missiles Ganga, de classe Godavari, ainsi que trois dragueurs de mines de classe Karwar les 22 et 23 mars. La Ganga, construite en Inde, était entrée en service en 1985 (NavalToday). Ce désarmement intervient alors que le budget militaire du pays atteint son point le plus bas depuis la guerre sino-indienne de 1962 : sur les 4,4 milliards d’euros demandés par la marine pour 2018, seuls 2,48 milliards lui ont été attribués. Une faiblesse budgétaire qui ne permettra pas à l’Inde de rivaliser avec la Chine (TheDiplomat).

Le 24 mars, Singapour a lancé son sixième patrouilleur côtier Fortitude, de classe Independence. Le patrouilleur est l’un des huit bâtiments issus du programme Littoral Mission Vessel destinés à remplacer les patrouilleurs de classe Fearless. Les Independence, dont trois sont en service, déplacent 1 250 tonnes et sont armés, entre autres, d’un canon Oto Melara 76/62 et de missiles anti-aériens VL Mica, conçus par MBDA  (NavalToday).

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Des chercheurs de l’université suédoise de Chalmers ont publié un rapport concernant les zones d’émissions contrôlées de soufre (SECA), mises en place en Europe du Nord depuis 2015. L’étude indique que ces zones sont globalement respectées : entre 87 et 98 % des navires de commerce ont réduit leurs émissions dans les proportions imposées. C’est dans la partie ouest de la Manche que le plus fort taux d’infraction a été enregistré (13 %) (HellenicShippingNews).

Le Symphony of the Seas, navire de croisière de la compagnie Royal Caribbean Cruise Line livré le vendredi 23 mars, fait désormais route vers Malaga, en Espagne. Construit aux chantiers de Saint Nazaire par STX France, il peut accueillir plus de 6 000 passagers, ce qui en fait à ce jour le plus gros paquebot au monde Il naviguera dans les eaux méditerranéennes jusqu’en octobre 2018, avant de mettre le cap vers Miami, d’où il effectuera des croisières dans les Caraïbes (Mer&Marine)

Le conglomérat portuaire émirati Abu-Dhabi Ports a signé un mémorandum d’entente avec le Conseil chinois pour la promotion du commerce international, le 25 mars. L’accord, signé en marge de la « KIZAD Business Week », prévoit de développer les opportunités commerciales entre les compagnies chinoises, désireuses d’investir dans la zone industrielle Khalifa d’Abu Dhabi, et le port de Khalifa, considéré comme la plus grande zone de libre-échange de la région (MarineLink).

La Banque mondiale vient d’approuver un projet de réhabilitation de près de 30 millions d’euros pour le fleuve Niger, sur les 1 700 km de sa partie malienne. Des opérations de dragage sont notamment prévues pour rétablir la navigabilité du fleuve, menacée par l’avancée du désert et l’accumulation des déchets domestiques. Troisième plus long fleuve africain après le Nil et le Congo, le Niger, qui se jette dans le golfe de Guinée, fait vivre 85 % de la population malienne (Géopolis).

Si vous souhaitez vous désabonner de tout ou partie des éditions du CESM, envoyez un mail à l’adresse suivante :cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s